Magazine

Qui montera sur "le Krusenstern" ?

collage martinetteC’est l’événement people du début du mois d’avril et nombreux sont ceux qui manoeuvrent, en coulisses, pour obtenir une invitation à monter sur le Krusenstern. Ce magnifique quatre mâts construit en 1926 mesure 115 mètres de long, 56 mètres de haut et possède 3 400 m2 de voile. Il a traversé mers et océans et sera à Marseille le 8 avril prochain. Témoin privilégié de l’Histoire de la Russie, il est devenu un grand ambassadeur de cette nation et du château la Martinette qui lui a dédié une cuvée spéciale. A cette occasion, un buffet spécialement préparé par les chefs de l’association Gourméditerranée sera servi aux quelques privilégiés invités. Alexeï Dmitriev, vigneron provençal d’adoption, accueillera ses hôtes dès midi et leur présentera son nouveau millésime.
Le château La Martinette est un domaine viticole varois, dont le Russe Alexeï Dmitriev est un des propriétaires depuis le début 2012. Un des objectifs de cet investisseur vise « la mise en place d’un ambitieux projet agrotouristique comprenant la création d’un gîte rural, d’une maison de chasse, d’un hôtel de charme et d’un restaurant bistronomique ».

Ajoute un commentaire

Ecris ici pour poster ton commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Région

BIO. Afin de mieux connaître la consommation des Français par régions, Kantar Worldpanel a réalisé plusieurs études permettant de mettre en lumière les disparités régionales. Ces études démontrent que le Sud-Est est la région du bio avec une consommation de produits bio 18% supérieure au total France. L’étude assure que les magasins bio et primeurs sont fréquentés 75% de plus que dans les autres régions de France. Les habitudes de courses diffèrent elles aussi car le Sud-Est est une région où le poids des seniors est important (30% de plus que la moyenne nationale) ; cela influe sur la fréquence et les paniers d’achat :  les paniers sont plus petits mais le nombre d’actes d’achats est plus élevé. En d’autres termes, on dépense moins mais plus souvent et davantage dans les commerces de proximité et de bouche. Cela s’explique notamment par l’accès aux produits locaux, à portée de main dans cette région. Les études révèlent aussi la place importante des végétaux de substitution : ils sont 24% plus consommés dans le Sud-Est que dans le reste de l’Hexagone.

Abonne-toi à la newsletter

Suis-nous sur les réseaux