Magazine

Regain, au-delà du symbole, un restaurant nature

Regain

Regain, le nouveau restaurant de la rue Saint-Pierre, ouvre enfin ses portes. Sarah et Lucien ont passé les quelques jours précédant cette ouverture officielle à roder la cuisine et le service auprès de leurs amis et voisins qui sont venus leur porter bonheur et goûter les premières assiettes. Le lancement officiel aura lieu mercredi 15 décembre, en soirée. « On a longtemps cherché le local idéal dans l’hypercentre et le 6e arrondissement, je ne pensais absolument pas au 5e et puis une agence nous a proposé ce site et ça nous a beaucoup plu », explique Sarah Chougnet-Strudel.
Regain plonge Sarah et son associé, Lucien, dans le grand bain, c’est leur tout premier restaurant. Les deux amis se sont entourés d’une solide équipe à l’instar de Laurène de Souza, « une ancienne chef et amie de Paris. C’est quelqu’un de très expérimenté avec laquelle j’entretiens de vrais échanges » explique Sarah. En salle, Lucien s’est aussi attaché les services de Laurène Chazal, marseillaise de l’étape, qui a longtemps travaillé aux Grandes Tables de la Friche : – Bosser avec des pros, ça nous donne confiance et on a un peu la pression, on sait qu’on est attendu. Fidéliser les clients c’est un objectif et un grand défi » assure le trentenaire.

Regain

Pain perdu-betteraves rôties et Mont d’Or, poireau confit vinaigrette de sésame et rillettes d’espadon, taureau confit et petit-épeautre – chou, carottes et agrumes, tartelette aux agrumes crème au yaourt… Sur l’ardoise, Sarah compose une partition qui lui ressemble avec quelques propositions végétariennes : – On répond aux demandes de beaucoup de jeunes clients et la cuisine végétarienne, ça impose des contraintes. Ça incite à travailler les assaisonnements, les associations et ça nous met en difficulté » dit la cuisinière. A l’unisson de ces menus qui changeront tous les jours, « par la force  des choses », Lucien a écrit une carte de vins bio et nature. « Le vin nature c’est ce qu’on boit et beaucoup d’habitants du quartier sont demandeurs de vins nature ou orange. Nous resterons dans cette veine » assure celui qui a appris le vin sur le terrain, au milieu des sillons, comme saisonnier employé à la taille ou aux vendanges, « c’est là que j’ai beaucoup appris », complète-t-il.

Fermé le week-end
Le restaurant, qui a jadis porté les couleurs du Ca Blanca d’Edouard Giribone, a été intégralement rénové ; du comptoir et son plateau en zinc aux tables, l’esprit bistrot est revendiqué car « c’est chaleureux, on voulait un endroit vivant » assure Sarah. A l’arrière du restaurant, une cour arborée aligne de 25 à 30 couverts. Regain sera ouvert du lundi au vendredi, midi et soir. Les deux compères fermeront le mercredi midi et le week-end, « parce que nous sommes une adresse de destination et pas de passage. Nous souhaitons entretenir une clientèle d’habitués et d’habitants du quartier. Le client du week-end est plus volage » argumente Lucien.

Comme le village qui revient à la vie dans le plus fameux roman de Jean Giono, Regain évoque aussi cette herbe qui repousse dans les prés après qu’on l’a fauchée. Une image symbole à laquelle Sarah et Lucien sont très attachés. En dépit des épreuves, la vie reprend toujours le dessus. La force des symboles.

Regain, 53, rue Saint-Pierre, Marseille 5e arr. ; infos au 04 86 68 33 20. Menu déjeuner 23 € ; soir, 30-35 €.

2 Comments

Click here to post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    • Bonjour Laurence, verbe « roder » corrigé dès que votre email nous est parvenu. L’accent circonflexe a été retiré et nous vous remercions pour cette vigilance bienveillante.

Arles

► Céline la camarguaise. Elle s’est fait connaître en chantant les charmes du nomadisme en cuisine mais, finalement, Céline Pham a posé ses valises à Arles, l’été dernier. Suivant à la lettre les conseils de l’ami Armand Arnal qui lui a conseillé l’adresse, face à l’hôtel Voltaire, la cuisinière a jeté son dévolu sur une ancienne chapelle de 1224, ouvrant sa cuisine sur la salle. Fini le pop-uping et les restos éphémères : bistrot à la mi-journée, Inari se fait bistronomique en soirée. En référence à la déesse japonaise du riz et de la fertilité, Inari sert une cuisine inspirée des origines vietnamiennes de Céline. Thon rouge de ligne, aji verde, riz de Camargue soufflé, cébettes, shiso rouge, matcha et huile de sésame expliquent son succès.
Inari, 16, place Voltaire, 13200 Arles ; 09 82 27 28 33. Déjeuner 21, 35 et 41 € ; soirée, 51 €.

Var

Automne des Gourmands.- Le samedi 8 octobre, la 7e édition du festival sera parrainée par Pascal Barandoni, vainqueur d’Objectif Top Chef et chef au Mas du Lingousto. Cette journée mettra à l’honneur la saisonnalité, le terroir local et la découverte du goût. Rendez-vous esplanade Charles De Gaulle où seront installés la cuisine des chefs, le Bar des Gourmands et le marché de producteurs et artisans. L’après-midi, la cuisine accueillera Magali Armando,chef à domicile, et Guillaume Lecomte, chef chez Olives & Beurre Salé à Sanary-sur-Mer. A ne pas manquer non plus, de 10h à 13h, des ateliers peinture avec des ingrédients de cuisine animé par « Avec les mains » (3-6 ans). De 10h à 17h, ateliers sur le recyclage alimentaire et la confection de pâtes de fruits. Toute la journée, commerçants, producteurs et artisans proposeront leurs produits du terroir à savourer sur place ou à emporter. Au déjeuner, les visiteurs savoureront leurs trouvailles à l’espace pique-nique ou dans les restaurants du village.
Samedi 8 octobre 2022 de 10h à 18h au Beausset dans le Var, accès gratuit, infos au 04 94 90 55 10.

Abonne-toi à la newsletter

Suis-nous sur les réseaux

Marseille

Une mozzarella 100% marseillaise.-  La Laiterie marseillaise reste fidèle à sa vocation pédagogique visant à voir et comprendre comment on fabrique des produits laitiers. Aussi, la boutique s’est-elle dotée d’un laboratoire visible depuis une grande baie vitrée. Nouveauté de la rentrée, la Laitterie lance des ateliers de fabrication de mozzarella et burrata pour adultes. À travers la fabrication de ces deux fromages, toutes les étapes de la transformation fromagère seront abordées et réalisées par les participants. Audelà de l’aspect ludique, c’est une vraie acquisition de savoirfaire qui est proposée : après ces 2 heures d’atelier, chacun repartira avec ses réalisations et un livret récapitulatif. Inscription sur le site web de la Laiterie Marseillaise ou se rendre en boutique !

www.lalaiteriemarseillaise.fr Tarif : 55 € par personne.