Magazine

Rétrospective 2021, le bilan d’une année food à Marseille

rétrospective
Les rooftop cartonnent

Déclin entamé de la restauration traditionnelle et essor de nouveaux modes de consommation, 2021 restera l’année de la mutation. Retour sur les 365 derniers jours en 8 grands thèmes qui nous donnent le goût des mois à venir. Rétrospective d’une année charnière.

Street food Avec la pizza, que l’on mange au couteau et à la fourchette mais également à la main déambulant dans la rue, Marseille et la street food c’est une longue histoire. Et cette année, des arrivées en nombre sur le marché témoignent d’un réel dynamisme. Lundi 22 novembre, une soirée sans masque ni passe sanitaire, célébrait l’arrivée de Homer Lobster rue Paradis (6e). Elle a succédé à l’inauguration du nouveau local des Frères Brioches (rue Vacon, 1er) et de Gingembre, le nouveau joyau de l’empire Sy, la famille propriétaire de Tam Ky à Noailles inauguré au printemps. Preuve de cet engouement, Provence Tourisme a organisé la première édition du Marseille Street food festival fin septembre et ne se doutait pas d’un tel succès : plus de 25 000 personnes sont venues les 24 et 25 septembre, un triomphe. Dans le même état d’esprit, le FoodCub des Docks Village (20 octobre) enfonce un peu plus le clou : désormais, la street food est entrée dans le paysage. 

Rooftop En juin 2016, le fort Ganteaume inaugurait sa terrasse avec vue sur le Vieux-Port. Il y a eu, ensuite, les soirées club du rooftop des Terrasses du Port, ringardisant le vieillissant Sofitel qui perdait son monopole de « plus belle vue sur la ville ». En cette année 2021, ce ne sont pas moins de deux nouveaux rooftops qui ont rejoint le cercle très fermé des toits festifs avec l’arrivée de Ciel, le restaurant-terrasse du Babel community, rue Saint-Ferréol (début juillet), et la terrasse panoramique de l’Artplexe (sur la Canebière) dont le restaurant et les soirées DJ devraient attirer une faune arty au printemps 2022. Bien que réservé à une clientèle de businessmen membres d’un club d’affaires, l’accès au restaurant du 29e étage de la tour la Marseillaise offre une vue époustouflante sur la ville, un reportage dont le Grand Pastis a eu l’exclusivité.

rétrospective
La pizza tient le coup
Pizza Au prix du caviar. Les pizzaiolo ont les chevilles qui enflent tout comme leurs additions qui proposent désormais des recettes à 18 voire 20 € pièce. Du délire même si les produits ont fait l’objet d’une sélection rigoureuse. Il existe une clientèle de naïfs ravie de se faire plumer mais il faut militer pour le maintien d’une pizza à un prix raisonnable. Dans cette catégorie, la Pizza di Venezia (rue Pythéas, 1er) remporte la palme du meilleur rapport qualité-prix de l’année. L’évolution d’un nouveau four et point de vente Charly Pizza, sur la place du général de Gaulle, sera suivie de près. rétrospective

Evénements Initiés par Provence Tourisme, orchestrés par les Grandes Tables de la Friche, les Dîners insolites lancés en 2019, annulés pour cause de Covid en 2020, ont renoué avec le succès cette année, passant de 10 à 20 dates. Ils ont affiché complet en 10 jours à peine après l’ouverture de la billetterie, soit 2 000 participants. La deuxième soirée du site de réservation en ligne, The Fork, s’est déroulée le 22 novembre au palais de la Bourse. En partenariat avec le Grand Pastis, le site présent dans un peu plus de 20 pays dans le monde et entré dans le giron de tripAdvisor en 2014 consacrait le talent de jeunes chefs élus par leurs pairs et les internautes. Le choix de Marseille ne s’est pas fait par hasard et prouve le dynamisme de la ville en matière de food. rétrospective

2021 restera l’année du décollage du boulevard Chave, devenu nouveau pôle d’attractivité. Nouveaux restos, nouvelles adresses, le dynamisme du quartier est impressionnant. Après le règne sans partage du périmètre Saint-Victor pendant 6 ans, une page se tourne, le flux se déplaçant désormais vers le 5e arrondissement…
Epicerie ou restaurant ? Elles fleurissent un peu partout dans la ville proposant des fruits et des légumes garantis bio, de saison et locaux à des tarifs hallucinants. Ces épiceries aux contours troubles proposent aussi un service restauration à l’instar de Jogging (rue Paradis, 6e) de Provisions (rue de Lodi) et de Roquette (le restaurant paysan des Pissenlits, rue Sainte et de Chicorée, rue Fontange). Bizarrement, certaines de ces adresses n’aiment guère communiquer sur cette double casquette, se limitant à quelques images aux légendes sibyllines sur Instagram. Cette année 2021 aura été également celle de l’annonce de l’ouverture d’un nouveau restaurant pour Julia Sammut à la rue d’Aubagne. rétrospective

Et puis… Il y a les fromageries qui ont éclos un peu partout dans la ville, de Saint-Barnabé (Chez Ninou, ave Montaigne, 12e) à la Vieille Chapelle (Raisin crème, 16, ave des Goumiers, 8e) en passant par Fil Bleu (rue Paradis, 6e) et la Fromagerie Chave (88, bd Chave, 5e). Devant une telle explosion de l’offre, la demande et le public cible suffiront-ils à ces enseignes pour tirer leur épingle du jeu ?
Et puis… Il y a l’essor de la livraison à domicile qui ne cesse de progresser auprès des jeunes générations.
Et puis… Il y a l’essor des nouvelles torréfactions (Ben Mouture, 34, rue du Petit Chantier, 7e arr., Café Lauca, 68, rue Grignan 1er arr.) qui continuent à gagner des parts de marché. L’époque change, les habitudes aussi… rétrospective

Ajouter un commentaire…

Click here to post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suis-nous sur les réseaux

Vite lu

Le Portugal à Marseille. Dans le cadre de la saison croisée France-Portugal de l’Institut français, les grandes Tables ICI vous proposent de (re)découvrir la cuisine portugaise avec deux événements : le grand Marché Bacalhau! et un dîner barbecue le lendemain sur le toit perché de la Friche.
☻ Bacalhau ! Le grand Marché du Portugal adopte les couleurs du Portugal : sélection de vins et spiritueux portugais, les fameuses pasteis de nata, les céramiques typiques et produits d’épiceries fines. Les cheffes Rosario Pinheiro et Jenifer Abrantes mettent à l’honneur la morue en plusieurs déclinaisons, Romain Chartrain (de Azul concept store) proposera des grands classiques de la cuisine portugaise, et Sonia Isidro servira une assiette végétarienne.
• Lundi 4 juillet de 16h à 22 heures à la Friche Belle-de-Mai
­☻ Le lendemain, 5 juillet, participez au grand dîner-barbecue pour 450 personnes ! 80 tables partagées et une vingtaine de barbecues géants seront montés pour cette soirée sur le toit-terrasse de la Friche. Gigantesque. La carte sera élaborée par Rosario Pinheiro, Jenifer Abrantes, Sonia Isidro, Sergio Vaz, Romain Chartrain (de Azul concept store) et Julien Reynouard pour la carte des vins. Le menu sera composé d’une salada de bacalhau com grão de bico, Chips de pele de bacalhau, salada de pimento assado, Pão com chouriço, Frango Assado com piri piri, Arroz Doce, Pudim et Línguas de bacalhau.
• Réservations impératives en cliquant ici.

Du gin en Bib. Le gin de la Distillerie de Camargue, le fameux Bigourdan, est désormais disponible en bag-in-box 3 litres. Et pourquoi un Bib ? Parce que c’est pratique, plus léger, plus facile à stocker, à expédier. C’est écologique, le carton ça se recycle plus facilement que le verre. C’est économique : la preuve : 68 € le litre en bouteille et 185 € le Bib 3 litres. Enfin, protégé de la lumière et de l’oxygène il est moins soumis aux effets de l’oxydation. Et c’est pour qui ? Pour les professionnels de la restauration, du bar, de la nuit, de l’événementiel. Les mariés de l’été, les fêtards, les peinards, les fidèles, les marins à quai, les alpins au chalet, les baigneurs sur le sable.
Dégustation et vente à la Distillerie de Camargue, 12, rue Frédéric-Mistral à Arles. Infos au 06 85 03 71 05.

Street Food festival, le bilan. Le SFF a fait le plein de festivaliers, de bons produits et de bonnes ondes sur l’esplanade de la Major, le week-end des 17, 18 et 19 juin à Marseille.  25 000 personnes sont venues goûter au meilleur des spécialités locales proposées par quelque 50 issus des quatre coins du département : 32 propositions culinaires sucrées ou salées, sourcées avec soin parmi les producteurs  locaux, 8 domaines viticoles, 7 brasseurs, 2 torréfacteurs. Le chef Pierre Reboul était également présent pour un cooking-show des plus étonnants et fidèle à son image, avec une cuisine singulière, énergique et généreuse.

Mazzia au 50 Best Les organisateurs du World’s 50 best restaurants ont annoncé ce 14 juin l’entrée du chef marseillais Alexandre Mazzia dans le fameux classement des 50 Best. C’est lors d’un repas servi ches Heston Blumenthal à Londres qu’AM a reçu le One to watch award, à savoir le trophée de « l’établissement à suivre ». Ces Oscars de la gastronomie sont décernés tous les ans par la revue britannique Restaurant qui a l’humilité de récompenser les meilleures tables du monde.