Magazine

Mickaël et Olivia Féval inaugurent le restaurant Molène, leur deuxième adresse aixoise

restaurant Molène
Photo de famille en Bretagne : le couple de restaurateurs aixois rend hommage à l’île de Molène

Ils ont tenu le secret bien longtemps, jusqu’à la signature, lundi 19 mars dernier, actant la reprise d’un restaurant du centre ancien d’Aix-en-Provence. “Ce restaurant, c’est un peu le retour à mes amours de toujours, reconnaît Mickaël Féval, le propriétaire du restaurant éponyme de la Petite rue Saint-Jean. Cette nouvelle table dressera ses couverts vers la mer et sera tout entière vouée aux poissons. C’est mon second, Julien Courtin, qui en sera le chef. Julien aurait pu choisir de voler de ses propres ailes mais il a préféré rester dans notre giron et ce restaurant lui permettra de s’exprimer” poursuit Féval.
Parce que l’adresse était en parfait état, parce que la cuisine était prête à fonctionner, les deux cuisiniers, Féval et Courtin, ont décidé de se lancer immédiatement. Après l’inauguration qui rassemblera leurs proches le dimanche 25 mars, les premiers clients seront accueillis le mardi 27 mars. “J’aime quand les choses sont actives, sourit Féval qui nuance, mon épouse Olivia s’occupera de quelques évolutions dans la déco, elle fait ça bien mieux que moi”.

Le restaurant s’appellera Molène, un îlot au large de la ville bretonne de Trebeurden dans laquelle Olivia a ses attaches familiales : “Nous avons là-bas une maisonnette face à la mer, cette île, c’est notre point de chute en été. Avec les enfants, on pose les filets pour les bars, on soulève les cages à homards, on ramasse les coques et crevettes”. Comme une vague de Bretagne au coeur de la Provence.

Avec les coquillages du Roy René ou Toinou, Aix possède une offre coquillages conséquente mais les tables de poisson sont assez rares : “La carte sera orientée mer et rivière avec quelques coquillages, avertit Féval, et nos tarifs s’échelonneront de 33 € au déjeuner à 52 € environ le soir”. La carte ne sera pas figée car, dixit le cuisinier, “quand on veut du beau on achète ce que le bateau ramène ; on ne décide pas d’un beau maigre ou d’un beau saint-pierre, on fait avec la pêche du jour avec les tailles ou les poissons qu’on trouve”. Et le duo du restaurant Molène d’expliquer qu’en allant sur le marché d’Aix trois fois par semaine, il y trouvera l’inspiration pour des accompagnements de saison et locaux, “comme les asperges qui pointent le bout de leur tige en ce moment”… C’est le printemps, les nouvelles tables éclosent.

Restaurant Molène, 31 bis, rue Manuel à Aix-en-Provence ; infos au 04 42 39 81 88. Ouverture le 27 mars.

Ajouter un commentaire

Cliquer ici pour écrire un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Mas de Cadenet ouvre ses portes Pour célébrer la fin des vendanges, la famille Négrel vous ouvre les portes du Mas de Cadenet pour un repas champêtre et des ateliers autour du vin le 16 octobre prochain. Accueil à partir de 11h avec des ateliers des cépages (dégustation des mono-cépages tout juste sortis de fermentation) et des ateliers assemblage (jeux d'assemblages à la découverte des équilibres et personnalités des vins). Apéritif et repas champêtre à 12h30 : Cédric Aubert, du restaurant La Place à Puyloubier sera à la manoeuvre avec sa cuisine éco-responsable. Au menu du jour, un spectaculaire agneau rôti sur place, à la broche et au feu de bois et bien entendu du Mas de Cadenet pour l'accord parfait ! Le vignoble est ouvert à ceux qui le souhaitent pour une balade digestive. Mas de Cadenet, D57, 13530 Trets ; infos et inscriptions au 04 42 29 21 59.

Giuseppe Ammendola invité du Môle Passédat Le chef espagnol du restaurant Índigo cocina vegetal à Bilbao répond à l'invitation de Gérald Passédat et vient cuisiner toute la semaine du 11 octobre. Il proposera un menu végétal au tarif de 55 € par personne. Menu composé d'une mise en bouche (Truffe pas truffe, croquette de shiitake, caroube, émulsion à la truffe, salicorne), d'une entrée (betterave et célerie rave au vin rouge et jus d'orange, guacamole et pain grillé au sarrasin), d'un plat (risotto aux légumes du marché et aux algues, crème au beurre d’amande et fenouil, herbes aromatiques) et d'un dessert (caprese cacao et et aux amandes, ganache chocolat, framboise). Photo Richard Haughton. Infos et réservations ici.

A Aix-en-Provence, Jacquèmes tire le rideau. L'enseigne aura tenu 108 ans. Jacquèmes était la plus ancienne épicerie fine-caviste de la cité, implantée en centre-ville. Une boutique plongée dans le formol, un accueil épouvantable et une sélection qui ne répondait plus aux nouvelles tendances de la gastronomie expliquent le déclin de cette maison qui s'apprête à brader ses stocks dans les prochains jours. Si le coeur vous en dit... 9, rue Méjanes à Aix ; infos au 04 42 23 48 64.

Abonnez-vous à notre newsletter