Magazine

A Aix, Mickaël Féval inaugure "Une table de goût"

Mickaël Féval collage okInauguration en deux temps : soirée privée pour les amis, clients fidèles et autres fournisseurs de Mickaël Féval ce mardi 6 octobre. Premier service le jeudi 8 dans ce restaurant voûté à quelques encablures du palais de justice. Ici, Pierre Reboul a connu des heures heureuses avec l’obtention d’une étoile au guide Michelin. Ici, Mickaël Féval espère aussi vivre de grandes heures : « L’objectif c’est de se faire plaisir. Si nous sommes heureux, les clients le seront. Je sais que ce sont des mots mais nous avons, ma femme et moi, vraiment l’intention de nous faire plaisir » affirme Féval. Agé de 40 ans à peine, Féval est un habitué des grandes tables : de Loiseau à Saulieu au Majestic-Barrière (avec Bruno Oger à Cannes) en passant par Antoine Westermann à Strasbourg et le Plaza Athénée d’Eric Briffard à Paris, Mickaël Féval est aussi passé par le Pigonnet à Aix. « J’ai envie de revenir aux bases, arrêtons de nous prendre la tête, redonnons du plaisir aux gens, scande le chef, élu Jeune Talent Gault & Millau 2015. Mon travail s’appuiera sur les produits locaux et de saison, des cuissons précises, des assaisonnements justes et du soin dans l’assiette ».

L’objectif revendiqué de Mickaël Féval est de « démarrer calmement. On va verrouiller les premiers services à 20 couverts pour éviter les erreurs des débuts et dans un mois on avisera ». L’effectif aussi a été serré au plus juste : Olivia Féval et un maître d’hôtel s’occuperont de la salle ; en cuisine, le chef et son second seront aidés d’un apprenti. « Ma cuisine est celle du produit passé dans les mains d’un passionné. Quand le produit est parfait, le plus dur est fait ; il ne reste qu’à assaisonner, cuire, accompagner » dit Mickaël Féval. Pourquoi avoir choisi Aix ? « Disons qu’il s’agit d’un rapprochement de coeur, c’est une installation de plaisir pour ma femme et moi et ici, les produits sont magnifiques non ? » lance en riant le chef. Jarrets de veau braisés, soles meunières, plats canailles ou réminiscents, Mickaël et Olivia tournent une page dans leur vie. Un nouveau chapitre va s’écrire, à partir du 8 octobre 2015…

Une table de goût, 11, Petite rue Saint-Jean, 13100 Aix-en-Provence ; formules déjeuner 35 € ; le soir, menus 55 € (4 plats) et 75 € (6 plats).
Photos Fabrice Durnez

Ajouter un commentaire…

Click here to post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à notre newsletter

Suis-nous sur les réseaux

Vite lu

Le Val labellisé. Avec l’aide du conservatoire méditerranéen, le maire de la commune du Val dans le Var, Jérémy Guiliano, vient de lancer un programme de préservation du Boussarlu, une variété endémique d’oliviers menacée de disparition. Pour un montant de 4 000 €, en plus de fonds européens, le maire veut reconnecter sa population avec ses oliviers et relancer toute une filière. Et pour commencer, le Val vient d’être labellisé « commune oléicole de France ».

(Encore) un nouveau directeur aux Roches Blanches. Comme chaque année, l’hôtel restaurant cassidain présente son nouveau directeur. Il s’agit d’Emmanuel Blanchemanche qui a quitté la direction du domaine de Verchant, près de Montpellier, pour Cassis. « Je suis très heureux de me lancer dans ce nouveau projet de vie, de  surcroît dans cet environnement exceptionnel. Pouvoir écrire un nouveau chapitre pour ce lieu mythique est un privilège et j’ai suivi les conseils de Winston Churchill, qui a résidé aux Roches Blanches : pour s’améliorer, il faut changer. Donc, pour être parfait, il faut avoir changé souvent ». Il n’est pas sûr que dans l’hôtellerie et la restauration ces changements perpétuels soient très rassurants pour les clients.

Sébastien Sanjou au château Mentone. Le chef varois rejoint pour l’été le domaine viticole de Mentone et y ouvre « la Table de Mentone ». Dès les beaux jours arrivés, la table est dressée en extérieur, face au vignoble et aux forêts qui le bordent. La ferme-auberge promet de conjuguer convivialité et partage avec des menus d’esprit provençal composés avec les légumes et herbes fraîches du potager, les fruits des vergers, olives de l’oliveraie du domaine et les œufs du poulailler. Viandes et volailles, fromages et charcuteries sont, eux, issus de producteurs locaux. Les vins de la propriété, classés Côtes de Provence bio, accompagnent les menus. En mai et juin, ouverture du mercredi au dimanche au déjeuner et du mercredi au samedi au dîner.
Château Mentone, 401, chemin de Mentone, 83510 Saint-Antonin du Var ; infos au 04 94 04 42 00.