Magazine

A Aix, Mickaël Féval inaugure "Une table de goût"

Mickaël Féval collage okInauguration en deux temps : soirée privée pour les amis, clients fidèles et autres fournisseurs de Mickaël Féval ce mardi 6 octobre. Premier service le jeudi 8 dans ce restaurant voûté à quelques encablures du palais de justice. Ici, Pierre Reboul a connu des heures heureuses avec l’obtention d’une étoile au guide Michelin. Ici, Mickaël Féval espère aussi vivre de grandes heures : « L’objectif c’est de se faire plaisir. Si nous sommes heureux, les clients le seront. Je sais que ce sont des mots mais nous avons, ma femme et moi, vraiment l’intention de nous faire plaisir » affirme Féval. Agé de 40 ans à peine, Féval est un habitué des grandes tables : de Loiseau à Saulieu au Majestic-Barrière (avec Bruno Oger à Cannes) en passant par Antoine Westermann à Strasbourg et le Plaza Athénée d’Eric Briffard à Paris, Mickaël Féval est aussi passé par le Pigonnet à Aix. « J’ai envie de revenir aux bases, arrêtons de nous prendre la tête, redonnons du plaisir aux gens, scande le chef, élu Jeune Talent Gault & Millau 2015. Mon travail s’appuiera sur les produits locaux et de saison, des cuissons précises, des assaisonnements justes et du soin dans l’assiette ».

L’objectif revendiqué de Mickaël Féval est de « démarrer calmement. On va verrouiller les premiers services à 20 couverts pour éviter les erreurs des débuts et dans un mois on avisera ». L’effectif aussi a été serré au plus juste : Olivia Féval et un maître d’hôtel s’occuperont de la salle ; en cuisine, le chef et son second seront aidés d’un apprenti. « Ma cuisine est celle du produit passé dans les mains d’un passionné. Quand le produit est parfait, le plus dur est fait ; il ne reste qu’à assaisonner, cuire, accompagner » dit Mickaël Féval. Pourquoi avoir choisi Aix ? « Disons qu’il s’agit d’un rapprochement de coeur, c’est une installation de plaisir pour ma femme et moi et ici, les produits sont magnifiques non ? » lance en riant le chef. Jarrets de veau braisés, soles meunières, plats canailles ou réminiscents, Mickaël et Olivia tournent une page dans leur vie. Un nouveau chapitre va s’écrire, à partir du 8 octobre 2015…

Une table de goût, 11, Petite rue Saint-Jean, 13100 Aix-en-Provence ; formules déjeuner 35 € ; le soir, menus 55 € (4 plats) et 75 € (6 plats).
Photos Fabrice Durnez

Ajoute un commentaire

Ecris ici pour poster ton commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

L’Isle-sur-la-Sorgue

Œuf mayonnaise. Le concours du meilleur œuf mayo  du monde s’est tenu à Paris le 14 novembre dernier. Le vauclusien Jérémi Fontin est monté sur la deuxième marche du podium, porté par un œuf fermier bio de gros calibre, cuisson en 8 minutes, « dans de l’eau très salée pour garder un jaune orangé et onctueux » révèle le chef de l’Atelier du Jardin dans le quotidien La Provence. Le grand gagnant 2023 du concours créé par l’Association de sauvegarde de l’œuf mayonnaise (Asom) est la Grande Brasserie de Bastille, à Paris. Pour ceux qui le souhaitent, la recette œuf-mayo de Jérémi Fontin est proposée au restaurant à 8 € les quatre demi-œufs. L’Asom a été créée par feu le chroniqueur gastronomique et fondateur des Guides Lebey, Claude Lebey. Elle a été relancée en 2018 par quatre gastronomes avertis, soucieux de préserver et promouvoir ce monument de la cuisine bistrotière française.
• L’Atelier du Jardin, 34, avenue de l’Égalité,  84800, l’Isle-sur-la-Sorgue.

Guide Fooding

Le nouveau Guide Fooding, édition 2023, qui sera disponible, partout en France, dès ce jeudi 17 novembre, dévoile son palmarès. A Marseille, le titre de meilleur Sophistroquet est attribué à Regain (Sarah Chougnet-Strudel et Lucien Salomon) et le titre de Meilleur esprit d’équipe échoit au restaurant l’Idéal (Julia Sammut, Aurélien Baron et Jérémy Nguyen).

Abonne-toi à la newsletter

Suis-nous sur les réseaux