Restaurants en Provence

La rôtissoire, star des soirées de l'Intercontinental

rotisserie intercontinentalCochon de lait, travers de boeuf marinés, poulet à la peau dorée et craquante, rôti d’agneau… Comme un inventaire à la Prévert, la carte du tout nouveau Rotiss’Rock servi à l’Intercontinental-Hôtel Dieu de Marseille donne à rêver. Comme une plongée dans le monde merveilleux de la rôtisserie, le chef Lionel Lévy a mobilisé toute sa brigade pour ce projet pantagruélique. Sur plusieurs buffets se déclinent des entrées à la façon d’antipasti, une sélection de fromages affinés signée du fromager aixois Benoît Lemarié et un buffet de desserts concoctés par le pâtissier maison, Florian Poette. Au centre de cette galaxie gourmande, la rôtissoire trône sur la terrasse laissant deviner sur ces broches des viandes aux origines exceptionnelles. “Le principe est simple, à la façon d’un brunch, chacun choisit ce qui lui plaît”, détaille Lévy. Idem ensuite devant la rôtissoire où on cède à toutes ses envies : “Les viandes sont découpées sur billot à la table du client. Les accompagnements, légumes grillés au barbecue, pommes de terre frites ou sous la cendre et les panisses complètent l’offre”. Les amateurs de poissons se régaleront en outre de filets de loup aux légumes en papillote, de poissons à la plancha (encornets, gambas). L’initiative colle à l’air du temps où  la clientèle réclame de plus en plus de repas animés, festifs et spectaculaires. Pour l’hôtel, il s’agit de confirmer les soirées barbecue initiées depuis 2 ans, de séduire les Marseillais et les hôtes en visite, avides de nouveauté. Plusieurs soirées sont programmées cet été, réservez de toute urgence la vôtre !

Intercontinental-Hôtel Dieu, 1, place Daviel, Marseille 2e arr. Les jeudis soir 16 et 30 juin ; 7 et 28 juillet ; 8 et 29 septembre. Tarif : 79 € par personne, un verre de vin inclus.
Pour le 14 juillet, la formule est maintenue proposant en outre homards, langoustes, etc. (138 € par pers.) ; réservations au 04 13 42 42 40.

 

Ajouter un commentaire

Cliquer ici pour écrire un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le GP sur les réseaux

Retrouvez-nous 24/24h en photos !

Abonnez-vous à notre newsletter

Vite lu

In memoriam.- Claude Criscuolo s’est éteint samedi 23 janvier dernier, à 79 ans, victime de la Covid-19. Cette figure de la nuit marseillaise était le fils de Vincent qui, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, avait fondé la pizzéria éponyme dans le quartier des Cinq Avenues à Marseille. Claude avait pris la succession de son père en 1977 transformant ce restaurant de quartier populaire en rendez-vous du Tout-Marseille où comédiens, chanteurs et politiques se pressaient. Les années 70 et 80 marqueront son heure de gloire, les stars de l’OM, Johnny Hallyday et autres chanteurs qui venaient de se produire sur scène, rejoignaient la pizzéria pour y dîner et festoyer jusqu’à très tôt le lendemain matin… Claude avait quitté le restaurant en 2003 pour se consacrer à bien d’autres passions. Linda, sa veuve, ses enfants Isabelle, Marie, Thomas et Stéphane ainsi que tous ses proches pleurent aujourd’hui la dernière “figure” de Marseille.

Terre Blanche annonce la nomination de Christophe Schmitt au poste de chef des cuisines.- Le Resort de Terre Blanche Hotel Spa Golf Resort 5 étoiles, a nommé Christophe Schmitt au poste de chef pour prendre les rênes des différents restaurants, dont Le Faventia, étoilé au guide Michelin (le guide rigolo qui décerne des étoiles aux restaurants fermés). Christophe Schmitt succèdera ainsi au Chef étoilé et meilleur ouvrier de France, Philippe Jourdin, qui prend sa retraite et dont il était le second, pour perpétuer une cuisine aux saveurs du Sud. Dans la continuité de cette philosophie qui allie tradition et touches innovantes, Christophe Schmitt proposera une cuisiné axée sur les meilleurs produits locaux rendant hommage au terroir. “C’est un honneur pour moi et un très grand défi de succéder à Philippe Jourdin. A Terre Blanche, ce Mof a marqué l’histoire de la gastronomie, et il m’a aussi beaucoup appris. C’est avec beaucoup d’émotion que je lui succède aujourd’hui, plus que jamais conscient des responsabilités qu’il me lègue” a déclaré Christophe Schmitt.