Magazine

Rouge, bleue ou noire, chacun sa prune

Dès la fin du mois de mai dans certaines régions, vers la mi-juin pour d’autres, les consommateurs trouveront dans les rayons de fruits et légumes un nouveau produit de saison : la prune. Ce fruit à noyau, dont la couleur va du jaune clair au violet foncé en fonction des espèces, annonce les beaux jours. Chaque ménage français en a acheté 1 kilo en 2005, selon le bilan de l’Interprofession des Fruits et Légumes.
Sucrée, la prune contient en moyenne 52 kcalories pour 100g, la quantité de calories augmentant avec le taux de sucre présent dans le fruit. Pour les variétés les plus sucrées, notamment les Reines-Claudes, elles peuvent atteindre 70 kcalories. En plus des Reines-Claudes, il existe de nombreuses autres variétés telles que la Golden Japan, la mirabelle ou encore les prunes noires, bleues ou rouges.
D’un point du vue diététique, la prune favorise le transit intestinal grâce à l’action de ses fibres, présentes à un taux supérieur à 2%. Une fois séchées, les prunes devenues pruneaux sont d’ailleurs recommandées pour les personnes dont le transit est un peu lent. De même, sa forte contenance en eau (82,5%) lui confère des vertus diurétiques.
La présence de nombreuses vitamines est également une particularité appréciable des prunes. Ce fruit compte ainsi 3 mg de vitamine C pour 100g, renforcée par des pigments anthocyaniques notamment présents dans les prunes les plus foncées selon l’Agence pour la Recherche et l’Information sur les Fruits et Légumes frais (Aprifel). Ces pigments permettraient de lutter contre le vieillissement des cellules. Les prunes présentent également des vitamines B, de la provitamine A et enfin des vitamines E.
Pour déguster les prunes les plus goûteuses, il faut choisir des fruits brillants, dont la peau est sur le point de se craqueler. La chair doit être très juteuse, parfumée et bien sucrée au goût.
En 2005, la France a produit 214 000 tonnes de prunes récoltées selon le ministère de l’Agriculture. Quant aux prix appliqués en moyenne, il faut compter environ 2 euros le kilo pour des prunes Golden Japan, 4 euros le kilo pour les mirabelles et 2,50 euros pour les prunes rouges-bleues-noires.

Ajouter un commentaire…

Click here to post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à notre newsletter

Suis-nous sur les réseaux

Vite lu

Le Val labellisé. Avec l’aide du conservatoire méditerranéen, le maire de la commune du Val dans le Var, Jérémy Guiliano, vient de lancer un programme de préservation du Boussarlu, une variété endémique d’oliviers menacée de disparition. Pour un montant de 4 000 €, en plus de fonds européens, le maire veut reconnecter sa population avec ses oliviers et relancer toute une filière. Et pour commencer, le Val vient d’être labellisé « commune oléicole de France ».

(Encore) un nouveau directeur aux Roches Blanches. Comme chaque année, l’hôtel restaurant cassidain présente son nouveau directeur. Il s’agit d’Emmanuel Blanchemanche qui a quitté la direction du domaine de Verchant, près de Montpellier, pour Cassis. « Je suis très heureux de me lancer dans ce nouveau projet de vie, de  surcroît dans cet environnement exceptionnel. Pouvoir écrire un nouveau chapitre pour ce lieu mythique est un privilège et j’ai suivi les conseils de Winston Churchill, qui a résidé aux Roches Blanches : pour s’améliorer, il faut changer. Donc, pour être parfait, il faut avoir changé souvent ». Il n’est pas sûr que dans l’hôtellerie et la restauration ces changements perpétuels soient très rassurants pour les clients.

Sébastien Sanjou au château Mentone. Le chef varois rejoint pour l’été le domaine viticole de Mentone et y ouvre « la Table de Mentone ». Dès les beaux jours arrivés, la table est dressée en extérieur, face au vignoble et aux forêts qui le bordent. La ferme-auberge promet de conjuguer convivialité et partage avec des menus d’esprit provençal composés avec les légumes et herbes fraîches du potager, les fruits des vergers, olives de l’oliveraie du domaine et les œufs du poulailler. Viandes et volailles, fromages et charcuteries sont, eux, issus de producteurs locaux. Les vins de la propriété, classés Côtes de Provence bio, accompagnent les menus. En mai et juin, ouverture du mercredi au dimanche au déjeuner et du mercredi au samedi au dîner.
Château Mentone, 401, chemin de Mentone, 83510 Saint-Antonin du Var ; infos au 04 94 04 42 00.