Magazine

La pâtissière Sabrina Guez, franc-tireur de la nouvelle pâtisserie

Sabrina Guez

C’est dans son labo, au Vallon des Auffes, que Sabrina Guez imagine et réalise des pâtisseries au style aussi gracieux que féminin. La jeune maman de Maël, 2 ans, attend un autre heureux événement pour ce mois de septembre et c’est dans son laboratoire, entourée de réalisations fines et fruitées, qu’elle se prête au jeu du questionnaire de Proust. De ses cheesecakes à la passion jusqu’à ses tartes aux deux citrons, en passant par le classique chocolat praliné croustillant, les pâtisseries de Sabrina Guez offrent une touche sucrée et aérienne à l’issue d’un repas festif. Confidences en mode pâtissier après un été laborieux dans son labo…
Sabrina Guez, 35, boulevard Augustin-Cieussa, Marseille 7e arr. Contact impératif avant toute visite au 06 17 52 25 16.

Votre principal trait de caractère ?
Je suis extrêmement exigeante envers moi même. J’essaie toujours de perfectionner mes réalisations.

Votre principal défaut ?
J’ai un cruel manque de confiance en moi. Je stresse beaucoup quant à mon travail. À mes yeux, ce que je réalise n’est jamais assez bien.

Votre occupation préférée ?
Passer du temps avec ma famille. Cela me permet de me vider la tête.

Ce qui vous fait vibrer dans la pâtisserie ?
La perpétuelle découverte de nouvelles saveurs ; en changeant une toute petite dose dans une recette ou en y incorporant un nouvel ingrédient, on va obtenir un goût ou une texture nouveaux.

Votre rêve de bonheur ?
Je rêve d’une famille qui s’agrandit et d’une affaire qui se développe mais je l’ai désormais bientôt atteint.

Le pays où vous désireriez vivre ?
J’adore l’Italie. Leur culture latino-méditerranéenne est très similaire à l’ambiance que l’on trouve à Marseille, je n’y suis donc pas perdue et je m’y sens bien.

Quelle est votre spécialité dans la pâtisserie ?
Je n’en ai pas car je veux avant tout donner du plaisir aux gens. Quand on me dit qu’une de mes pâtisseries était particulièrement bonne, cela me permet de prendre confiance en moi et me rend fière.

Votre livre de chevet ?
PH 10 de Pierre Hermé (chez Agnès Viénot Ed.), c’est clairement la bible des pâtissiers !

Vos héros dans la vie réelle ?
Ma famille et mes parents car j’ai toujours pris exemple sur eux. Nous nous entraidons et c’est ce qui nous permet de nous améliorer, que ce soit dans la restauration pour mon oncle et mon frère ou dans la pâtisserie pour moi.

Sur votre bibliothèque iTunes, il y a quoi ?
J’aime beaucoup la soul et le jazz : Ray Charles et Nina Simone sont mes artistes phare. J’aime beaucoup Coldplay et U2 également.

Les qualités d’un pâtissier ?
La rigueur, la précision et l’organisation. Je vois difficilement quelqu’un se lancer dans cette voie sans posséder ces qualités.

Ce que vous détestez par-dessus tout ?
Le manque de respect, envers moi ou les autres.

Votre devise ?
Je n’en ai pas particulièrement mais ce que je souhaite, c’est être heureuse dans ma vie familiale.

Recueilli par Axel Gède / photo A.G.


Abonnez-vous à notre newsletter

Suis-nous sur les réseaux

Vite lu

Le Val labellisé. Avec l’aide du conservatoire méditerranéen, le maire de la commune du Val dans le Var, Jérémy Guiliano, vient de lancer un programme de préservation du Boussarlu, une variété endémique d’oliviers menacée de disparition. Pour un montant de 4 000 €, en plus de fonds européens, le maire veut reconnecter sa population avec ses oliviers et relancer toute une filière. Et pour commencer, le Val vient d’être labellisé « commune oléicole de France ».

(Encore) un nouveau directeur aux Roches Blanches. Comme chaque année, l’hôtel restaurant cassidain présente son nouveau directeur. Il s’agit d’Emmanuel Blanchemanche qui a quitté la direction du domaine de Verchant, près de Montpellier, pour Cassis. « Je suis très heureux de me lancer dans ce nouveau projet de vie, de  surcroît dans cet environnement exceptionnel. Pouvoir écrire un nouveau chapitre pour ce lieu mythique est un privilège et j’ai suivi les conseils de Winston Churchill, qui a résidé aux Roches Blanches : pour s’améliorer, il faut changer. Donc, pour être parfait, il faut avoir changé souvent ». Il n’est pas sûr que dans l’hôtellerie et la restauration ces changements perpétuels soient très rassurants pour les clients.

Sébastien Sanjou au château Mentone. Le chef varois rejoint pour l’été le domaine viticole de Mentone et y ouvre « la Table de Mentone ». Dès les beaux jours arrivés, la table est dressée en extérieur, face au vignoble et aux forêts qui le bordent. La ferme-auberge promet de conjuguer convivialité et partage avec des menus d’esprit provençal composés avec les légumes et herbes fraîches du potager, les fruits des vergers, olives de l’oliveraie du domaine et les œufs du poulailler. Viandes et volailles, fromages et charcuteries sont, eux, issus de producteurs locaux. Les vins de la propriété, classés Côtes de Provence bio, accompagnent les menus. En mai et juin, ouverture du mercredi au dimanche au déjeuner et du mercredi au samedi au dîner.
Château Mentone, 401, chemin de Mentone, 83510 Saint-Antonin du Var ; infos au 04 94 04 42 00.