Carnet de cave

Les sainte-victoire préparent leur show annuel au palais du Pharo

pharo a du palais deuxComme de coutume, les vins de l’appellation sainte-victoire organisent une grande fête, le Pharo a du Palais, ce 30 mai prochain, à Marseille. Ce rendez-vous réunit chaque année tous les professionnels du secteur, avides de découvrir les surprises du millésime de l’année précédente. On ne change pas une recette qui gagne et, pour cette 10e édition, cavistes, sommeliers, restaurateurs seront conviés à une série de dégustations commentées par les 24 vignerons qui participeront à l’événement. A 19 heures, une soirée sur invitations nominatives, permettra d’apprécier les vins sous l’angle festif et non plus professionnel.
A l’image de ce qui se fait déjà en Bourgogne, les Côtes de Provence ont entamé une classification, certains parlent de hiérarchisation, de leurs terroirs, pour aider le consommateur à y voir un peu plus clair et préciser l’origine géographique de certains vins. En 2005, la reconnaissance de la dénomination de terroir Sainte-Victoire, au sein de l’AOC Côtes de Provence, a marqué le début d’une nouvelle aventure pour les quelque 28 vignerons réunis en un syndicat représenté par Olivier Sumeire. Les vins estampillés d’une AOP Sainte-Victoire sont donc issus de 9 communes : Châteauneuf-le-Rouge, Le Tholonet, Meyreuil, Peynier, Puyloubier, Rousset et Trets dans les Bouches-du-Rhône et Pourcieux et Pourrières dans le Var.

A quoi ressemble le millésime 2015 ?
Les conditions météo ont été correctes en dépit des grosses chaleur du mois de juillet 2015. Les vendanges ont été anticipées de 10 jours par rapport à 2014, tous les cépages arrivant à maturité en même temps. Les rosés de 2015 présenteront le même niveau qualitatif que celui de 2014 avec une présence aromatique, une longueur et une rondeur peut-être plus appuyées. Vins tout en fraîcheur, les rosés 2015, offriront des arômes de fruits rouges à chair jaune, des fruits exotiques et d’agrumes avec, pour certains, certaines notes épicées évidentes.
Les rouges affichent une belle maturité avec des robes franches et profondes, un nez complexe et intense de fruits rouges qui évoluent sur des fruits noirs et des notes réglissées. Des tanins présents et soyeux, des vins amples et concentrés, les rouges de sainte-victoire offrent une belle matière. A suivre.

Le Pharo a du Palais, au palais du Pharo, le 30 mai prochain, sur invitations.

Ajouter un commentaire…

Click here to post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à notre newsletter

Suis-nous sur les réseaux

Vite lu

Le Val labellisé. Avec l’aide du conservatoire méditerranéen, le maire de la commune du Val dans le Var, Jérémy Guiliano, vient de lancer un programme de préservation du Boussarlu, une variété endémique d’oliviers menacée de disparition. Pour un montant de 4 000 €, en plus de fonds européens, le maire veut reconnecter sa population avec ses oliviers et relancer toute une filière. Et pour commencer, le Val vient d’être labellisé « commune oléicole de France ».

(Encore) un nouveau directeur aux Roches Blanches. Comme chaque année, l’hôtel restaurant cassidain présente son nouveau directeur. Il s’agit d’Emmanuel Blanchemanche qui a quitté la direction du domaine de Verchant, près de Montpellier, pour Cassis. « Je suis très heureux de me lancer dans ce nouveau projet de vie, de  surcroît dans cet environnement exceptionnel. Pouvoir écrire un nouveau chapitre pour ce lieu mythique est un privilège et j’ai suivi les conseils de Winston Churchill, qui a résidé aux Roches Blanches : pour s’améliorer, il faut changer. Donc, pour être parfait, il faut avoir changé souvent ». Il n’est pas sûr que dans l’hôtellerie et la restauration ces changements perpétuels soient très rassurants pour les clients.

Sébastien Sanjou au château Mentone. Le chef varois rejoint pour l’été le domaine viticole de Mentone et y ouvre « la Table de Mentone ». Dès les beaux jours arrivés, la table est dressée en extérieur, face au vignoble et aux forêts qui le bordent. La ferme-auberge promet de conjuguer convivialité et partage avec des menus d’esprit provençal composés avec les légumes et herbes fraîches du potager, les fruits des vergers, olives de l’oliveraie du domaine et les œufs du poulailler. Viandes et volailles, fromages et charcuteries sont, eux, issus de producteurs locaux. Les vins de la propriété, classés Côtes de Provence bio, accompagnent les menus. En mai et juin, ouverture du mercredi au dimanche au déjeuner et du mercredi au samedi au dîner.
Château Mentone, 401, chemin de Mentone, 83510 Saint-Antonin du Var ; infos au 04 94 04 42 00.