Mes recettes

Salade panzanella de tomates de Provence

Préparation : 15 min / Cuisson 10 min

Salade panzanella de tomates blogVotre marché pour 4 personnes : 600 g de tomates variées (grappe, pendelotes, coeur de boeuf, noire de Crimée, zebra green etc.) ; 200 g de ciabatta un peu rassise (pain italien) ; 3 c. à soupe de vinaigre de vin rouge ; 6 c. à soupe d’huile d’olive + 2 c. à soupe ; 1 petit oignon rouge ; 1 gousse d’ail ; 5 branches de basilic (1 petit bouquet) ; sel et poivre du moulin.

On y va : découpez la ciabatta grossièrement en cubes. Mettez-les sur une plaque à four recouverte de papier de cuisson. Arrosez de 2 cuillères à soupe d’huile d’olive, salez et poivrez, mélangez bien le tout. Faites dorer dans le four préchauffé à 210°C (th7) pendant 10 minutes environ. Pelez l’oignon rouge et émincez-le. Pelez l’ail, dégermez-le et hachez-le finement. Rincez et séchez les tomates, puis coupez-les en quartiers. Mélangez les tomates, l’oignon, l’ail, 6 cuillères à soupe d’huile d’olive et le vinaigre dans un bol. Salez et poivrez. Laissez reposer 10 minutes. Ajoutez ensuite les croûtons, mélangez de nouveau et laissez reposer 15 minutes. Hachez grossièrement les feuilles de basilic et posez-les sur la salade. Servez.

Mon truc : j’ai pris l’habitude d’émietter un peu de thym et de romarin bien secs sur mes cubes de pain au moment d’enfourner ; c’est un supplément de saveur bien appréciable.

Ajouter un commentaire

Cliquer ici pour écrire un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le GP sur les réseaux

Retrouvez-nous 24/24h en photos !

Notez-le

Christian Qui “meilleure table de l’année” selon le Fooding classement 2021 A l’heure où la restauration française vit les heures les plus noires de son histoire, le guide Fooding, lui, continue à vivre comme si tout allait bien. Le guide, qui vient d’être intégralement racheté par le guide Michelin, a révélé ce lundi 16 novembre son palmarès de l’année 2021. Une approche d’autant plus cynique que la quasi totalité des guides français a décidé de ne pas établir de classement tant la période est dramatique pour la profession.

Meilleur bar d’auteur : Bambino (Paris)
Meilleur bistrot : Café Les Deux Gares (Paris)
Meilleur sandwich : Penny Lane (Paris)
Meilleur chef résistant : Antonin Bonnet chez la Boucherie Grégoire (Paris)
Meilleur cuisinier : Daniel Morgan chez Robert (Paris)
Meilleure table : Christian Qui (Marseille)
Meilleure table : Bistrot Bao (Groix)
Fooding d’Amour : Comète (Saint-Lunaire)
Fooding d’Amour : Rita, la Vierge à la Mer (Saint-Jean-de-Luz)
Meilleure chambre de style : château de la Haute Borde (Rilly-sur-Loire).