En direct du marché

Savim de printemps : si tu ne vas pas à la ferme…

Savim de printemps 2018Si tu ne vas pas à la ferme, c’est la ferme qui viendra à toi. telle pourrait être la devise du Savim, salon de la gastronomie qui se tient jusqu’au lundi 26 mars prochain. Quatre jours de rencontres entre le public et les producteurs, vignerons, fermiers, fromagers, éleveurs… une carte gastronomique d’un peu plus de 5500 m2 au hall1 du parc Chanot. Parmi les incontournables de cette session, proximité avec les fêtes de Pâques oblige, la découverte de Stéphane Roux, chocolatier installé à Pertuis depuis 10 ans. L’artisan propose plus de 60 recettes de bonbons au chocolat parmi lesquels un remarquable kalamansi, un mix de ganaches de chocolats noir et au lait et kalamansi pour la note acide et tendue, le crumble noisette, chocolat noir-praliné croustillant au goût de noisette. « J’ai aussi pris l’initiative de créer ma propre plantation au Costa Rica, dans la région de Turrialba, explique Stéphane Roux. Ce qui me permettra, dans quelques mois de proposer des chocolats de la plante à la dégustation ».
Savim de printemps 2018Les incontournables du Savim de printemps 2018 sont là, à l’image de Serge Clavel et ses fameux berlingots de Carpentras, ou du domaine Gavoty et ses fameux vins. A découvrir encore absolument, le Cheninsolite 2016 blanc du domaine Cady, un vin de Loire bio au nez fugace, très frais, appétant compagnon de cochonailles à l’apéritif ou de virils fromages corses. Côté vins rouges, le Nuit noire de Parazols, un minervois 2014 que l’écrivain Colette aurait pu qualifier « d’onctuave » et vanter toute la « sphéricité » mérite que vous le goûtiez. Le lundi 26 mars sera tout à la fois le dernier jour de l’édition de printemps mais aussi le jour où de nombreux professionnels viennent arpenter les allées du salon : « Ils viennent ici à la découverte de produits parfaits qu’ils pourront mettre à la carte de leur restaurant » se réjouit Philippe Colonna. Pour l’organisateur du salon et son fils Florent, cette édition printanière 2018 est bien meilleure de 20% par rapport au printemps 2017 dernier : « Les années d’élection présidentielle sont des années timides en terme de fréquentation, analyse Colonna. Mais cette année, nous revenons à +20% de fréquentation, soit 8000 visiteurs de plus ». Cette année, des scouts ont encore été sollicités pour porter les achats des visiteurs jusqu’à leur coffre de voiture, à charge pour les acheteurs de leur verser un « petit quelque chose » en guise de rétribution. Un confort supplémentaire qui signe définitivement la spécificité du Savim.

Téléchargez votre invitation gratuite

6e Savim de printemps 2018 jusquau lundi 26 mars 2018, parc Chanot, hall1. De 10h à 18h ; entrée : 8 euros avec un verre à dégustation offert.

Ajouter un commentaire…

Click here to post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à notre newsletter

Suis-nous sur les réseaux

Vite lu

Le Val labellisé. Avec l’aide du conservatoire méditerranéen, le maire de la commune du Val dans le Var, Jérémy Guiliano, vient de lancer un programme de préservation du Boussarlu, une variété endémique d’oliviers menacée de disparition. Pour un montant de 4 000 €, en plus de fonds européens, le maire veut reconnecter sa population avec ses oliviers et relancer toute une filière. Et pour commencer, le Val vient d’être labellisé « commune oléicole de France ».

(Encore) un nouveau directeur aux Roches Blanches. Comme chaque année, l’hôtel restaurant cassidain présente son nouveau directeur. Il s’agit d’Emmanuel Blanchemanche qui a quitté la direction du domaine de Verchant, près de Montpellier, pour Cassis. « Je suis très heureux de me lancer dans ce nouveau projet de vie, de  surcroît dans cet environnement exceptionnel. Pouvoir écrire un nouveau chapitre pour ce lieu mythique est un privilège et j’ai suivi les conseils de Winston Churchill, qui a résidé aux Roches Blanches : pour s’améliorer, il faut changer. Donc, pour être parfait, il faut avoir changé souvent ». Il n’est pas sûr que dans l’hôtellerie et la restauration ces changements perpétuels soient très rassurants pour les clients.

Sébastien Sanjou au château Mentone. Le chef varois rejoint pour l’été le domaine viticole de Mentone et y ouvre « la Table de Mentone ». Dès les beaux jours arrivés, la table est dressée en extérieur, face au vignoble et aux forêts qui le bordent. La ferme-auberge promet de conjuguer convivialité et partage avec des menus d’esprit provençal composés avec les légumes et herbes fraîches du potager, les fruits des vergers, olives de l’oliveraie du domaine et les œufs du poulailler. Viandes et volailles, fromages et charcuteries sont, eux, issus de producteurs locaux. Les vins de la propriété, classés Côtes de Provence bio, accompagnent les menus. En mai et juin, ouverture du mercredi au dimanche au déjeuner et du mercredi au samedi au dîner.
Château Mentone, 401, chemin de Mentone, 83510 Saint-Antonin du Var ; infos au 04 94 04 42 00.