En direct du marché

Savim de printemps : le millésime 2018 entre succès et nouveautés

Savim de printempsLe 16e Savim de printemps est annoncé et se déroulera, comme d’habitude, au parc Chanot du 23 au 26 mars prochain. Elevé au rang de phénomène culturel par son promoteur et fondateur, Philippe Colonna, le Savim est devenu un classique du paysage gastronomique français ; il est devenu le premier salon gastronomique de France, chacune de ses sessions attirant plusieurs dizaines de milliers de visiteurs. « J’assume l’intégralité de la sélection des exposants présents, assure Colonna non sans fierté. Le Savim, c’est la rencontre des producteurs avec les consommateurs. Je ne veux ni revendeurs, ni négociants, je veux que le consommateur fasse part de ses remarques en direct au producteur ou à l’éleveur ». Une volonté qui profite, entre autres avantages, aux visiteurs qui achètent leurs vins aux prix départ cave.

UN JOUR DE PLUS En cette année 2018, le Savim fête ses 30 ans d’existence. Fondé en 1989 à Istres, le Savim a très rapidement connu un vif succès au point de déménager à Marseille. Pour marquer l’événement, le Savim d’automne passera de 4 à 5 jours et débutera le jeudi 15 novembre pour s’achever le 19 novembre 2018. « Nous rajouto,ns un jour de plus, du jeudi au lundi inclus, car nous accueillons trop de monde et souhaitons qu’avec un jour d eplus le public puisse évoluer dans le salon avec un maximum de confort » justifie Colonna. Ultime preuve d’un succès qui ne se dément pas.

Le Savim de printemps, comme ses éditions précédentes, confirmera les équilibres sur lesquels Philippe Colonna veille jalousement : il y aura presqu’autant de stands voués aux vins et spiritueux qu’à l’alimentaire soit 250 en tout. Entre autres nouveautés ce printemps, on ira à la rencontre Charles Trabaud dont les pois chiches et lentilles font la renommée du petit village varois de Rocbaron. Trabaud revendique une production annuelle de quelque 80 tonnes ; déjà présent sur les marchés de Brignoles et des producteurs engagés à Cuers, notre homme débarque à Marseille et mérite le meilleur accueil. « Je recommande aussi les huiles d’olive extra vierges bio de la famille Fausone, ajoute Philippe Colonna. La marque est aussi très réputée pour sa gamme de produits à la truffe blanche d’Alba. C’est Stefania Fausone qui a pris la succession de son papa Giovanni qui a fondé l’entreprise en 1948″.

Autre découverte de ce millésime printanier, les châtaignes bio du Mas de Valmalle : « Mélissa Brun et Nicolas Boutin exploitent les châtaigneraies encerclant le village de Chamborigaud depuis 2013. Le jeune couple travaille en bio des variétés locales comme la figarette, la pellegrine ou la rabairaise, énumère Philippe Colonna. Farines, confitures, marrons au naturel, leur production atteint de 6 à 8 tonnes selon les années et c’est un délice ! » Les amateurs de châteauneufs-du-pape seront aussi à la fête avec l’arrivée, pour la première fois du domaine du comte Christophe de Courten : « Une famille exploite cette terre depuis 7 générations, leurs blancs et rouges sont beaux et fins, de très beaux vins »… dit Colonna. Comme s’il fallait encore nous convaincre de l’excellence de la sélection du Savim.

Téléchargez votre invitation gratuite

16e Savim de printemps du vendredi 23 au lundi 26 mars 2018, parc Chanot, hall1. Inscriptions sur place aux cours d’initiation à la dégustation de vin : 3 séances d’une heure par jour (pas de cours le lundi et limitées à 24 personnes) à 13h, 15h et 17h, tarif : 5 euros par personne. De 10h à 20h (et18h le lundi) ; entrée : 8 euros avec un verre à dégustation offert.

Ajouter un commentaire…

Click here to post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à notre newsletter

Suis-nous sur les réseaux

Vite lu

Le Val labellisé. Avec l’aide du conservatoire méditerranéen, le maire de la commune du Val dans le Var, Jérémy Guiliano, vient de lancer un programme de préservation du Boussarlu, une variété endémique d’oliviers menacée de disparition. Pour un montant de 4 000 €, en plus de fonds européens, le maire veut reconnecter sa population avec ses oliviers et relancer toute une filière. Et pour commencer, le Val vient d’être labellisé « commune oléicole de France ».

(Encore) un nouveau directeur aux Roches Blanches. Comme chaque année, l’hôtel restaurant cassidain présente son nouveau directeur. Il s’agit d’Emmanuel Blanchemanche qui a quitté la direction du domaine de Verchant, près de Montpellier, pour Cassis. « Je suis très heureux de me lancer dans ce nouveau projet de vie, de  surcroît dans cet environnement exceptionnel. Pouvoir écrire un nouveau chapitre pour ce lieu mythique est un privilège et j’ai suivi les conseils de Winston Churchill, qui a résidé aux Roches Blanches : pour s’améliorer, il faut changer. Donc, pour être parfait, il faut avoir changé souvent ». Il n’est pas sûr que dans l’hôtellerie et la restauration ces changements perpétuels soient très rassurants pour les clients.

Sébastien Sanjou au château Mentone. Le chef varois rejoint pour l’été le domaine viticole de Mentone et y ouvre « la Table de Mentone ». Dès les beaux jours arrivés, la table est dressée en extérieur, face au vignoble et aux forêts qui le bordent. La ferme-auberge promet de conjuguer convivialité et partage avec des menus d’esprit provençal composés avec les légumes et herbes fraîches du potager, les fruits des vergers, olives de l’oliveraie du domaine et les œufs du poulailler. Viandes et volailles, fromages et charcuteries sont, eux, issus de producteurs locaux. Les vins de la propriété, classés Côtes de Provence bio, accompagnent les menus. En mai et juin, ouverture du mercredi au dimanche au déjeuner et du mercredi au samedi au dîner.
Château Mentone, 401, chemin de Mentone, 83510 Saint-Antonin du Var ; infos au 04 94 04 42 00.