En direct du marché

Sequencia, la nouvelle révolution de la Chocolaterie de l'Opéra

chocolaterie de l'opera le Grand PastisOn pensait tout connaître des saveurs du cacao jusqu’à la semaine dernière. En présentant sa toute nouvelle gamme Sequencia, la chocolaterie de l’Opéra à Châteaurenard vient de frapper un grand coup. « Nous avons créé un nouveau procédé de torréfaction révolutionnaire qui révèle toute la richesse aromatique de la fève de cacao » ont annoncé, devant un impressionnant parterre de chocolatiers, pâtissiers, confiseurs et restaurateurs, les dirigeants de la Chocolaterie de l’Opéra. Pour mettre en oeuvre ce nouveau procédé de torréfaction séquentielle, Olivier et Nicolas de Loisy, père et fils, ont doté leur usine d’un outil de production ultra moderne adapté à leurs recherches : « Nous avons étudié pendant plus de 5 ans, les phénomènes se produisant lors de la torréfaction, explique Olivier de Loisy. Nous avons découvert qu’en créant des cycles de torréfaction, nous révélions des arômes jusqu’ici occultés par la torréfaction des fèves de cacao ».

Méthode déposée et protégée 

En résumé, torréfié selon cette méthode dont le processus a été déposé et protégé, le chocolat révèle des parfums très différents de ce que nous avons l’habitude de consommer. Dans le droit fil de cette découverte, la Chocolaterie de l’Opéra vient de mettre sur le marché une gamme baptisée Sequencia composée de deux chocolats :

  • Le Altapaz est un Guatemala à 73% aux notes fortes de cacao très appuyées. Le « fondant beurré » de ce chocolat noir peu sucré laisse place à une note astringente en finale. Ce chocolat velouté, rond et chaleureux, laisse deviner une pointe acide virant sur l’agrume ; remarquable.
  • Le Vibrato, est le fruit d’un assemblage de fèves provenant de Madagascar et du Guatemala. Son nez racé est celui d’un chocolat plus rustique ; ses tanins ont été travaillés et polis. Soyeux en bouche il laisse apparaître des notes fruitées par rétro-olfaction. Lui aussi, il jouit d’une surprenante longueur en bouche.

Ces nouveaux chocolats sont désormais proposés à la vente auprès des professionnels de la chocolaterie-pâtisserie. Les plus curieux pourront se rendre chez le chocolatier Frédéric Hawecker (à Châteaurenard) pour le découvrir décliné en bonbons, gâteaux et tablettes.

Ajoute un commentaire

Ecris ici pour poster ton commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonne-toi à la newsletter

Marseille

Farinette c’est fini. Quatorze mois plus tard, la boulangerie de Manon et Etienne Geney tire le rideau. « Nous avons vécu une année compliquée et la hausse globale des coûts, énergie et matières confondues, a fragilisé notre modèle économique, explique Etienne Geney. Nous n’avons pas voulu fragiliser la Maison Geney voisine et on a pensé qu’il valait mieux tout arrêter ». En dépit de cette annonce, l’équipe vient de terminer une série de tournages pour la « Meilleure boulangerie de France » (M6) et le couple Geney enfonce le clou : – On y a mis tout notre cœur, on n’a proposé que du bon pain, on a fait de gros progrès et on ne retire que du bien de cette expérience ». Toujours propriétaires du nom Farinette qu’ils ont déposé, les Geney attendent que « le temps passe » et promet : « On reviendra mais on ne sait pas quand ». Fermeture le 4 février 2023.

Marrou à Saint-Barnabé. Porté par le succès de ses implantations au Prado, à Castellane et à l’opéra, Marrou ouvre un espace traiteur-pâtisserie à l’entrée de la galerie Saint-Barnabé Village (95, rue Montaigne, 12e). Il sera possible de déjeuner sur place et de profiter du salon de thé à toute heure de la journée. Une terrasse et des places en salle sont annoncées. Les Marseillais de boboboom (présents déjà à Paris, les Emirats, Londres, la Savoie , Rio et New York) signeront la déco et le style de l’enseigne.

 

Ramatuelle

Raclette à Pampelonne. Fondée par la famille Manificat dans les années 70, L’Orangerie compte parmi les historiques de la plage de Pampelonne. Ce restaurant de plage est l’un des seuls de la baie à accueillir ses clients toute l’année, 7 jours sur 7. Pour cet hiver, le chef Daniele Negrini a eu l’idée de proposer une raclette… original face à la mer ! Côté tarif, ça reste raisonnable : 35 € par personne, pour deux convives minimum.
L’Orangerie,
962, chemin des Tamaris, 83350 Ramatuelle ; infos au 04 94 79 84 74.

 

Suis-nous sur les réseaux