Restaurants en Provence

Set club, un restaurant qui donne envie de se mettre au fitness

le-set-club-marseillePeut-on bien manger dans un club de sport ? Un club de sport peut-il être beau ? Un restaurant a-t-il sa place dans un espace fitness ? A ces trois questions, les deux frères Mathieu et Benjamin ont voulu apporter une réponse positive. Aux commandes du Set Club depuis 12 ans, le duo a pris la suite des parents qui ont fondé le lieu en 1978. Et comme au Set club tout se compte en années, le chef Alain Novella affiche 25 ans au compteur et toujours la même vigueur. Sur la carte, les principaux fournisseurs du restaurant prouvent un souci constant de traçabilité.

C’est entre midi et deux que la philosophie des lieux transpire le mieux, les bleu de travail des ouvriers voisins cohabitant tout sourires avec les costumes gris des employés bancaires et les joues encore rouge de l’effort des sportifs qui viennent faire la pause. De ce joyeux mélange, naît une carte prônant les salades (quinoa à la grecque, multi-vitaminée, thaï au boeuf ou tataki de thon rouge), recommandant les burgers et les viandes (steack sauce roquefort, entrecôtes, rumsteacks…) et les incontournables sucres lents (farfalle, gnocchis, tortellis).
resto-setclubUne carte qui autorise tous les plaisirs, des moins caloriques aux plus savoureux, tout dépend de votre tour de ceinture. C’est Greg qui coache la salle avec son grand sourire, c’est Charly qui amène le dessert. Profs de zumba ou de Pilates, ils animent avec le même sourire le resto. Côté burger, Greg, justement, recommande le set burger où la viande hachée fraîche du jour de Cantini Flandin se pose sur une rouelle de bacon, tomate, fromages et sauces barbecue venant en complément. Demandée saignante, la viande est bien cuite, accompagnée de frites fraîches maison. Suit une jolie tarte au citron meringuée, une suggestion du jour parmi les crumble et autre mi-cuit chocolat que mitonne Salah chaque jour. Un café et l’addition, le tour est joué. Alors faut-il y aller ? Avec un excellent rapport qualité-prix proposant un plat-dessert café à 20-21 euros, le Set relève le défi avec brio. Avec pour seule envie de faire « vite-bien et bon », sans prétention gastronomique, ce qui témoigne de la clairvoyance d’Alain Novella, Mathieu et Benjamin ont réussi là où beaucoup ont échoué…

Le Set, 265, avenue de Mazargues, Marseille 8e arr. ; réservations au 04 91 71 94 71.
Plat du jour 12,80 € ; dessert du jour 6 € ; assiette repas 12, 80 €. Carte 19-23 €.

Abonnez-vous à notre newsletter

Suis-nous sur les réseaux

Vite lu

Le Val labellisé. Avec l’aide du conservatoire méditerranéen, le maire de la commune du Val dans le Var, Jérémy Guiliano, vient de lancer un programme de préservation du Boussarlu, une variété endémique d’oliviers menacée de disparition. Pour un montant de 4 000 €, en plus de fonds européens, le maire veut reconnecter sa population avec ses oliviers et relancer toute une filière. Et pour commencer, le Val vient d’être labellisé « commune oléicole de France ».

(Encore) un nouveau directeur aux Roches Blanches. Comme chaque année, l’hôtel restaurant cassidain présente son nouveau directeur. Il s’agit d’Emmanuel Blanchemanche qui a quitté la direction du domaine de Verchant, près de Montpellier, pour Cassis. « Je suis très heureux de me lancer dans ce nouveau projet de vie, de  surcroît dans cet environnement exceptionnel. Pouvoir écrire un nouveau chapitre pour ce lieu mythique est un privilège et j’ai suivi les conseils de Winston Churchill, qui a résidé aux Roches Blanches : pour s’améliorer, il faut changer. Donc, pour être parfait, il faut avoir changé souvent ». Il n’est pas sûr que dans l’hôtellerie et la restauration ces changements perpétuels soient très rassurants pour les clients.

Sébastien Sanjou au château Mentone. Le chef varois rejoint pour l’été le domaine viticole de Mentone et y ouvre « la Table de Mentone ». Dès les beaux jours arrivés, la table est dressée en extérieur, face au vignoble et aux forêts qui le bordent. La ferme-auberge promet de conjuguer convivialité et partage avec des menus d’esprit provençal composés avec les légumes et herbes fraîches du potager, les fruits des vergers, olives de l’oliveraie du domaine et les œufs du poulailler. Viandes et volailles, fromages et charcuteries sont, eux, issus de producteurs locaux. Les vins de la propriété, classés Côtes de Provence bio, accompagnent les menus. En mai et juin, ouverture du mercredi au dimanche au déjeuner et du mercredi au samedi au dîner.
Château Mentone, 401, chemin de Mentone, 83510 Saint-Antonin du Var ; infos au 04 94 04 42 00.