Art de vivre

Les Simplissimes, les recettes les plus cool de l’univers !

SimplissimesLes têtes pensantes du marketing des éditions Hachette n’ont pas cogité bien longtemps. Elles ont baptisé “Simplissime” cette collection de livres intelligents car tout ce qui est bien pensé s’énonce clairement. Derrière cet exceptionnel succès de librairie se cache un homme, sorti majeur de l’école supérieure de cuisine Ferrandi, Jean-François Mallet. Après avoir exercé au sein de brigades de renom, l’homme s’est pris de passion pour la photographie culinaire. Après l’incroyable triomphe des “Dîners chic les plus faciles du monde”, “Livre de desserts le plus facile du monde” ou “Les pizzas les plus faciles du monde”, Hachette nous gratifie de trois nouveaux opus super bons, super rapides et (presque) sans vaisselle : “Les recettes au cuit vapeur les plus faciles du monde”, “Les cocottes les plus faciles du monde”, “Les salades complètes les plus faciles du monde”. 3, 4 ou 5 ingrédients, 7, 8 ou 9 lignes “écrites en gros” pour expliquer comment on fait et une belle photo pour se motiver… Certainement l’une des publications les plus enthousiasmantes de la décennie. Et vu le prix, il serait dingue de faire l’impasse sur l’intégralité de la collection.

Collection des Simplissimes, Hachette Cuisine Ed., 94 pages, 6,95 €.Simplissimes

Numa Muller chez Madame Jeanne Longtemps annoncée et attendue, l'arrivée de Numa Muller chez Madame Jeanne, le restaurant de la Maison Buon, rue Grignan (6e arr) est officielle. Le chef a pris possession de la cuisine et propose pêle-mêle une tête de thon de ligne, un loup-concombre compressé et abricot fermenté-lait ribot et chips de riz-seiche, un thon et abricot au sel-herbes et fleurs du littoral et huile de feuilles de figuier eau de concombre. A suivre, 86, rue Grignan, Marseille 1er ; infos au 04 86 26 54 16.

Elie Kalamouka n'est plus Son nom restera indéfectiblement attaché au Mas, restaurant de la rue Lulli (1er) qu'il avait cofondé avec Robert Lenoir. Elie Kalamouka s'est éteint vendredi à 87 ans non sans susciter une vive émotion chez tous ceux qui avaient pris l'habitude de dîner chez lui. Le Mas était l'une des rares tables ouvertes toute la nuit, attirant noctambules et artistes qui, en fin de spectacle, venaient s'y détendre. Il était paar ailleurs administrateur du festival Jazz des Cinq Continents. La crise sanitaire a été fatale au Mas qui a été placé en liquidation judiciaire. Ce décès tourne définitivement la page des années 1980 à Marseille...

Abonnez-vous à notre newsletter