Magazine

Sylvain Bourletsis le Meilleur Pâtissier de M6, confidences en mode sucré

Sylvain Bourletsis le Meilleur PâtissierLes entretiens débutent souvent par un échange de cartes de visite, Sylvain, lui, offre navettes, croquants et autres biscuits. Sur la table, entre les tasses de café, un assortiment de biscuits dorés et appétissants réveillent l’empathie que suscite ce passionné de 53 ans. Sylvain Bourletsis, vous l’avez vu concourir sur M6 dans “le Meilleur pâtissier”, vous le croiserez aussi sur les marchés marseillais. Le mélange des clientèles “bobo, populaire, des touristes, c’est ce que j’aime, c’est très enrichissant” poursuit-il.
Sylvain le martèle : il a tout appris tout seul. Sa motivation ? Une passion immodérée pour la chose sucrée. Autodidacte, il mène de front plusieurs vies. “Je suis conseiller funéraire, c’est-à-dire que j’accompagne les familles dans l’organisation des funérailles de leur proche, confesse-t-il. J’aime faire plaisir aux gens et rendre service”. Depuis son enfance, Sylvain entretient cette petite flamme sacrée : “Comme beaucoup, j’ai commencé par préparer des cakes, gâteaux au yaourt, des tartes. Je suis un gourmand qui aime ce qui est beau et quand j’étais gosse, j’admirais les millefeuilles en me disant que quand je serai grand, je ferai ça”, sourit-il.
Les années sont passées et Sylvain Bourletsis est devenu papa : “Pour mes enfants, j’ai fait des gâteaux d’anniversaire de plus en plus soignés, c’est là que mes premières émotions sont apparues. En travaillant, en touchant la matière, en imaginant, composant, réfléchissant je trouvais un nouveau moyen d’expression”. Comme toujours, le parcours des hommes de talent croise celui  des bonnes fées. En 2012, les deux amies Ghislaine et Monique, offrent à Sylvain son premier Kitchenaid : “Ça a été comme un déclencheur qui m’a permis de me lancer dans des préparations de plus en plus techniques”.

“Mon ambition : maîtriser les classiques et les techniques qui vont de pair. Il faut comprendre ce que l’on fait, c’est une forme d’intelligence entre l’artisan et l’ingrédient. Le bon sens, la logique c’est primordial… Il ne suffit pas de mélanger”

En 2012, M6 diffuse sa première émission et, forcément, famille et proches, incitent Sylvain à s’inscrire. “J’ai attendu la saison 5 pour le faire. J’ai passé tous les castings mais j’ai été recalé à la dernière étape. Ils m’ont pris à la saison 6”, relate-il. Le tournage des émissions débute en mai ; dans le train qui le conduit à Paris, sylvain est impatient, il pense à ses recettes et ressasse le contenu des deux gros sacs qui l’accompagnent… Non, il n’a rien oublié. “C’est pas parce qu’on est passé à la télé qu’on est un pâtissier, être pâtissier c’est beaucoup plus que ça”, assure-t-il. Installé à Peyrolles, Sylvain souhaite désormais créer son propre laboratoire : “J’adore les biscuits et aimerais transmettre ma passion aux enfants. J’imagine créer des ateliers pour enfants et parents”. Un nouveau défi qui pointe encore à l’horizon, mais Sylvain adore ça.

Retrouvez Sylvain chaque lundi de 15h à 20h au marché de la Friche Belle-de-Mai
et le jeudi au carré Méry, au pied de l’Intercontinental, de 15h à 19h. Compte Insta ici.

L’expérience M6

De l’aveu même de Sylvain Bourletsis, le tournage a été éprouvant mais la chaîne interdit par contrat aux candidats de parler librement. Alors chaque mot est pesé… “J’ai fait 4 émissions sur 9. C’était très dur car une journée on pouvait tourner l’épreuve du classique revisité et l’épreuve technique, le lendemain on enchaînait avec l’épreuve créative. On se lève tôt, se couche tard, on est coupé de sa famille, c’était intensif mais je l’avais voulu”. Un regret ? “C’est de n’avoir pu participer à l’épreuve du trompe-l’oeil. J’avais imaginé un savon de Marseille ; un biscuit amandes-ganache d’olives macérées au citron et compotée de figues. Il s’agissait de pommader un cube de crème au beurre et de le couvrir enfin d’une très fine pâte d’amandes”. Une composition très sophistiquée et un résultat tant visuel que gustatif épatant.

Le GP sur les réseaux

Retrouvez-nous 24/24h en photos !

Abonnez-vous à notre newsletter

Spécial Covid-19

Terre de Mars Le groupement propose des paniers avec des semences paysannes. Des fruits et légumes cultivés sans produits phytosanitaires vendus en paniers composés tous les lundis de 17h à 19h à la ferme Sainte-Marthe (25, impasse du Four de Buze, 14e). Tous les jeudis de 18h à 19h à la brasserie Zoumaï (7, cours Gouffé, 7e arr.) sans engagement. Infos au 06 50 13 70 02 et contact@terredemars.fr

Paniers marseillais Voici le lien vers la cartographie des  30 Paniers de quartier Vous prendrez contact avec les responsables bénévoles du Panier Marseillais près de chez vous pour souscrire un contrat d’essai. Les légumes frais du panier (environ 6kg, idéal pour 2 personnes) sont cultivés par le maraîcher qui vous livre en direct , en agriculture biologique dans votre région.sol

Terre de Mars Les ventes sont maintenues, adressez vos commandes de paniers au 06 50 13 70 02 ; infos sur le site.

Amap Saint-Cannat L’Amap anime un drive devant la salle Artaud de l’espace coopérative, chaque vendredi de 16h30 à 18h. Paniers de légumes préparés chez le producteur. Infos Amap Saint-Cannat : 006 8332 4154 et mail : amap13760@gmail.com

À Lambesc, marché paysan  sous la halle paysanne, le mardi de 14h à 19h.

  À Peyrolles, les paysans de la Durance ont mis en place un service de drive fermier : une caravane présente les mardis et vendredis de 14h à 18h, proche du marché habituel des producteurs route de la Durance. Passer commande le samedi pour récupérer le panier le mardi et commande le mardi pour récupérer le panier le vendredi. Commande par SMS au 06 08 84 46 71.

Vins des Côtes-du-Rhône Amateurs des vins des côtes-du-Rhône voici le lien à cliquer ici pour retrouver sur une carte les adresses des caves qui livrent, reçoivent et font vivre leur vignoble. Essentiel !

Bienvenue à la Ferme Le réseau dans toute la région Paca propose une sélection d’adresses pour faire vos courses directement chez le producteur, ou dans un drive fermier, dans un magasin de producteurs ou dans un marché de producteurs de pays. Connectez-vous ici

La carte des commerces de proximité En ces temps troublés, il faut panacher les solutions, du supermarché à la supérette en passant par les commerces de proximité qui ont plus que jamais besoin de votre solidarité et de vos achats pour vivre. N’hésitez pas à consulter cette carte qui évoluera au fil des jours et gardez en tête que vous ne pouvez pas vous éloigner de votre domicile. La carte des commerces de proximité ici

Réseau d’entraide entre paysans et consommateurs du 13 Cette carte interactive a été créée par l’Adear 13 dont une des missions est d’accompagner les paysans dans la vente de leur production en circuits courts dans tout le département des Bouches-du-Rhône. Rendez-vous ici.

Partout dans les Bouches-du-Rhône La Chambre de commerce et d’Industrie d’Aix-Marseille Provence propose une carte de géolocalisation des commerces de proximité ouverts sur tout le territoire. Si vous êtes commerçant, vous pouvez vous inscrire ici.
La carte des commerces dans le département ici.

Livraisons de viande 100% locale Les éleveurs des Bouches-du-Rhône se mobilisent pour approvisionner en direct les consommateurs en viande élevée sur place. Pour retrouver le chemin des exploitations, acheter local et permettre aux consommateurs de s’approvisionner directement auprès des producteurs, commandez sur la page facebook dédiée. @leseleveursdu13