Mes recettes

Tartelettes choco-fraises de chez nous

Tartelette choco fraisePréparation : 30 min / Repos : 3h30 / Cuisson : 20 min

Votre marché : pour la pâte, 40 g d’amandes en poudre ; 220 g de farine + 30 g pour fleurer ; 80 g de sucre glace ; 1 œuf ; 125 g de beurre + 1 noix. Pour la garniture : 300 g de fraises gariguette de France ; 200 g de chocolat noir à 60% de cacao ; 20 cl de crème liquide ; 20 g de beurre. Pour le nappage : 2 cuillères à soupe de gelée de fraises

On y va : placez la poudre d’amandes, le sucre glace, la farine et le beurre coupé en petits morceaux dans le bol d’un robot. Mixez pour obtenir un mélange sablé. Ajoutez l’œuf entier et mixez à nouveau rapidement pour que la pâte se tienne. Débarrassez, formez une boule, filmez et laissez reposer 1h au frais. Préchauffez le four à 180°C. Beurrez et farinez des moules à tartelette à fond amovible. Sortez la pâte et abaissez-la avec un rouleau à pâtisserie sur le plan de travail fariné. Découpez des cercles d’un diamètre légèrement supérieur à celui des moules. Garnissez les moules et laissez un peu d’excédent sur les contours. Piquez le fond à la fourchette, couvrez de papier cuisson et de haricots secs et enfournez pour 20 min en retirant le papier et les haricots à mi-cuisson. Coupez les bords nets et laissez refroidir.
Préparez la ganache : faites chauffer la crème jusqu’à frémissement, hachez le chocolat et versez la crème chaude dessus ; ajoutez le beurre et mélangez délicatement pour que l’ensemble soit bien fondu. Versez dans les fonds de tartes. Laissez refroidir au moins 3h.
Démoulez les tartelettes. Équeutez les fraises et disposez-les sur les tartelettes au moment de servir.
Faites tiédir la gelée de fraises et badigeonnez-en légèrement les fraises au pinceau pour donner de la brillance.

Ajouter un commentaire

Cliquer ici pour écrire un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Numa Muller chez Madame Jeanne Longtemps annoncée et attendue, l'arrivée de Numa Muller chez Madame Jeanne, le restaurant de la Maison Buon, rue Grignan (6e arr) est officielle. Le chef a pris possession de la cuisine et propose pêle-mêle une tête de thon de ligne, un loup-concombre compressé et abricot fermenté-lait ribot et chips de riz-seiche, un thon et abricot au sel-herbes et fleurs du littoral et huile de feuilles de figuier eau de concombre. A suivre, 86, rue Grignan, Marseille 1er ; infos au 04 86 26 54 16.

Elie Kalamouka n'est plus Son nom restera indéfectiblement attaché au Mas, restaurant de la rue Lulli (1er) qu'il avait cofondé avec Robert Lenoir. Elie Kalamouka s'est éteint vendredi à 87 ans non sans susciter une vive émotion chez tous ceux qui avaient pris l'habitude de dîner chez lui. Le Mas était l'une des rares tables ouvertes toute la nuit, attirant noctambules et artistes qui, en fin de spectacle, venaient s'y détendre. Il était paar ailleurs administrateur du festival Jazz des Cinq Continents. La crise sanitaire a été fatale au Mas qui a été placé en liquidation judiciaire. Ce décès tourne définitivement la page des années 1980 à Marseille...

Abonnez-vous à notre newsletter