Art de vivre

Le Tattoo bar entre une bruschetta et un verre de côtes-de-Provence

Tattoo barIl y avait ici un garage dans un état déplorable, « sans sol ni plafond » comme se plaît à le souligner Anthony Capaldi. Il aura fallu quelque 4 mois de travaux pour transformer ce lieu en Tattoo bar. Inauguré lundi 6 février dernier, le concept voulu par Anthony et Estelle Capaldi conduit le gastronome sur les chemins du piercing et du body suit (le corps couvert de tatouages). « Nous sommes originaires de Lyon et Paris. On s’est installés à Marseille il y a dix ans », raconte Anthony. Semblant avoir fait le tour de leur vie de restaurateurs à Albertville, en Savoie, le jeune couple s’est découvert une passion pour le tatouage et le piercing : « Ce salon, c’est notre bébé, on a donné vie à une double passion » reconnaissent-ils.
Amateur depuis toujours de gastronomie, le couple ne voulait plus « s’enfermer dans les horaires et le rythme fou de la restauration ». Aimant « les amis et le bon vin », l’idée d’associer des préparation simples, types bruschetta, salades, plateaux de charcuteries avec quelques cuvées des côtes-de-Provence s’est vite imposée.
Sur les étagères, un panettone, une trancheuse « pour garantir la fraîcheur » des jambons de Parme, de la coppa et du jambon de Bayonne, du parmesan et quelques fromages suffisent à caler les appétits. Pendant qu’Omar l’italien de Venise et Coralie la marseillaise tatouent leurs clients, au comptoir, on aligne les valeurs sûres en trois couleurs : Mas de la Dame (AOC baux-de-Provence), Salettes (AOC bandol), Jaboulet-Vercherre (AOC pommard en Bourgogne) et Grillo Luma (Sicile)… « Nous avons une quarantaine de flacons, c’est moi qui les ai tous sélectionnés » assure Anthony Capaldi. Lorsqu’arrive l’heure du déjeuner ou de l’apéro, la salade de chèvre chaud le dispute à la salade de roquette-jambon de Parme et parmesan sur un air de Montepulciano. En pleine mue, le tatouage épouse les codes de la gentrification sur le mode chesterfield, avec croissants et expresso au petit-déjeuner à la bruschetta vespérale. An atypical wedding isn’t it ?

Tattoo bar, 62, rue Breteuil, Marseille 6e arr. Infos au 04 96 10 38 59.

Suis-nous sur les réseaux

Vite lu

Le Portugal à Marseille. Dans le cadre de la saison croisée France-Portugal de l’Institut français, les grandes Tables ICI vous proposent de (re)découvrir la cuisine portugaise avec deux événements : le grand Marché Bacalhau! et un dîner barbecue le lendemain sur le toit perché de la Friche.
☻ Bacalhau ! Le grand Marché du Portugal adopte les couleurs du Portugal : sélection de vins et spiritueux portugais, les fameuses pasteis de nata, les céramiques typiques et produits d’épiceries fines. Les cheffes Rosario Pinheiro et Jenifer Abrantes mettent à l’honneur la morue en plusieurs déclinaisons, Romain Chartrain (de Azul concept store) proposera des grands classiques de la cuisine portugaise, et Sonia Isidro servira une assiette végétarienne.
• Lundi 4 juillet de 16h à 22 heures à la Friche Belle-de-Mai
­☻ Le lendemain, 5 juillet, participez au grand dîner-barbecue pour 450 personnes ! 80 tables partagées et une vingtaine de barbecues géants seront montés pour cette soirée sur le toit-terrasse de la Friche. Gigantesque. La carte sera élaborée par Rosario Pinheiro, Jenifer Abrantes, Sonia Isidro, Sergio Vaz, Romain Chartrain (de Azul concept store) et Julien Reynouard pour la carte des vins. Le menu sera composé d’une salada de bacalhau com grão de bico, Chips de pele de bacalhau, salada de pimento assado, Pão com chouriço, Frango Assado com piri piri, Arroz Doce, Pudim et Línguas de bacalhau.
• Réservations impératives en cliquant ici.

Du gin en Bib. Le gin de la Distillerie de Camargue, le fameux Bigourdan, est désormais disponible en bag-in-box 3 litres. Et pourquoi un Bib ? Parce que c’est pratique, plus léger, plus facile à stocker, à expédier. C’est écologique, le carton ça se recycle plus facilement que le verre. C’est économique : la preuve : 68 € le litre en bouteille et 185 € le Bib 3 litres. Enfin, protégé de la lumière et de l’oxygène il est moins soumis aux effets de l’oxydation. Et c’est pour qui ? Pour les professionnels de la restauration, du bar, de la nuit, de l’événementiel. Les mariés de l’été, les fêtards, les peinards, les fidèles, les marins à quai, les alpins au chalet, les baigneurs sur le sable.
Dégustation et vente à la Distillerie de Camargue, 12, rue Frédéric-Mistral à Arles. Infos au 06 85 03 71 05.

Street Food festival, le bilan. Le SFF a fait le plein de festivaliers, de bons produits et de bonnes ondes sur l’esplanade de la Major, le week-end des 17, 18 et 19 juin à Marseille.  25 000 personnes sont venues goûter au meilleur des spécialités locales proposées par quelque 50 issus des quatre coins du département : 32 propositions culinaires sucrées ou salées, sourcées avec soin parmi les producteurs  locaux, 8 domaines viticoles, 7 brasseurs, 2 torréfacteurs. Le chef Pierre Reboul était également présent pour un cooking-show des plus étonnants et fidèle à son image, avec une cuisine singulière, énergique et généreuse.

Mazzia au 50 Best Les organisateurs du World’s 50 best restaurants ont annoncé ce 14 juin l’entrée du chef marseillais Alexandre Mazzia dans le fameux classement des 50 Best. C’est lors d’un repas servi ches Heston Blumenthal à Londres qu’AM a reçu le One to watch award, à savoir le trophée de « l’établissement à suivre ». Ces Oscars de la gastronomie sont décernés tous les ans par la revue britannique Restaurant qui a l’humilité de récompenser les meilleures tables du monde.