Magazine

Top chef sur M6 : Vanessa Robuschi représentera Marseille

vanessa robuschi« Je garde de cette émission le souvenir d’une belle aventure humaine. Même si je me suis passionnée pour ce jeu, ma personnalité et ma façon de cuisiner ne changeront pas. Je conserverai mon esprit de partage, ma proximité avec les clients et mon style de cuisine. J’aime transmettre et je continuerai à le faire avec mon école de cuisine »… Dans quelques jours, le 26 janvier, Vanessa Robuschi sera l’une des vedettes du programme star de M6 : Top chef. La célébrité, les sourires dans la rue, Vanessa s’y attend mais elle ne compte rien changer de ce qui a toujours été sa ligne de conduite. « C’est M6 qui m’a contactée ; j’avais été castée pour deux autres émissions, « l’Addition SVP » et « le Meilleur menu de France », mais ça n’avait pas marché. J’avais eu un très bon feeling avec les journalistes et puis d’entretiens téléphoniques en discussions par Skype, les choses se sont précipitées. Je suis partie à Paris pour un ultime casting d’épreuves pratiques dans un lycée et j’ai été acceptée pour participer au jeu » se remémore la maman de Lisa, 3 ans.

« J’aime beaucoup le côté militaire de la cuisine. Le chef, le respect, la hiérarchie, j’adore ça »

Vanessa affirme avoir voulu relever « un défi personnel. Je n’ai pas l’esprit de compétition envers les autres mais plutôt contre moi-même. Je n’ai d’animosité envers personne… la cuisine c’est un travail d’équipe, on ne fait rien de bon si on se concurrence les uns les autres ». Par contrat, Vanessa a promis à la production de ne rien dévoiler du post itdéroulement du jeu mais elle confesse : « Je suis fière du parcours que j’ai réalisé, j’estime avoir fait un joli parcours ». Formée à l’école hôtelière de Bonneveine, la jeune Vanessa a aussi fait ses classes chez Lionel Lévy et Gérald Passédat. Du premier, elle affirme avoir « adoré l’esprit brigade qui règne chez lui ». Du second, elle dit : « J’ai fait une année en apprentissage au Petit-Nice, en 2004. C’était génial, j’y ai appris la rigueur et la précision ».

Le 26 janvier à 20h50, c’est le coeur serré que Vanessa regardera la première de Top Chef 2015. Elle se souviendra de tous les chefs qu’elle a croisés, « des personnalités toutes différentes, toutes attachantes » et de sa tendresse pour Pierre Gagnaire : « Chez lui, j’aime le franc parler, son esprit pédagogue et sa simplicité ». Des valeurs que la jeune femme partage avec le grand Pierre.

Restaurant Question de Goût, 145-147, avenue Joseph-Vidal, Marseille 8e arr. ;
résas au 04 91 73 59 08. Top chef, M6 saison 6 le 26 janvier à 20h50.

Ajouter un commentaire…

Click here to post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à notre newsletter

Suis-nous sur les réseaux

Vite lu

Le Val labellisé. Avec l’aide du conservatoire méditerranéen, le maire de la commune du Val dans le Var, Jérémy Guiliano, vient de lancer un programme de préservation du Boussarlu, une variété endémique d’oliviers menacée de disparition. Pour un montant de 4 000 €, en plus de fonds européens, le maire veut reconnecter sa population avec ses oliviers et relancer toute une filière. Et pour commencer, le Val vient d’être labellisé « commune oléicole de France ».

(Encore) un nouveau directeur aux Roches Blanches. Comme chaque année, l’hôtel restaurant cassidain présente son nouveau directeur. Il s’agit d’Emmanuel Blanchemanche qui a quitté la direction du domaine de Verchant, près de Montpellier, pour Cassis. « Je suis très heureux de me lancer dans ce nouveau projet de vie, de  surcroît dans cet environnement exceptionnel. Pouvoir écrire un nouveau chapitre pour ce lieu mythique est un privilège et j’ai suivi les conseils de Winston Churchill, qui a résidé aux Roches Blanches : pour s’améliorer, il faut changer. Donc, pour être parfait, il faut avoir changé souvent ». Il n’est pas sûr que dans l’hôtellerie et la restauration ces changements perpétuels soient très rassurants pour les clients.

Sébastien Sanjou au château Mentone. Le chef varois rejoint pour l’été le domaine viticole de Mentone et y ouvre « la Table de Mentone ». Dès les beaux jours arrivés, la table est dressée en extérieur, face au vignoble et aux forêts qui le bordent. La ferme-auberge promet de conjuguer convivialité et partage avec des menus d’esprit provençal composés avec les légumes et herbes fraîches du potager, les fruits des vergers, olives de l’oliveraie du domaine et les œufs du poulailler. Viandes et volailles, fromages et charcuteries sont, eux, issus de producteurs locaux. Les vins de la propriété, classés Côtes de Provence bio, accompagnent les menus. En mai et juin, ouverture du mercredi au dimanche au déjeuner et du mercredi au samedi au dîner.
Château Mentone, 401, chemin de Mentone, 83510 Saint-Antonin du Var ; infos au 04 94 04 42 00.