Magazine

Vallée de la Gastronomie : de Dijon à Cassis, l’évasion à notre porte

Vallée de la Gastronomie

C’est une première dans l’histoire de la gastronomie française. Trois grandes régions, Auvergne-Rhône-Alpes, Bourgogne-Franche-Comté et Provence-Alpes-Côte d’Azur, unissent leurs forces et leurs atouts pour lancer une nouvelle destination touristique dédiée à la gastronomie et à la découverte des vins et des produits du terroir. Logiquement baptisée « Vallée de la Gastronomie », cette initiative avait été lancée en 2019 et, crise Covid-19 oblige, avait été mise en pose. La voici donc relancée, avec pour ambition de proposer une sélection d’expériences gourmandes et remarquables, destinées à mettre en lumière l’exceptionnelle diversité de ces 3 territoires en répondant aux exigences d’authenticité des voyageurs post pandémie. « L’idée consiste à mettre en valeur les richesses et savoir-faire autour d’une colonne vertébrale sensorielle, adaptée à nos nouvelles envies de consommer », a expliqué cette semaine, Valérie Carbonne, directrice de projets chez Provence Tourisme, lors d’une présentation à la presse du projet.

Bien plus qu’une simple expérience touristique, cette Vallée de la Gastronomie a aussi pour objectif de fédérer le réseau des acteurs locaux en réunissant des artisans, agriculteurs, viticulteurs, restaurateurs et opérateurs touristiques. Cette opération a également pour ambition de constituer un levier de développement économique fort et une vitrine mondiale de l’attractivité des trois régions concernées et de la France en général.

Comment ça marche ? Tout commence par le site internet valleedelagastronomie.com qui permet à chacun de composer un parcours à la carte, en fonction de ses affinités avec la gastronomie française et de ses envies de découverte. Au fil des terroirs, vous allez construire votre propre séjour avec des balades dans les vignobles du Beaujolais, une initiation à l’art d’affiner du fromage au cœur de Vienne, la découverte des cépages des régions viticoles, une immersion dans les coulisses d’une distillerie ou encore un dîner d’exception dans un restaurant assorti d’une rencontre avec son chef. Ce panel  d’offres touristiques se compose d’un itinéraire d’étapes gourmandes faciles d’accès dans l’axe d’une sortie d’autoroute A6/A7.

La Vallée de la Gastronomie ce sont…
• 75 591 km2
• 11 sites remarquables du goût
• 877 caves viticoles engagées dans une démarche qualité-accueil
• 350 offres gourmandes au moins
• 620 kilomètres… de Dijon à Cassis
• 3 valeurs : un accueil sur-mesure, de la générosité et un souci de transmission, de la bienveillance
Les expériences remarquables c’est quoi ? Cette sélection se compose d’expériences uniques «à vivre une fois dans sa vie». Leurs critères de  sélection garantissent un parcours polysensoriel, qui laissent un merveilleux souvenir dans l’imaginaire du visiteur. Partage d’expériences,  rencontre avec des personnalités, découverte de savoir-faire ancestraux, le visiteur vivra des moments uniques dans la peau d’un gardian de Camargue, entrera dans l’univers d’un chef étoilé, découvrira les secrets de la trufffe auprès d’un trufficulteur. Il aura le sentiment de participer à un moment d’exception lui étant exclusivement dédié. La proximité avec les hommes et les femmes créateurs de goûts, et les moments uniques vécus par les visiteurs, donneront un caractère exceptionnel à ces expériences.

vallée de la gastronomie
Les offres gourmandes, c’est quoi ? Cours d’œnologie, balade dans les vignes, ateliers de dégustation… Ce sont les offres proposées dans le cadre de la Vallée de la Gastronomie. Ces propositions possèdent déjà une réputation et une qualité reconnues. Les structures qui les proposent vont bénéficier d’un dispositif de communication d’envergure internationale et ainsi profiter de ce levier de développement économique qu’offre l’opération pour valoriser leurs produits et leurs savoir-faire.

Qui peut participer ? Tout le monde, puisqu’il y a des propositions gratuites et d’autres payantes, jusqu’à 400 €. Il y a de quoi faire ! Du côté des professionnels, toute activité touristique grand public valorisant la gastronomie, les vins et le savoir-faire local peut prétendre à intégrer l’opération. Le processus de sélection prend en compte différents critères ainsi que le référencement obligatoire par un label, un réseau ou un guide agréés. Les structures proposant une offre remplissant les critères précisés dans la charte de la Vallée de la Gastronomie pourront  candidater via le site valleedelagastronomie.com Critère important : être situé dans le périmètre de la Vallée, soit à 45 minutes maximum d’une sortie d’autoroute A6/A7. Et pour les professionnels, adhérer à la Vallée de la Gastronomie est totalement gratuit.

Tout commence sur le site dédié et bon voyage !

2 commentaires

Ecris ici pour poster ton commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

L’Isle-sur-la-Sorgue

Œuf mayonnaise. Le concours du meilleur œuf mayo  du monde s’est tenu à Paris le 14 novembre dernier. Le vauclusien Jérémi Fontin est monté sur la deuxième marche du podium, porté par un œuf fermier bio de gros calibre, cuisson en 8 minutes, « dans de l’eau très salée pour garder un jaune orangé et onctueux » révèle le chef de l’Atelier du Jardin dans le quotidien La Provence. Le grand gagnant 2023 du concours créé par l’Association de sauvegarde de l’œuf mayonnaise (Asom) est la Grande Brasserie de Bastille, à Paris. Pour ceux qui le souhaitent, la recette œuf-mayo de Jérémi Fontin est proposée au restaurant à 8 € les quatre demi-œufs. L’Asom a été créée par feu le chroniqueur gastronomique et fondateur des Guides Lebey, Claude Lebey. Elle a été relancée en 2018 par quatre gastronomes avertis, soucieux de préserver et promouvoir ce monument de la cuisine bistrotière française.
• L’Atelier du Jardin, 34, avenue de l’Égalité,  84800, l’Isle-sur-la-Sorgue.

Guide Fooding

Le nouveau Guide Fooding, édition 2023, qui sera disponible, partout en France, dès ce jeudi 17 novembre, dévoile son palmarès. A Marseille, le titre de meilleur Sophistroquet est attribué à Regain (Sarah Chougnet-Strudel et Lucien Salomon) et le titre de Meilleur esprit d’équipe échoit au restaurant l’Idéal (Julia Sammut, Aurélien Baron et Jérémy Nguyen).

Abonne-toi à la newsletter

Suis-nous sur les réseaux