Marseille Restaurants en Provence

Y a un resto, le troquet chinois bientôt star

Y a un resto

Où vont les chefs quand ils prennent quelques jours de repos ? La question en taraude plus d’un, la réponse étant souvent source de bons plans pour ceux qui cherchent toujours des adresses cool un peu secrètes. En voici une, d’adresse, dont on se refile le nom sous le manteau et dans laquelle il y a de fortes chances que vous croisiez quelques figures de la nouvelle génération. Une façade on ne peut plus quelconque et, la porte poussée, une salle de quelque 20-25 couverts. Difficile de réserver, le téléphone sonne en permanence dans le vide, il faut donc venir tenter son repas au petit bonheur la chance.
En salle, beaucoup de clients aux origines chinoises qui parlent leur langue maternelle. Autre très bon indice : la carte est écrite en idéogrammes chinois, preuve que ces derniers en ont fait leur cantine. Vapeurs, fritures, plaques chauffantes… Il y en a pour tous les goûts, des rouleaux de nouilles de riz au porc, jusqu’aux pattes de poulet vapeur et sauce aux haricots noirs. De la soupe de filets de poisson au chou vinaigré et épicé au gâteau de riz et navets grillés. Plus classiques, les nouilles de riz sautées au poulet, le poulet jaune cuit dans un mini tonneau de bois et les intestins de porc croustillants pimentés valent le détour.

Y a un resto

Le poulet épicé du Sichuan est un plat pimenté, très pimenté, et il faudra le réserver aux amateurs de croustillance qui déchire (vraiment bien). En préambule, les rouleaux de nouilles de riz au bœuf baignent dans une sauce soja peu intense mais très aromatique. Vivement recommandés. Si le riz cantonais n’a strictement aucun intérêt, et c’est vraiment dommage dans une aussi bonne maison, on peut aussi jeter son dévolu sur les travers de porc, surnageant dans une sauce bien travaillée.
Alors faut-il succomber aux charmes de Y a un resto ? Oui parce que le service est rapide et aimable, deux qualités primordiales quand on vient déjeuner en semaine. Oui pour la qualité d’exécution des plats et le travail du piment, très présent ici. Oui parce que le rapport qualité-prix invite à se régaler pour 30 € par personne et parce qu’on en a marre des tickets médians à 40-45 euros pour des assiettes vides. Oui parce que les cartes chinoises authentiques sont rares et celle-ci nous accueille en plus le week-end. Un resto ouvert quand la clientèle peut y aller ? Mais ça devient exceptionnel ça !

Y a un resto, 16, rue de Village, Marseille 6e ; infos au 04 65 96 76 36. Carte 30 €. Fermé lundi et mercredi midi.

Ajoute un commentaire

Ecris ici pour poster ton commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonne-toi à la newsletter

Marseille

Farinette c’est fini. Quatorze mois plus tard, la boulangerie de Manon et Etienne Geney tire le rideau. « Nous avons vécu une année compliquée et la hausse globale des coûts, énergie et matières confondues, a fragilisé notre modèle économique, explique Etienne Geney. Nous n’avons pas voulu fragiliser la Maison Geney voisine et on a pensé qu’il valait mieux tout arrêter ». En dépit de cette annonce, l’équipe vient de terminer une série de tournages pour la « Meilleure boulangerie de France » (M6) et le couple Geney enfonce le clou : – On y a mis tout notre cœur, on n’a proposé que du bon pain, on a fait de gros progrès et on ne retire que du bien de cette expérience ». Toujours propriétaires du nom Farinette qu’ils ont déposé, les Geney attendent que « le temps passe » et promet : « On reviendra mais on ne sait pas quand ». Fermeture le 4 février 2023.

Marrou à Saint-Barnabé. Porté par le succès de ses implantations au Prado, à Castellane et à l’opéra, Marrou ouvre un espace traiteur-pâtisserie à l’entrée de la galerie Saint-Barnabé Village (95, rue Montaigne, 12e). Il sera possible de déjeuner sur place et de profiter du salon de thé à toute heure de la journée. Une terrasse et des places en salle sont annoncées. Les Marseillais de boboboom (présents déjà à Paris, les Emirats, Londres, la Savoie , Rio et New York) signeront la déco et le style de l’enseigne.

 

Ramatuelle

Raclette à Pampelonne. Fondée par la famille Manificat dans les années 70, L’Orangerie compte parmi les historiques de la plage de Pampelonne. Ce restaurant de plage est l’un des seuls de la baie à accueillir ses clients toute l’année, 7 jours sur 7. Pour cet hiver, le chef Daniele Negrini a eu l’idée de proposer une raclette… original face à la mer ! Côté tarif, ça reste raisonnable : 35 € par personne, pour deux convives minimum.
L’Orangerie,
962, chemin des Tamaris, 83350 Ramatuelle ; infos au 04 94 79 84 74.

 

Suis-nous sur les réseaux