En direct du marché

Chez les Fouque, on fait du nougat depuis 150 ans

nougat fouqueLes premières pages de la saga se sont écrites en 1864 alors que Baptistin Fouque dirige une petite épicerie fine dans le village de Signes, sur les contreforts de la Sainte-Baume. A la faveur d’une rencontre avec un voyageur inconnu, Baptistin découvre une recette de nougat et ajoute la confiserie à sa gamme de spécialités composée de liqueurs, biscuits, fruits confits etc. Quatre générations et 150 ans plus tard, c’est au tour de Rodolphe Nicolaï-Fouque, informaticien de formation, de relever le flambeau et de faire perdurer une tradition familiale.

Cette année restera dans les annales car elle marque l’entére de la confiserie Fouque dans le cercle des Entreprises familiales centenaires. Ce label met officiellement en lumière la légitimité et l’aspect exceptionnel des entreprises ayant su traverser les générations d’une même famille depuis plus d’un siècle. Ainsi, selon les données de l’EFC, la maison Fouque est aujourd’hui la 470e plus ancienne entreprise familiale française (sur 1500) et le 11e plus ancien confiseur de France (sur 30). du Var (sur 10).

Lors de votre prochaine visiste dans le petit village varois, à quelques encablures de la vallée du Gapeau, visitez la fabrique installée dans une ancienne demeure d’été des évêques de Marseille.

nougats fouque bis Passée l’imposante cage d’escaliers ornée de croix sculptées, vous admirerez les voûtes gothiques et la fontaine à tête d’ange, témoins du passé nimbés des odeurs de miel chaud. La famille Fouque est catégorique :  “Depuis 150 ans, les recettes et méthodes de fabrication de nos nougats restent inchangées. Après une sélection rigoureuse de chacune des matières premières – miel de lavande et amandes -, les mêmes dosages, temps de cuisson et gestes ancestraux légués par Baptistin Fouque sont reproduits quotidiennement à partir de la mi-septembre et jusqu’à Noël”. De ce subtil mariage d’ingrédients de grande qualité et de savoir-faire centenaire découlent tous les ans quelque 8 tonnes de nougats noir et blanc.
Chaudrons de cuivre, malaxeurs d’antan et savoir-faire se transmettent de génération en génération. Durant les quatre heures nécessaires à la cuisson du nougat blanc, les villageois encore aujourd’hui, mélangent à la spatule miel et amandes. En fin de chaîne, les femmes, comme avant là encore, habillent de leur emballage brillant, les barres miellées et encore tièdes. Depuis 150 ans, c’est à Signes qu’histoire et tradition convergent…

Pour le nougat aussi, il y a une saison

Pourquoi les nougats de la famille Fouque sont-ils disponibles du 15 septembre au 24 décembre ? Pour garantir une qualité gustative optimale : le miel de lavande et les amandes étant ramassés dès la fin de l’été, les confiseries sont préparées et commercialisées dans la foulée.

Boutique ouverte du 15 septembre au 24 décembre (7J/7) de 9h à 12h et de 14h à 19h.
Visite de la fabrique de 9h à 10h et de 14h à 17h ; réservations obligatoires au 04 94 90 88 01
ou par mail : contact@nougat-fouque.com
Confiserie Fouque, 2, rue Louis-Lumière, 83870 Signes ; 04 94 90 88 01.

Le GP sur les réseaux

Retrouvez-nous 24/24h en photos !

En bref

Le grand marché de la friche sera poulpesque A chaque nouvelle saison, les grands marchés mettent en vedette un produit et le lundi 7 octobre, pour la session d’automne, le poulpe fera l’objet de toutes les attentions. Ce soir-là, 40 producteurs de la région seront présents (fruits et légumes d’automne, des fromagers, viande de volaille et de bœuf, du vin et du pain, des épices et des infusions, des herbes aromatiques ainsi que du poulpe frais, séché, fumé, en conserve…)
En cuisine, Philippe Ivanez (Les Jnoun Factory / Gargantuart) cuisinier, artiste, plasticien et photographe fera chanter les supions, encornets, seiches sur sa plancha accompagnés de panisses frites nappées de black (encre de seiche, wasabi) ou orange mayo (paprika basque fumé). La brigade des grandes Tables préparera une marmite de daube de poulpe, pour rassasier les plus affamés. Au four à bois, une pizza de la mer. Au micro de Pierre Psaltis (Le Grand Pastis) et Jonah Senouillet (Radio Grenouille), on examinera le poulpe avec passion aux côtés d’invités et experts qui se succéderont à table de 18h à 20h. De 20h15 à 21h30, place au solo poulpesque et psychédélique de LpLpo, créature énigmatique qui se nourrit de courant électrique et de sons cabalistiques. Sans oublier la plongée sous-marine et lunaire avec les photos de Denis Cartet. Toutes les infos ici.

Abonnez-vous à notre newsletter