En direct du marché

Chez les Fouque, on fait du nougat depuis 150 ans

nougat fouqueLes premières pages de la saga se sont écrites en 1864 alors que Baptistin Fouque dirige une petite épicerie fine dans le village de Signes, sur les contreforts de la Sainte-Baume. A la faveur d’une rencontre avec un voyageur inconnu, Baptistin découvre une recette de nougat et ajoute la confiserie à sa gamme de spécialités composée de liqueurs, biscuits, fruits confits etc. Quatre générations et 150 ans plus tard, c’est au tour de Rodolphe Nicolaï-Fouque, informaticien de formation, de relever le flambeau et de faire perdurer une tradition familiale.

Cette année restera dans les annales car elle marque l’entére de la confiserie Fouque dans le cercle des Entreprises familiales centenaires. Ce label met officiellement en lumière la légitimité et l’aspect exceptionnel des entreprises ayant su traverser les générations d’une même famille depuis plus d’un siècle. Ainsi, selon les données de l’EFC, la maison Fouque est aujourd’hui la 470e plus ancienne entreprise familiale française (sur 1500) et le 11e plus ancien confiseur de France (sur 30). du Var (sur 10).

Lors de votre prochaine visiste dans le petit village varois, à quelques encablures de la vallée du Gapeau, visitez la fabrique installée dans une ancienne demeure d’été des évêques de Marseille.

nougats fouque bis Passée l’imposante cage d’escaliers ornée de croix sculptées, vous admirerez les voûtes gothiques et la fontaine à tête d’ange, témoins du passé nimbés des odeurs de miel chaud. La famille Fouque est catégorique :  « Depuis 150 ans, les recettes et méthodes de fabrication de nos nougats restent inchangées. Après une sélection rigoureuse de chacune des matières premières – miel de lavande et amandes -, les mêmes dosages, temps de cuisson et gestes ancestraux légués par Baptistin Fouque sont reproduits quotidiennement à partir de la mi-septembre et jusqu’à Noël ». De ce subtil mariage d’ingrédients de grande qualité et de savoir-faire centenaire découlent tous les ans quelque 8 tonnes de nougats noir et blanc.
Chaudrons de cuivre, malaxeurs d’antan et savoir-faire se transmettent de génération en génération. Durant les quatre heures nécessaires à la cuisson du nougat blanc, les villageois encore aujourd’hui, mélangent à la spatule miel et amandes. En fin de chaîne, les femmes, comme avant là encore, habillent de leur emballage brillant, les barres miellées et encore tièdes. Depuis 150 ans, c’est à Signes qu’histoire et tradition convergent…

Pour le nougat aussi, il y a une saison

Pourquoi les nougats de la famille Fouque sont-ils disponibles du 15 septembre au 24 décembre ? Pour garantir une qualité gustative optimale : le miel de lavande et les amandes étant ramassés dès la fin de l’été, les confiseries sont préparées et commercialisées dans la foulée.

Boutique ouverte du 15 septembre au 24 décembre (7J/7) de 9h à 12h et de 14h à 19h.
Visite de la fabrique de 9h à 10h et de 14h à 17h ; réservations obligatoires au 04 94 90 88 01
ou par mail : contact@nougat-fouque.com
Confiserie Fouque, 2, rue Louis-Lumière, 83870 Signes ; 04 94 90 88 01.

Ajouter un commentaire…

Click here to post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à notre newsletter

Suis-nous sur les réseaux

Vite lu

(Encore) un nouveau directeur aux Roches Blanches. Comme chaque année, l’hôtel restaurant cassidain présente son nouveau directeur. Il s’agit d’Emmanuel Blanchemanche qui a quitté la direction du domaine de Verchant, près de Montpellier, pour Cassis. « Je suis très heureux de me lancer dans ce nouveau projet de vie, de  surcroît dans cet environnement exceptionnel. Pouvoir écrire un nouveau chapitre pour ce lieu mythique est un privilège et j’ai suivi les conseils de Winston Churchill, qui a résidé aux Roches Blanches : pour s’améliorer, il faut changer. Donc, pour être parfait, il faut avoir changé souvent ». Il n’est pas sûr que dans l’hôtellerie et la restauration ces changements perpétuels soient très rassurants pour les clients.

Sébastien Sanjou au château Mentone. Le chef varois rejoint pour l’été le domaine viticole de Mentone et y ouvre « la Table de Mentone ». Dès les beaux jours arrivés, la table est dressée en extérieur, face au vignoble et aux forêts qui le bordent. La ferme-auberge promet de conjuguer convivialité et partage avec des menus d’esprit provençal composés avec les légumes et herbes fraîches du potager, les fruits des vergers, olives de l’oliveraie du domaine et les œufs du poulailler. Viandes et volailles, fromages et charcuteries sont, eux, issus de producteurs locaux. Les vins de la propriété, classés Côtes de Provence bio, accompagnent les menus. En mai et juin, ouverture du mercredi au dimanche au déjeuner et du mercredi au samedi au dîner.
Château Mentone, 401, chemin de Mentone, 83510 Saint-Antonin du Var ; infos au 04 94 04 42 00.