En direct du marché

Cette poudrière c'est de la dynamite !

poudrierebastideduclauxJ’ignore si vous connaissez bien le Luberon mais il faut en oublier l’image presque caricaturale que les magazines en ont faite. Certes, c’est un pays de cocagne, un jardin potager, un panier plein de victuailles, un festin à ciel ouvert mais c’est aussi une terre difficile ; l’hiver, les températures plongent sous le 0°C durant plusieurs semaines et les -6, -7, -10°C sont fréquents certaines nuits de janvier et février. C’est aussi une terre noble, une terre qui attire des viticulteurs de renom à l’exemple de Sylvain Morey. Ce Bourguignon élevé au pays de l’excellence a choisi de “descendre” dans le Sud, de s’installer avec sa compagne Ludmila, entre Grambois et Cucuron pour donner vie à sa philosophie. Millésime après millésime, dans un vignoble morcelé, “offrant une riche combinaison de sols, de climats et d’expositions”, le sol a posé ses conditions : si Morey veut produire de grands vins, il faudra respecter les équilibres naturels pour laisser la terre s’exprimer. “Années après années, cette recherche nous a conduit à isoler certains terroirs qualitativement supérieurs pour définir une gamme de vins qui se veut le reflet du particularisme de cette superbe région” dit le vigneron.

Cet été, la Bastide du Claux donne à goûter un rosé AOP luberon, la cuvée Poudrière, composé de trois cépages rouges avec un âge moyen de 50 ans pour les grenaches noirs , de 45 ans pour les cinsaults et de 10 ans pour les syrahs. Les vignes sont travaillées selon les méthodes de l’agriculture raisonnée (fumure organique raisonnée, protection phytosanitaire réduite, travail mécanique des sols et on laisse pousser les herbes folles entre les ceps au lieu de tout arracher comme un hystérique). Les grains ont été ramassés à la main et on a laissé s’exprimer la vigne : 32 hectolitres à l’hectare, pas plus. Il en résulte un rosé franc, aux contours bien nets avec une évidente minéralité. La robe est pâle, la bouche fruitée ne déroge pas à la règle en évoquant le bonbon anglais. Génial pour étancher sa soif, de l’apéro au dessert, une salade de fraises par exemple.

La bastide du Claux, campagne le Claux, 84240 La Motte-d’Aigues ; 04 90 77 70 26. Cuvée la Poudrière rosé 2013, comptez 10 € la bouteille départ cave ; existe aussi en 50 cl, en magnum et en jéroboam.

 

Ajouter un commentaire

Cliquer ici pour écrire un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

En bref

Jazz en vignes Pour la 10e édition de Jazz en vignes, Jean-Luc et Elisabeth Dumoutier, propriétaires du domaine de l’Olivette, organisent deux concerts exceptionnels en juillet et août. Précédés par la dégustation de leurs vins accompagnée de produits du terroir, ces deux concerts de jazz auront lieu mercredi 17 juillet (avec Nirek Mokar et ses Boogie Messengers ; un pianiste de 16 ans éblouissant, prodige du Rythm and Blues) et mercredi 7 août 2019 (avec Lluis Coloma , un virtuose du piano, et Sax Gordon, au saxo, avec une fougue et un enthousiasme dévastateurs). Comptez 36 € par personne ; 519, chemin de l’Olivette, le Brûlat, 83330 Le Castellet ; résas au 04 94 98 58 85.

Les Musicales dans les Vignes jusqu’au 30 août, vingt-cinq domaines de renom célèbrent la noblesse du vin en musique avec des concerts uniques au fil de l’été… Des instants musicaux suspendus dans des lieux d’exception. Et il y en a pour tous les goûts : jazz, classique, tango argentin, flamenco, musique tzigane, klemer, russe, etc. Un tour du monde. Infos et inscriptions 06 60 30 32 90 et http://lesmusicalesdanslesvignes.blogspot.com/

Rire en vignes La 6e édition de ce festival épicurien et intimiste sera 100% féminine. Au programme, le 24 juillet, un one woman show désopilant, porté par Doully, personnalité atypique, à la voix particulière et à l’énergie sans faille qui nous raconte, dans “L’addiction c’est pour moi”, son passé en utilisant ses addictions pour en faire une force. Le 25 juillet, Leslie Bevillard, Marie Cécile Sautreau et Vanessa Fery joueront “Et elles vécurent heureuses”, une comédie férocement joyeuse sur les femmes, le bonheur, l’amour, l’amitié… Mais surtout pas sur les contes de fées ! Tarif spectacle : 25 € /personne, 40 € les deux soirées. Château de Saint-Martin, route des Arcs, 83460 Taradeau ; infos au 04 94 99 76 76 et 06 42 10 71 72.

Abonnez-vous à notre newsletter