En direct du marché

Savim de printemps 2016, l'ancrage dans le terroir

Le prochain Savim de printemps est annoncé. Quatorzième du nom, ce salon tout entier voué à la gastronomie et à la viticulture témoigne d’un insolent taux de fréquentation. « Pour l’édition de printemps, toujours moins emblématique que celle qui précède Noël, 250 stands sont d’ores et déjà réservés, annonce Philippe Colonna. Je dénombre environ 55% de viticulteurs avec une prédominance pour le Languedoc et les Côtes du Rhône » poursuit le fondateur du Savim qui le co-dirige avec son fils.

collage savim ok
Les fromages de Hugues Lataste, éleveur-transformateur-affineur à Landiras (33). Pierre Matayron, éleveur-transformateur de porc noir de Bigorre à Lasserade (31). Les fameux bonbons vosgiens et le mythique taureau de Camargue

La lecture du programme laisse apparaître quelques nouveautés à l’instar de la venue de CDHV, une fabrique familiale de bonbons des Vosges qui, depuis plusieurs générations, marie sucre et senteurs de pin, eucalyptus et menthe. Des Vosges à la Corse, il n’y a qu’un trait d’huile d’olive, celle du moulin Oltremonti à Linguizzetta qui vient de recevoir une médaille d’or au concours agricole : « La présence de ces mouliniers qui travaillent en bio est un événement » se réjouit Philippe Colonna. La truffe du Vaucluse (la Truffe noire à Villedieu), les pruneaux bios d’Agen (maison Cabos depuis 1925) et la venue du chocolatier, compagnon du tour de France installé à Avignon, Mathieu Tarbocia, apparaissent aussi comme des incontournables du salon.

Bientôt l’été, bientôt les rosés
« A l’approche de la saison estivale, il est normal que la présence des rosés soit plus appuyée qu’en novembre, analyse Colonna. Il y aura les domaines varois de Blacailloux et Gavoty mais aussi quelques perles des côtes-du-Rhône septentrionaux comme le domaine Richard en condrieu et saint-joseph ». Impitoyable sur ce qui a fait le succès de son salon, Colonna le martèle : « Le Savim est un salon de producteurs, d’éleveurs et de viticulteurs. Chez nous, pas de négociants ni de revendeurs ». Tendance lourde qui se confirme année après année : la présence de plus en plus assumée des coopératives : « Il y aura quelques coopératives au Savim car j’estime que c’est du sérieux maintenant, elles font de gros efforts qualité et certaines proposent des rapports qualité-prix intéressants, surtout pour les jeunes consommateurs ».

Les amateurs de viande ne seront pas oubliés : une conférence sur les qualités nutritionnelles exceptionnelles du taureau de Camargue sera animée samedi 19 mars de 11h à 12h30. A l’issue de la conférence, le public aura l’occasion de déguster de la viande de taureau AOP cuisinée par Roger Merlin (cuisinier, fondateur du conservatoire des cuisines de Camargue) et Pierre Milhau de l’AOP taureau de Camargue.

Pour gagner votre entrée gratuite au salon Savim, cliquer ici et imprimer
Savim de printemps, du 18 au 21 mars de 10h à 20h au parc Chanot, Marseille 8e arr., métro rond-point du Prado.
Entrée : 8 € et/ou 4 € avec un verre à dégustation gravé. Pour les cours d’initiation à la dégustation de vin (13h, 15h et 17h),
s’inscrire auprès des hôtesses à l’entrée.

Ajouter un commentaire…

Click here to post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à notre newsletter

Suis-nous sur les réseaux

Vite lu

Le Val labellisé. Avec l’aide du conservatoire méditerranéen, le maire de la commune du Val dans le Var, Jérémy Guiliano, vient de lancer un programme de préservation du Boussarlu, une variété endémique d’oliviers menacée de disparition. Pour un montant de 4 000 €, en plus de fonds européens, le maire veut reconnecter sa population avec ses oliviers et relancer toute une filière. Et pour commencer, le Val vient d’être labellisé « commune oléicole de France ».

(Encore) un nouveau directeur aux Roches Blanches. Comme chaque année, l’hôtel restaurant cassidain présente son nouveau directeur. Il s’agit d’Emmanuel Blanchemanche qui a quitté la direction du domaine de Verchant, près de Montpellier, pour Cassis. « Je suis très heureux de me lancer dans ce nouveau projet de vie, de  surcroît dans cet environnement exceptionnel. Pouvoir écrire un nouveau chapitre pour ce lieu mythique est un privilège et j’ai suivi les conseils de Winston Churchill, qui a résidé aux Roches Blanches : pour s’améliorer, il faut changer. Donc, pour être parfait, il faut avoir changé souvent ». Il n’est pas sûr que dans l’hôtellerie et la restauration ces changements perpétuels soient très rassurants pour les clients.

Sébastien Sanjou au château Mentone. Le chef varois rejoint pour l’été le domaine viticole de Mentone et y ouvre « la Table de Mentone ». Dès les beaux jours arrivés, la table est dressée en extérieur, face au vignoble et aux forêts qui le bordent. La ferme-auberge promet de conjuguer convivialité et partage avec des menus d’esprit provençal composés avec les légumes et herbes fraîches du potager, les fruits des vergers, olives de l’oliveraie du domaine et les œufs du poulailler. Viandes et volailles, fromages et charcuteries sont, eux, issus de producteurs locaux. Les vins de la propriété, classés Côtes de Provence bio, accompagnent les menus. En mai et juin, ouverture du mercredi au dimanche au déjeuner et du mercredi au samedi au dîner.
Château Mentone, 401, chemin de Mentone, 83510 Saint-Antonin du Var ; infos au 04 94 04 42 00.