Magazine

Rowing club : Christian Ernst en mode tacos et chipotle

pablo Salas
Oubliez sombreros et guacamole, Pablo Salas va vous donner une autre image du Mexique. Photo Fernando Gómez Carbajal

Les jeudi 15, vendredi 16 et samedi 17 octobre prochain, le Rowing club accueille le chef mexicain Pablo Salas dans le cadre de l’année du Mexique en France. “J’ai fait la connaissance de Pablo à Vancouver lors d’un festival d’oenologie où je faisais une démonstration culinaire” raconte Christian Ernst, le chef du Rowing club. Dans le cadre de l’année du Mexique en France, il nous semblait intéressant, à Gilbert Biton et moi même, d’accueillir Pablo. En retour, c’est moi qui irai cuisiner chez Pablo Salas, à Tolucas, à 100 km de Mexico, en novembre prochain”.

Classée par l’Unesco au titre du patrimoine immatériel, à l’égal de la cuisine française, la cuisine mexicaine est riche de surprises et d’un raffinement surprenant. Durant ces 3 journées, quantité d’événements sont programmés : le 15 au soir, de 18h à 20h, cours de cuisine avec Pablo Salas (25 € par pers). A partir de 20h, repas à 4 mains en 6 services sur le thème des cuisines fusion franco-mexicaine (50 € par pers. ; 65 € si vous participez au cours et au dîner). Le vendredi 16, la DJ Eve Dahan jouera un set en accord avec les chefs qui installeront leur cuisine en salle. Musique live et cuisine idoine devant tout le monde, préparez les piments…

Infos au 04 91 900 778 et info@rowing-clubrestaurant.com

Ernst a Vancouver
Christian Ernst (c’est le plus grand) a fait la rencontre de Salas (à d.) à Vancouver

Si vous croisez Pablo… voilà ce qu’il faut savoir de lui

Pablo Salas est né il y a 35 ans à Toluca où il bosse encore aujourd’hui. Autodicacte, il revendique ses racines mexicaines sans jamais tomber dans le folklore. L’homme a parcouru son pays en large et en travers pour tout y apprendre de sa gastronomie : découverte de nouveaux ingrédients, contact auprès des mamans et grands-mères, visite des villages. De cette introspection mêlée d’une soif d’ouverture au monde, Salas a donné naissance au restaurant Amaranta, un lieu qui lui ressemble et qui raconte ce parcours culinaire. De fait, son enseigne fait partie des meilleurs restaurants du pays ce qui lui vaut quantités d’honneurs dont celui d’être délégué du conservatoire de la culture gastronomique du Mexique.

Ajouter un commentaire

Cliquer ici pour écrire un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Numa Muller chez Madame Jeanne Longtemps annoncée et attendue, l'arrivée de Numa Muller chez Madame Jeanne, le restaurant de la Maison Buon, rue Grignan (6e arr) est officielle. Le chef a pris possession de la cuisine et propose pêle-mêle une tête de thon de ligne, un loup-concombre compressé et abricot fermenté-lait ribot et chips de riz-seiche, un thon et abricot au sel-herbes et fleurs du littoral et huile de feuilles de figuier eau de concombre. A suivre, 86, rue Grignan, Marseille 1er ; infos au 04 86 26 54 16.

Elie Kalamouka n'est plus Son nom restera indéfectiblement attaché au Mas, restaurant de la rue Lulli (1er) qu'il avait cofondé avec Robert Lenoir. Elie Kalamouka s'est éteint vendredi à 87 ans non sans susciter une vive émotion chez tous ceux qui avaient pris l'habitude de dîner chez lui. Le Mas était l'une des rares tables ouvertes toute la nuit, attirant noctambules et artistes qui, en fin de spectacle, venaient s'y détendre. Il était paar ailleurs administrateur du festival Jazz des Cinq Continents. La crise sanitaire a été fatale au Mas qui a été placé en liquidation judiciaire. Ce décès tourne définitivement la page des années 1980 à Marseille...

Abonnez-vous à notre newsletter