Restaurants en Provence

L’Agape à Avignon fête ses 4 ans et enchante toujours ses clients

Agape AvignonAnne et Julien sont devenus deux personnalités, deux figures, deux incontournables de la scène culinaire vauclusienne. A Avignon, leur restaurant est à ce point connu qu’il fait corps avec ses propriétaires : on mange à l’Agape ou chez les Gleize, c’est pareil, tout le monde sait de quoi vous parlez. Cette table semble avoir tout compris des attentes de la clientèle en mal d’adresses où le rapport qualité-prix est tout aussi essentiel que l’accueil. Pourquoi parler aujourd’hui de l’Agape ? Tout simplement parce qu’en ce mois de juin 2018, le restaurant souffle ses 4 bougies d’un succès ininterrompu. Le travail de Julien Gleize est passionnant car il explore des terrains volontiers laissés en friche chez les confrères : rares sont les cartes affichant un tartare de tête de veau confite à la cardamome-lard de Colonnata-rhubarbe et gribiche en cromesquis ou une fraîcheur de tourteaux et omble chevalier-fine gelée de petit pois au piment d’Espelette… Il faut du courage et de l’imagination pour jongler avec les associations, oser (et réussir) des mariages rares, finalement très pertinents.

Agape AvignonLe déjeuner du samedi se concevra avec des filets de sardines grillées sur une foccacia aux herbes fraîches. La réalisation est innovante, la cuisson du poisson en a préservé les chairs. A la sauce vierge de petits légumes, une huile d’olive ardente juste ce qu’il faut, répondent quelques tomates cerises. Le service est amical, Anne veille ; les deux serveurs soignent chaque table et ont le sourire facile. La véritable caillette d’Ardèche laisse percevoir des notes herbacées surlignées par un beurre persillé en parfaite harmonie avec l’espuma de pommes de terre. La joue de boeuf braisée au vin de Rasteau ultra fondante est escortée d’endives rôties au parfum d’orange et croustillant cannelle. Un verre de vin blanc de la famille Perrin rappelle que les côtes-du-Rhône ne sont pas loin. De l’assiette au verre, Gleize honore sa région.

Agape AvignonLe repas est élégant, le tempo parfait, il y a de l’huile dans les rouages. Lorsqu’arrivent les desserts, un biscuit roulé au citron et confit de fruits rouges-émulsion des zestes-crémeux acidulé et un petit baba au parfum de rose-crème légère à la framboise notes de litchi et framboises fraîches, le client devine que la cuisine a tout donné et qu’il est arrivé à bon port. Alors faut-il y aller ? Oui car il est évident que tout est cuisiné sur place, dans l’instant. Oui pour l’intelligence qui prévaut à l’écriture des menus, oui pour l’ambiance cool mais délicate de ce restaurant à l’étonnante régularité.

L’Agape, 21, place des Corps Saints à Avignon ; infos au 04 90 85 04 06. Déjeuner, menus à 21 et 26 €. Formules 33, 48 et 70 €.

Ajouter un commentaire…

Click here to post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à notre newsletter

Suis-nous sur les réseaux

Vite lu

Le Val labellisé. Avec l’aide du conservatoire méditerranéen, le maire de la commune du Val dans le Var, Jérémy Guiliano, vient de lancer un programme de préservation du Boussarlu, une variété endémique d’oliviers menacée de disparition. Pour un montant de 4 000 €, en plus de fonds européens, le maire veut reconnecter sa population avec ses oliviers et relancer toute une filière. Et pour commencer, le Val vient d’être labellisé « commune oléicole de France ».

(Encore) un nouveau directeur aux Roches Blanches. Comme chaque année, l’hôtel restaurant cassidain présente son nouveau directeur. Il s’agit d’Emmanuel Blanchemanche qui a quitté la direction du domaine de Verchant, près de Montpellier, pour Cassis. « Je suis très heureux de me lancer dans ce nouveau projet de vie, de  surcroît dans cet environnement exceptionnel. Pouvoir écrire un nouveau chapitre pour ce lieu mythique est un privilège et j’ai suivi les conseils de Winston Churchill, qui a résidé aux Roches Blanches : pour s’améliorer, il faut changer. Donc, pour être parfait, il faut avoir changé souvent ». Il n’est pas sûr que dans l’hôtellerie et la restauration ces changements perpétuels soient très rassurants pour les clients.

Sébastien Sanjou au château Mentone. Le chef varois rejoint pour l’été le domaine viticole de Mentone et y ouvre « la Table de Mentone ». Dès les beaux jours arrivés, la table est dressée en extérieur, face au vignoble et aux forêts qui le bordent. La ferme-auberge promet de conjuguer convivialité et partage avec des menus d’esprit provençal composés avec les légumes et herbes fraîches du potager, les fruits des vergers, olives de l’oliveraie du domaine et les œufs du poulailler. Viandes et volailles, fromages et charcuteries sont, eux, issus de producteurs locaux. Les vins de la propriété, classés Côtes de Provence bio, accompagnent les menus. En mai et juin, ouverture du mercredi au dimanche au déjeuner et du mercredi au samedi au dîner.
Château Mentone, 401, chemin de Mentone, 83510 Saint-Antonin du Var ; infos au 04 94 04 42 00.