Restaurants en Provence

L’Hemingway à la Londe-les-Maures, quand un repas se fait voyage

Hemingway ambianceLa cuisine d’Extrême Orient a gagné nos côtes et cet été les tables d’influence asiatique auront la cote. Dernier exemple en date, l’Hemingway, plage privée, restaurant et bar à La Londe-les-Maures qui fête sa 3e saison et renoue avec l’art d’accommoder les épices. Dans une ambiance tropicale que n’aurait pas reniée le fameux globe-trotter écrivain américain, l’Hemingway fait la part belle aux matières naturelles, bois, rotin ou teck dans un style indo-mauricien cher à Nicolas Colangelo, maître des lieux.
Le temps s’est arrêté, les sabliers se sont déversés sur la plage et ici plus qu’ailleurs, chaque journée ressemble à un dimanche. Le personnel, calme et détendu, parfois timide, s’occupe des tables avec application. La carte est orchestrée par François Blot, ex-Bouddha bar qui a couru le monde 16 années durant, de Saint-Petersbourg à Dubaï, de Paris à Budapest. Le cuisinier a accosté sur cette plage et semble n’en plus vouloir partir. Et c’est tant mieux car l’évasion est au coin de chaque intitulé : ceviche de poisson à la thaï-citron vert, oignon et poivrons rouges jus de yuzu et sauce soja, salade de papaye verte-carottes, poivrons rouge, menthe coriandre et cacahuète vinaigrette ananas, un filet de bar miso-yuzu quinoa aux agrumes, un bo bun boeuf-nems de poulet vermicelles de riz poivrons rouges et pois gourmands.

Hemingway dessertsIl en résulte un travail des épices et des cuissons très maîtrisé comme dans le curry rouge de gambas et riz basmati. Bols et assiettes sont conformes à la promesse, les compositions sont puissantes et avec du caractère à l’instar du filet de daurade-riz coriandre poêlée de légumes émulsion carotte-gingembre. Les saveurs sont appuyées, assumées mais rien n’emporte la bouche, la saveur et l’identité du gingembre, la sensualité d’un curry et le velouté des laits de coco font le reste…

Le soleil est au zénith, les îles d’or n’ont jamais aussi bien porté leur nom. Le riz au lait de coco cubes de mangue est parfait mais la saveur coco devrait être plus évidente. L’île flotte sur une crème anglaise épaisse et veloutée, quelques éclats de nougatine croustillent et contrastent avec le blanc en neige aérien. Alors faut-il y aller ? Oui car le confort du restaurant n’a d’égal que celui de la plage ; oui pour cette carte évasion qui respire le voyage et le dépaysement ; oui pour le remarquable travail de cuisine fusion qui, ici, mérite bien son nom.

L’Hemingway, plage de l’Argentière, 83250 La Londe-les-Maures ; infos au 06 32 50 02 57 (transats, 15 € la demi-journée et 22 € la journée ; supplément serviette 4 €). Restaurant, menu découverte 45 € ; carte 52 €.

Infos express

Brunches du dimanche À partir du 27 septembre, et jusqu’à la fin de l’année, La Benvengudo propose aux gourmands (et aux lève-tard) un brunch concocté par la chef Julie Chaix. Sous forme de buffet, les hôtes disposeront d’une sélection de mets salés et sucrés, cuisinés à partir de produits locaux et de saison. Une pause gourmande parfaite avant de partir se balader dans le village des Baux-de-Provence. Brunch servi tous les dimanches de 11h30 à 15h, prix : 49 € par personne. Infos au 04 90 54 32 54.

Glenn Viel, chef du restaurant l’Oustau de Baumanière, aux Baux-de-Provence, a été élu « chef de l’année 2020 » par ses pairs à l’occasion de la 34e édition des Trophées du magazine Le Chef ce lundi 21 septembre. Né en janvier 1980 dans une famille de militaires, son aventure à Baumanière a démarré en 2015 quand Jean-André Charial, le propriétaire, l’a appelé pour redonner vie à ce restaurant mythique. Dès son arrivée, Glenn Viel a mis en place une cuisine écoresponsable avec le développement d’un potager bio, de ruches ainsi qu’une ferme pédagogique. En janvier 2020, il décroche sa 3e étoile. Il est aussi distingué au titre de la “gastronomie durable”, lancé par le guide rouge qui honore les restaurants ayant une démarche écoresponsable. Côté pâtisserie, c’est Brandon Dehan du même restaurant qui est distingué. Originaire de Noyon dans l’Oise, il avait été désigné jeune chef pâtissier de l’année en 2019 par le guide Gault et Millau. Ce sont les chefs référencés dans le Guide Michelin qui votent chaque année pour élire les meilleurs de la profession lors de cette 34e édition des Trophées du magazine Le Chef, seule élection des professionnels de la gastronomie française par leurs pairs.

Samedi 10 octobre « Plus beau village de France » du nord Vaucluse, Séguret organise toute la journée, une dégustation des vins du village, une découverte de nombreux artistes et créateurs du village, une découverte de boulange à l’ancienne avec démonstration en direct (confection de pains, de brioches et de tartes au sucre à l’ancienne dans le four banal du village). A 10 h, accueil au portail de la Bise pour la remise du programme de la journée. À 10 h, 11 h, 15 h et 18 h : visites guidées du village médiéval au départ du portail de la Bise. Durée environ 1h (3 € par adulte et gratuit pour les mineurs).
10 h 30 et 15 h 30 : atelier « la vie des Abeilles » suivi d’une dégustation des miels bio de Jérôme Busato au château Cohola à Sablet. A 11 h et 16 h : atelier « les 3 goûts de l’huile d’olive en Provence » à l’atelier les 3 Souquets à Séguret.  12 h : dégustation des bières artisanales de Jean-Pierre Meffre de Chante-Grenouille. A 16 h 30 : cooking show sur le thème des Traditions de Séguret avec présentation de plusieurs mini recettes (au restaurant Le Mesclun – durée 1 h, gratuit, 20 personnes max). 17 h 30 : petit historique sur le métier de santonnier avec explication des différentes étapes de création artisanale d’un santon avec Denis Voeux. Plus d’informations au 04 90 46 91 06.

Le GP sur les réseaux

Retrouvez-nous 24/24h en photos !

Abonnez-vous à notre newsletter