Magazine

Alexandre Mazzia cuisinera pour le village olympique

Alexandre Mazzia
Alexandre Mazzia

Tony Estanguet, le patron des Jeux olympiques qui se dérouleront en France du 26 juillet au 11 août 2024 (les paralympiques auront lieu du 28 août au 8 septembre 2024), a révélé, il y a peu, le nom des trois chefs français de renom qui travailleront avec la Sodexo à l’élaboration des repas et menus, servis aux athlètes durant cette olympiade. Le marseillais Alexandre Mazzia et les parisiens Akrame Benallal et Amandine Chaignot participeront à cette aventure.
Pour prendre la mesure de l’ampleur de la tâche qui attend ces cuisiniers, quelques chiffres s’imposent. Tout commence avec la Sodexo qui compte parmi les sponsors des JO 2024 ; l’entreprise de restauration collective devra servir « 15 millions de repas et de snacks » tout en respectant le cahier des charges établi par le comité olympique. Le défi consistera à servir les sportifs 24/24h et 7/7j durant cinq semaines. Il faudra, en outre, respecter les aspects culturels et les impératifs nutritionnels qu’imposent les régimes alimentaires de tous ces athlètes, gérer au mieux les déchets avec un impact environnemental le plus neutre possible et servir du bio autant que faire se pourra.

« Cuisine inventive »
« Les menus seront élaborés par des nutritionnistes spécialisés dans la diététique. Les trois chefs cuisiniers apporteront également leur expertise afin d’incarner le savoir-faire à la française et de proposer une cuisine inventive », a expliqué au journal le Quotidien de la Capitale de ce lundi, Franck Chavenas, directeur général France de Sodexo Live !

« C’est une façon d’être patriote et de se rapprocher des athlètes »

Alexandre Mazzia

« Le cahier des charges ne nous a pas encore été remis mais il tiendra compte des impératifs environnementaux, des besoins liés à la performance et de l’éthique nutritionnelle sportive » explique Alexandre Mazzia. Le trois étoiles de la rue Rocca raconte avoir été contacté par la Sodexo il y a un an et demi « et au début c’était l’euphorie, mais j’attends encore le détail du cahier des charges ». Le choix de la Sodexo visait à couvrir le territoire où se dérouleront des épreuves (Paris et Marseille) avec des chefs connus tout en respectant la parité. Mais le choix de Mazzia présente un autre aspect des plus intéressants : Mazzia a joué au basket. « J’ai déjà joué en équipe nationale, équipe de France cadets, équipe de France espoirs et cadets Europe, je pense que ce parcours atypique a fait la différence auprès du CIO. Ce passé sportif me permettra de partager mon expérience de sportif ».

Akrame Benallal et Mazzia se connaissent par ailleurs « il y a une cohérence entre nous qui sommes très créatifs. Et Akrame a beaucoup voyagé et connaît bien les aspects multiculturels des athlètes ». Sans trop en révéler, Alexandre Mazzia explique que la Sodexo s’apprête à travailler avec de nombreux jardins fermiers et c’est sûr, « tout le monde va jouer collectif ». Après son titre de chef de l’année décerné par ses pairs le 20 septembre dernier, Mazzia se prépare à savourer une nouvelle aventure : – C’est un projet formidable pour rencontrer des sportifs du monde entier, souffle-t-il. D’autant que, s’ils sont sélectionnés, je cuisinerai pour les enfants de certains de mes anciens coéquipiers de basket ».

Ajouter un commentaire…

Click here to post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à notre newsletter

Suis-nous sur les réseaux

Vite lu

Le Val labellisé. Avec l’aide du conservatoire méditerranéen, le maire de la commune du Val dans le Var, Jérémy Guiliano, vient de lancer un programme de préservation du Boussarlu, une variété endémique d’oliviers menacée de disparition. Pour un montant de 4 000 €, en plus de fonds européens, le maire veut reconnecter sa population avec ses oliviers et relancer toute une filière. Et pour commencer, le Val vient d’être labellisé « commune oléicole de France ».

(Encore) un nouveau directeur aux Roches Blanches. Comme chaque année, l’hôtel restaurant cassidain présente son nouveau directeur. Il s’agit d’Emmanuel Blanchemanche qui a quitté la direction du domaine de Verchant, près de Montpellier, pour Cassis. « Je suis très heureux de me lancer dans ce nouveau projet de vie, de  surcroît dans cet environnement exceptionnel. Pouvoir écrire un nouveau chapitre pour ce lieu mythique est un privilège et j’ai suivi les conseils de Winston Churchill, qui a résidé aux Roches Blanches : pour s’améliorer, il faut changer. Donc, pour être parfait, il faut avoir changé souvent ». Il n’est pas sûr que dans l’hôtellerie et la restauration ces changements perpétuels soient très rassurants pour les clients.

Sébastien Sanjou au château Mentone. Le chef varois rejoint pour l’été le domaine viticole de Mentone et y ouvre « la Table de Mentone ». Dès les beaux jours arrivés, la table est dressée en extérieur, face au vignoble et aux forêts qui le bordent. La ferme-auberge promet de conjuguer convivialité et partage avec des menus d’esprit provençal composés avec les légumes et herbes fraîches du potager, les fruits des vergers, olives de l’oliveraie du domaine et les œufs du poulailler. Viandes et volailles, fromages et charcuteries sont, eux, issus de producteurs locaux. Les vins de la propriété, classés Côtes de Provence bio, accompagnent les menus. En mai et juin, ouverture du mercredi au dimanche au déjeuner et du mercredi au samedi au dîner.
Château Mentone, 401, chemin de Mentone, 83510 Saint-Antonin du Var ; infos au 04 94 04 42 00.