Restaurants en Provence

Alexandre Auger, nouveau maestro des Roches blanches à Cassis

Alexandre Auger

Il souffle comme un vent d’Italie sur l’hôtel des Roches blanches, comme pour nous rappeler le jumelage de Cassis avec Portofino. Pour célébrer son quatrième été, l’hôtel 5 étoiles arrimé aux roches blanches a complètement révisé sa proposition et demandé à sa nouvelle directrice, Aurélie Ponce, d’écrire un nouveau chapitre de sa jeune histoire. Parmi les éléments saillants de cette transformation, l’ancienne directrice de la restauration du Crillon et du Ritz à Paris, a accueilli l’installation, le 7 juin dernier, du chef Alexandre Auger. Emule de Yannick Alléno avec qui il a travaillé au Meurice, Oger a aussi dirigé la brigade du Sofitel Faubourg, rue Boissy d’Anglas (Paris VIIIe), voisin de l’Elysée.

Aux Roches Blanches, il s’agira donc de faire vivre le Loup bar, lieu privilégié pour les moments de partage et d’apéritifs, le Rocco, dans un esprit retour de plage et convivialité élégante, et les Belles Canailles, allusion au cap voisin et, surtout, fleuron gastronomique de la maison. Evidente allusion à Luchino Visconti, le Rocco joue le service en musique avec une équipe jeune, majoritairement féminine, souriante et dévouée au bien-être des clients. Tables, banquettes, comptoir, on choisit sa table selon son inspiration et on se laisse porter par la bonne humeur générale.

Cuisinier à l’esprit curieux et prônant les vertus d’une cuisine française, Alexandre Auger a composé une carte de copains, de potes qui après une journée à la plage ou en bateau viendraient écrire l’épilogue de tous leurs fous-rires en partageant des panisses, une planche de charcuteries corses (lonzu, prisuttu, copa), un très croustillant fritto misto de la mer (seiches, crevettes et jols) et une irréprochable salade grecque aux grosses olives de Kalamata et à la feta crémeuse de Lemnos. Il y a de belles idées, comme cette tapenade qui fouette les saveurs d’une burrata posée sur un arlequin de tomates ou cette sauce à la truffe qui nous renvoie loin dans les terres.
Toujours en lien avec al mer omniprésente, le carpaccio de pulpo en palamos-pois chiches et oignons rouges multiplie les textures avec un assaisonnement aussi surprenant qu’agréable. Avec la focaccia toastée stracciatella et mortadelle arômes de truffe, le chef est sûr de faire l’unanimité.

La sommellerie n’est plus le parent pauvre de la maison et l’arrivée de Gabriele del Carlo en droite ligne du George V place haut le niveau. Ce dernier fait découvrir un barbera d’alba, 2017 superiore scudetto de Giuseppe Mascarello, une des plus grandes pointures du Piémont. Les vignes qui poussent à 300 mètres d’altitude sont vendangées à la main et offrent au vin une robe pourpre profonde. Le nez de fruits rouges annonce une attaque ample donnant l’impression de croquer des grains à la peau tendue… A boire très frais en cette saison d’été !

Alors faut-il tirer la chaise chez Rocco ? Mais bien évidemment et d’abord pour la qualité de l’accueil qui, du voiturier jusqu’aux clés d’or, est souriant, jovial et joyeux. Pour le chef Alexandre Auger ensuite, qui vient à la rencontre des Provençaux, bien décidé à se faire une place dans le paysage local de restanques et de pinèdes. Oui enfin pour le sommelier, Gabriele del Carlo, et la directrice, Aurélie Ponce, qui impulsent un rythme et portent la maison au point de l’incarner et lui conférer une âme familiale. Une très jolie sortie en perspective dans un style Art-Déco définitivement de bon goût.

Les Roches blanches, 9, avenue des Calanques, 13260 Cassis. Infos au 04 42 01 09 30. Rocco, carte 50-60 €.

Ajouter un commentaire

Cliquer ici pour écrire un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Mas de Cadenet ouvre ses portes Pour célébrer la fin des vendanges, la famille Négrel vous ouvre les portes du Mas de Cadenet pour un repas champêtre et des ateliers autour du vin le 16 octobre prochain. Accueil à partir de 11h avec des ateliers des cépages (dégustation des mono-cépages tout juste sortis de fermentation) et des ateliers assemblage (jeux d'assemblages à la découverte des équilibres et personnalités des vins). Apéritif et repas champêtre à 12h30 : Cédric Aubert, du restaurant La Place à Puyloubier sera à la manoeuvre avec sa cuisine éco-responsable. Au menu du jour, un spectaculaire agneau rôti sur place, à la broche et au feu de bois et bien entendu du Mas de Cadenet pour l'accord parfait ! Le vignoble est ouvert à ceux qui le souhaitent pour une balade digestive. Mas de Cadenet, D57, 13530 Trets ; infos et inscriptions au 04 42 29 21 59.

Giuseppe Ammendola invité du Môle Passédat Le chef espagnol du restaurant Índigo cocina vegetal à Bilbao répond à l'invitation de Gérald Passédat et vient cuisiner toute la semaine du 11 octobre. Il proposera un menu végétal au tarif de 55 € par personne. Menu composé d'une mise en bouche (Truffe pas truffe, croquette de shiitake, caroube, émulsion à la truffe, salicorne), d'une entrée (betterave et célerie rave au vin rouge et jus d'orange, guacamole et pain grillé au sarrasin), d'un plat (risotto aux légumes du marché et aux algues, crème au beurre d’amande et fenouil, herbes aromatiques) et d'un dessert (caprese cacao et et aux amandes, ganache chocolat, framboise). Photo Richard Haughton. Infos et réservations ici.

A Aix-en-Provence, Jacquèmes tire le rideau. L'enseigne aura tenu 108 ans. Jacquèmes était la plus ancienne épicerie fine-caviste de la cité, implantée en centre-ville. Une boutique plongée dans le formol, un accueil épouvantable et une sélection qui ne répondait plus aux nouvelles tendances de la gastronomie expliquent le déclin de cette maison qui s'apprête à brader ses stocks dans les prochains jours. Si le coeur vous en dit... 9, rue Méjanes à Aix ; infos au 04 42 23 48 64.

Abonnez-vous à notre newsletter