Art de vivre Magazine

A Cassis, le nouvel hôtel des Roches blanches souffle un air de Riviera sur la Provence

C’était, au départ, une maison de maître érigée en 1887, entre village et calanques, tutoyant le cap Canaille, la propriété est transformée en hôtel au début des années 1920 hébergeant, entre autres, Winston Churchill et Edith Piaf. La bâtisse a conservé de beaux éléments d’architecture Art
déco : entrée en fer forgé encadrée de colonnes, deux balcons à encorbellement travaillé, une majestueuse rampe d’escalier aux motifs d’écailles logotypée RB.
A Cassis, c’est l’hôtel de tous les superlatifs. Renouant avec un passé idéalisé, les Roches Blanches s’apprête à accueillir ses premiers clients dans un environnement que n’aurait pas renié Gatsby le Magnifique. Imaginez le héros de Francis Scott Fitzgerald déambulant dans un jardin plongeant dans la mer, avec, pour seule ligne d’horizon, la silhouette en ombre chinoise des pins parasols au couchant. Les restanques, parsemées de cactées conduisent à la maison dont le style Années 30 a été surligné. Le chantier de 18 mois a été confié à l’architecte parisienne Monika Kappel  qui a mixé les styles années folles et d’art déco dans un esprit Riviera cher à Agatha Christie. Les prestations de ce 5 étoiles se présentent en chiffres : 36 chambres et suites, un spa avec cabines de soins, hammam et sauna, 2 piscines à débordement. Le restaurant a été confié à Jean-Paul Cudennec qui fit les belles heures du Kasteel Withof en Belgique (1 étoile), du Grill Eden Roc à Antibes, du Grand Hôtel des Sablettes-Plage et de l’Impérial Garoupe…

Le chef servira, c’est une évidence, une cuisine méditerranéenne, tournée vers la mer et « basée sur des produits locaux et de saison » dixit la direction de l’hôtel. Le chef revendique une cuisine simple et créative avec, pour mission, de servir le goût sans oublier le bio et le bien-être, à l’instar de la formule petit-déjeuner à 750 calories. Au lounge bar, la carte de Jean-Paul Cudennec proposera des grignotages sur des thématiques mer, terre ou végétarien. Côté vin, c’est une autre évidence, les douze domaines viticoles cassidains hanteront la carte.

Hôtel des Roches blanches, 9, avenue des Calanques, 13260 Cassis ; infos au 04 42 01 09 30. Ouverture mi-juin.

Ajouter un commentaire…

Click here to post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à notre newsletter

Suis-nous sur les réseaux

Vite lu

Le Val labellisé. Avec l’aide du conservatoire méditerranéen, le maire de la commune du Val dans le Var, Jérémy Guiliano, vient de lancer un programme de préservation du Boussarlu, une variété endémique d’oliviers menacée de disparition. Pour un montant de 4 000 €, en plus de fonds européens, le maire veut reconnecter sa population avec ses oliviers et relancer toute une filière. Et pour commencer, le Val vient d’être labellisé « commune oléicole de France ».

(Encore) un nouveau directeur aux Roches Blanches. Comme chaque année, l’hôtel restaurant cassidain présente son nouveau directeur. Il s’agit d’Emmanuel Blanchemanche qui a quitté la direction du domaine de Verchant, près de Montpellier, pour Cassis. « Je suis très heureux de me lancer dans ce nouveau projet de vie, de  surcroît dans cet environnement exceptionnel. Pouvoir écrire un nouveau chapitre pour ce lieu mythique est un privilège et j’ai suivi les conseils de Winston Churchill, qui a résidé aux Roches Blanches : pour s’améliorer, il faut changer. Donc, pour être parfait, il faut avoir changé souvent ». Il n’est pas sûr que dans l’hôtellerie et la restauration ces changements perpétuels soient très rassurants pour les clients.

Sébastien Sanjou au château Mentone. Le chef varois rejoint pour l’été le domaine viticole de Mentone et y ouvre « la Table de Mentone ». Dès les beaux jours arrivés, la table est dressée en extérieur, face au vignoble et aux forêts qui le bordent. La ferme-auberge promet de conjuguer convivialité et partage avec des menus d’esprit provençal composés avec les légumes et herbes fraîches du potager, les fruits des vergers, olives de l’oliveraie du domaine et les œufs du poulailler. Viandes et volailles, fromages et charcuteries sont, eux, issus de producteurs locaux. Les vins de la propriété, classés Côtes de Provence bio, accompagnent les menus. En mai et juin, ouverture du mercredi au dimanche au déjeuner et du mercredi au samedi au dîner.
Château Mentone, 401, chemin de Mentone, 83510 Saint-Antonin du Var ; infos au 04 94 04 42 00.