En direct du marché

Alexandre Troupel à Châteauneuf-les-Martigues, la terre de grand-père en petit-fils

Alexandre TroupelLe paysage de Châteauneuf-les-Martigues a bien changé : il y a un siècle, « il n’y avait que des exploitations et si aujourd’hui nous sommes dix, c’est bien le maximum » regrette Alexandre Troupel. Du Louis XV au Blue Bay à Monaco en passant par la Cour du Théâtre à Martigues, le château de la Pioline ou Alexandre Mazzia à Marseille, nombreux sont les restaurants qui composent leurs assiettes avec les fleurs comestibles, jeunes pousses, aromates et mini légumes dont ce paysan de 43 ans s’est fait une spécialité.
Dans ses serres où l’on respire un air doux, Alexandre évoque son travail de technicien son et lumière, ses deux années vécues au Nicaragua (« j’étais allé rejoindre ma femme qui y était partie travailler pour une ONG ») et sa formation physique qui l’avait conduit à travailler en laboratoires : « Je travaillais sur le gaz-oil mais ça m’a vite énervé de respirer du benzène toute la journée », confesse-t-il.

Désormais certifié bio
2009 sera l’année du grand bouleversement ; à son retour d’Amérique centrale, Alexandre Troupel récupère une partie des serres du grand-père, soit 5 000 m2, « c’est avec ça qu’on a démarré » glisse-t-il. Dans la famille, la grand-mère est ravie, les parents d’Alexandre, fonctionnaires, n’y trouvent rien à redire. « Je voulais travailler pour moi et choisir mes contraintes plutôt que les subir ». Aujourd’hui, l’exploitation couvre 2,5 hectares et le paysan s’est associé avec son épouse Aurore Ballée dans un Gaec. « On fait quelques marchés de producteurs pour notre gamme de maraîchage classique, les mini légumes et les aromatiques », énumère Alexandre Troupel. Depuis le début du mois de février 2020, le GAEC Plaine terre est labellisé bio ; la bouillie bordelaise, le purin, le savon noir et les bactéries protectrices des plantes ont remplacé les produits systémiques de l’agriculture conventionnelle.

basilic« Nos journées débutent au lever du soleil, on ramasse pour les marchés et les commandes des restaurants, on entretient les plantations, énumère Troupel désormais assisté d’un salarié et de deux saisonniers. Aurore s’occupe de toute la paperasserie, des livraisons, elle emballe… Nous sommes très complémentaires ». Quant aux enfants du couple, 9 et 4 ans, ils seront libres de faire le métier de leur choix, « on ne les obligera à rien pourvu qu’ils soient heureux » dit Alexandre, toujours épris de liberté.

Gaec Plaine Terre, quartier la Damiane, route de lAure, 13220 Châteauneuf-les-Martigues ; infos au 06 33 39 79 78 et 6 51 41 03 62. Visites uniquement sur rendez-vous.

Photos DR et Markus Spiske

Ajoute un commentaire

Ecris ici pour poster ton commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Aix-en-Provence

Jean-Luc Le Formal n’est plus. 2002-2022, le  plus breton des chefs provençaux a mis 20 ans dans la cité du Roy René pour gravir tous les échelons de la notoriété. Las, ce samedi 3 décembre, le cœur de Jean-Luc Le Formal a décidé de siffler la fin de la partie. Au Grand Pastis qui lui avait demandé s’il avait des regrets, Le Formal avait répondu : – Je n’en ai pas. Il faut assumer ce qui a été fait car on ne peut plus revenir dessus ». Fort de sa devise, « Profiter du moment présent à 100%, vivre et partager sa passion », Jean-Luc Le Formal a vecu pleinement pour la cuisine avec une douleur et une incompréhension : le mutisme du guide rouge à son encontre. Généreux dans le verbe et en actes, solidaire et confraternel, Le Formal tire définitivment le rideau sur son restaurant de la rue Espariat. En ces journées pénibles, chacun pensera à Yvonne sa compagne ; une cérémonie sera célébrée à Aix, jeudi 8 décembre.
Son interview au Grand Pastis.

Marseille-Cassis

EXCLUSIF. – C’est bien le chef des Roches Blanches, Alexandre Auger, qui succédera à Dominique Frérard au piano du restaurant les Trois Forts du Sofitel Marseille-Vieux-Port. Auger est arrivé à Cassis le 7 juin 2021 et devrait en partir tout début janvier 2023. Avant d’acter son départ, deux soirées seront organisées dans le 5 étoiles cassidain les 15 et 16 décembre. Le 15 décembre, Alexandre Auger et Randy Siles, chef costaricien, créateur du concept « Agro-Marino », serviront un dîner à 4 mains sur la thématique « Agro-Marino ». Le 16 décembre, le cuisinier Randy Siles s’associera cette fois au chef italien Gabriele Boffa, 2 étoiles au guide rouge, originaire du Piémont en Italie, pour un dîner à 4 mains. Valentin Fabry, chef pâtissier des Roches Blanches, quant à lui, proposera deux desserts uniques pour clore subtilement ces deux rendez-vous sur une belle note sucrée… Et dire au-revoir au chef Auger. Emule de Yannick Alléno avec qui il a travaillé au Meurice, Auger a aussi dirigé la brigade du Sofitel Faubourg, rue Boissy d’Anglas (Paris VIIIe), voisin de l’Elysée.

Suis-nous sur les réseaux

L’Isle-sur-la-Sorgue

Œuf mayonnaise. Le concours du meilleur œuf mayo  du monde s’est tenu à Paris le 14 novembre dernier. Le vauclusien Jérémi Fontin est monté sur la deuxième marche du podium, porté par un œuf fermier bio de gros calibre, cuisson en 8 minutes, « dans de l’eau très salée pour garder un jaune orangé et onctueux » révèle le chef de l’Atelier du Jardin dans le quotidien La Provence. Le grand gagnant 2023 du concours créé par l’Association de sauvegarde de l’œuf mayonnaise (Asom) est la Grande Brasserie de Bastille, à Paris. Pour ceux qui le souhaitent, la recette œuf-mayo de Jérémi Fontin est proposée au restaurant à 8 € les quatre demi-œufs. L’Asom a été créée par feu le chroniqueur gastronomique et fondateur des Guides Lebey, Claude Lebey. Elle a été relancée en 2018 par quatre gastronomes avertis, soucieux de préserver et promouvoir ce monument de la cuisine bistrotière française.
• L’Atelier du Jardin, 34, avenue de l’Égalité,  84800, l’Isle-sur-la-Sorgue.

Marseille

Le lycée hôtelier de Marseille Bonneveine a soufflé ses 40 bougies le 29 novembre 2022. L’établissement de formation a annoncé qu’il sera renommé du nom de Jean-Paul Passédat, décédé le mercredi 10 août dernier, à l’âge de 88 ans. Ce 29 novembre, Gérald Passédat, est venu rappeler que son père avait compté à l’époque parmi les plus fervents soutiens de la création d’un lycée hôtelier à Marseille. Le président de la région Sud, Renaud Muselier, figurait parmi les invités.

Abonne-toi à la newsletter