En direct du marché

Café Piata, un petit village brésilien dans notre tasse de café

Face à la porte d’entrée, en fond de salle, cette machine fait la fierté de Florent Dumas : “C’est une Joper, une marque portugaise qui fait référence” présente le jeune commerçant qui a ouvert sa boutique le 28 janvier dernier. En ce début d’après-midi, une douce odeur de café chaud exhale du torréfacteur en plein travail et envahit ce café Piata qui a adopté les codes d’une déco très sudiste. Probablement une réminiscence des années que Florent Dumas a passées au Nigéria, de Lagos à Abuja, lorsqu’il travaillait pour le groupe Total. “Ensuite, j’ai vécu 3 années entre les plages varoises de France et l’Australie, où je faisais les saisons”, dit-il.

café PiataLongtemps, Florent n’a pas bu de café : “Je trouvais ça trop fort mais je me suis beaucoup intéressé à toute la minutie nécessaire à la torréfaction, à l’art de la mouture”. Mû par une passion grandissante, Dumas entame trois sessions de formation au métier de barista à Velaux, chez BBS. Le rêve a prix corps avec l’ouverture de ce “vrai coffe shop comme on en trouve en Australie” avec, toujours, les gâteaux de voyage faits sur place comme les cookies, salades de fruits et granola bowls. Deux salades, autant de bagels et de tartines composent l’offre salée imaginée par Kevin pour le café Piata. “Le café Piata rend hommage à ce village où je suis allé travailler au Brésil, dans la région de Salvador de Bahia, dans les plantations, avec les planteurs et cultivateurs pour tout comprendre de cette terre qui donne le café”, poursuit Florent.

Footeux à l’AC Ajaccio
Aux clients qui viennent acheter leur café, moulu ou pas, en sachets de 250, 500 ou 1000 grammes, Florent propose aussi de découvrir ses recettes, comme le latte caramel beurre salé ou le latte chocolat au lait-truffe à base de truffe infusée. “Pour toutes les recettes de café, j’ai retravaillé tous les dosages et les mélanges” prévient celui qui a bien failli être footballeur professionnel : “J’ai aussi été membre du centre de formation de l’AC Ajaccio mais les années sont passées et le foot m’est devenu étranger, l’argent y est trop présent”. Le hasard fait bien les choses.

Café Piata, 14, rue Breteuil, Marseille 1er ; infos au 06 50 81 11 35.

Vite lu

Marianne Planchais, Sophie Planchais, Loïc Ginet et Thomas Niesor ont imaginé un jeu de société d’ambiance, culturel et stratégique dans l’univers de la pâtisserie. Cette entreprise familiale, basée à Aix-en-Pce, a opté pour l’auto-édition et une fabrication 100% bleu-blanc-rouge. Les joueurs incarnent des pâtissiers formés en France qui s’installent à l’étranger. Leur objectif : faire partie de la crème de la crème des pâtissiers en  confectionnant, avec leurs cartes, des pâtisseries traditionnelles. Le jeu compte 400 questions sur le thème de la pâtisserie dont 100 dédiées aux enfants. babaOrum s’adresse aux amateurs de jeux de société, aux passionnés de pâtisserie, à tous ! Déjà près de 200 jeux ont été pré-commandés sur la plateforme Ulule. Si l’objectif de 300 pré-commandes est atteint, les jeux seront produits en novembre et livrés en décembre. Tous sur Ulule pour précommander le jeu, il est super !

Pizzette l'Isle sur la Sorgue Pizzette et craquante Une adresse pour les sorties entre ados et pour les parents qui veulent faire plaisir à leurs ados. Ici, on accompagne cocktails, vins et bières à l’apéro d’une ribambelle de pizzas à dévorer en égoïste ou à partager. Un apéro très cool avant d’aller au resto ensuite. Les pâtes sont ultra-fines, craquantes et si légères qu’on pourrait en dévorer des dizaines. A tester : la camembert et jambon cru,  la chèvre-miel ou la margherita…
• 19, ave des 4 Otages à l’Isle-sur-la-Sorgue (04 90 95 56 34) et 24, bd Victor-Hugo à Saint-Rémy-de-Provence (04 90 95 80 31)