En direct du marché

Café Piata, un petit village brésilien dans notre tasse de café

Face à la porte d’entrée, en fond de salle, cette machine fait la fierté de Florent Dumas : « C’est une Joper, une marque portugaise qui fait référence » présente le jeune commerçant qui a ouvert sa boutique le 28 janvier dernier. En ce début d’après-midi, une douce odeur de café chaud exhale du torréfacteur en plein travail et envahit ce café Piata qui a adopté les codes d’une déco très sudiste. Probablement une réminiscence des années que Florent Dumas a passées au Nigéria, de Lagos à Abuja, lorsqu’il travaillait pour le groupe Total. « Ensuite, j’ai vécu 3 années entre les plages varoises de France et l’Australie, où je faisais les saisons », dit-il.

café PiataLongtemps, Florent n’a pas bu de café : « Je trouvais ça trop fort mais je me suis beaucoup intéressé à toute la minutie nécessaire à la torréfaction, à l’art de la mouture ». Mû par une passion grandissante, Dumas entame trois sessions de formation au métier de barista à Velaux, chez BBS. Le rêve a prix corps avec l’ouverture de ce « vrai coffe shop comme on en trouve en Australie » avec, toujours, les gâteaux de voyage faits sur place comme les cookies, salades de fruits et granola bowls. Deux salades, autant de bagels et de tartines composent l’offre salée imaginée par Kevin pour le café Piata. « Le café Piata rend hommage à ce village où je suis allé travailler au Brésil, dans la région de Salvador de Bahia, dans les plantations, avec les planteurs et cultivateurs pour tout comprendre de cette terre qui donne le café », poursuit Florent.

Footeux à l’AC Ajaccio
Aux clients qui viennent acheter leur café, moulu ou pas, en sachets de 250, 500 ou 1000 grammes, Florent propose aussi de découvrir ses recettes, comme le latte caramel beurre salé ou le latte chocolat au lait-truffe à base de truffe infusée. « Pour toutes les recettes de café, j’ai retravaillé tous les dosages et les mélanges » prévient celui qui a bien failli être footballeur professionnel : « J’ai aussi été membre du centre de formation de l’AC Ajaccio mais les années sont passées et le foot m’est devenu étranger, l’argent y est trop présent ». Le hasard fait bien les choses.

Café Piata, 14, rue Breteuil, Marseille 1er ; infos au 06 50 81 11 35.

Ajouter un commentaire…

Click here to post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suis-nous sur les réseaux

Vite lu

Le Portugal à Marseille. Dans le cadre de la saison croisée France-Portugal de l’Institut français, les grandes Tables ICI vous proposent de (re)découvrir la cuisine portugaise avec deux événements : le grand Marché Bacalhau! et un dîner barbecue le lendemain sur le toit perché de la Friche.
☻ Bacalhau ! Le grand Marché du Portugal adopte les couleurs du Portugal : sélection de vins et spiritueux portugais, les fameuses pasteis de nata, les céramiques typiques et produits d’épiceries fines. Les cheffes Rosario Pinheiro et Jenifer Abrantes mettent à l’honneur la morue en plusieurs déclinaisons, Romain Chartrain (de Azul concept store) proposera des grands classiques de la cuisine portugaise, et Sonia Isidro servira une assiette végétarienne.
• Lundi 4 juillet de 16h à 22 heures à la Friche Belle-de-Mai
­☻ Le lendemain, 5 juillet, participez au grand dîner-barbecue pour 450 personnes ! 80 tables partagées et une vingtaine de barbecues géants seront montés pour cette soirée sur le toit-terrasse de la Friche. Gigantesque. La carte sera élaborée par Rosario Pinheiro, Jenifer Abrantes, Sonia Isidro, Sergio Vaz, Romain Chartrain (de Azul concept store) et Julien Reynouard pour la carte des vins. Le menu sera composé d’une salada de bacalhau com grão de bico, Chips de pele de bacalhau, salada de pimento assado, Pão com chouriço, Frango Assado com piri piri, Arroz Doce, Pudim et Línguas de bacalhau.
• Réservations impératives en cliquant ici.

Du gin en Bib. Le gin de la Distillerie de Camargue, le fameux Bigourdan, est désormais disponible en bag-in-box 3 litres. Et pourquoi un Bib ? Parce que c’est pratique, plus léger, plus facile à stocker, à expédier. C’est écologique, le carton ça se recycle plus facilement que le verre. C’est économique : la preuve : 68 € le litre en bouteille et 185 € le Bib 3 litres. Enfin, protégé de la lumière et de l’oxygène il est moins soumis aux effets de l’oxydation. Et c’est pour qui ? Pour les professionnels de la restauration, du bar, de la nuit, de l’événementiel. Les mariés de l’été, les fêtards, les peinards, les fidèles, les marins à quai, les alpins au chalet, les baigneurs sur le sable.
Dégustation et vente à la Distillerie de Camargue, 12, rue Frédéric-Mistral à Arles. Infos au 06 85 03 71 05.

Street Food festival, le bilan. Le SFF a fait le plein de festivaliers, de bons produits et de bonnes ondes sur l’esplanade de la Major, le week-end des 17, 18 et 19 juin à Marseille.  25 000 personnes sont venues goûter au meilleur des spécialités locales proposées par quelque 50 issus des quatre coins du département : 32 propositions culinaires sucrées ou salées, sourcées avec soin parmi les producteurs  locaux, 8 domaines viticoles, 7 brasseurs, 2 torréfacteurs. Le chef Pierre Reboul était également présent pour un cooking-show des plus étonnants et fidèle à son image, avec une cuisine singulière, énergique et généreuse.

Mazzia au 50 Best Les organisateurs du World’s 50 best restaurants ont annoncé ce 14 juin l’entrée du chef marseillais Alexandre Mazzia dans le fameux classement des 50 Best. C’est lors d’un repas servi ches Heston Blumenthal à Londres qu’AM a reçu le One to watch award, à savoir le trophée de « l’établissement à suivre ». Ces Oscars de la gastronomie sont décernés tous les ans par la revue britannique Restaurant qui a l’humilité de récompenser les meilleures tables du monde.