Art de vivre

Allauch se prépare au grand brasier de la Saint-Clair

Saint-clair

Passées les fêtes, Allauch prépare sa fête. La Saint-Clair sera célébrée au lendemain de l’Epiphanie, les 7 et 8 janvier prochain. Aux origines de cette tradition, dont on retrouve des écrits à la fin du XVIIe siècle, le profane et le sacré se mélangent, le côté gastronomico-festif ayant pris le pas au fil des siècles. Le principe : on fait cuire une nuit entière, sur de gros tourne-broches et de grands brasiers, huit cochons qui seront vendus à la découpe le lendemain et partagés lors d’un banquet en place publique ou dans les foyers. « Il y a la descente des bergers à Noël et la Saint-Clair en janvier, deux fêtes, traditionnelle et patrimoniale, qui font partie intégrante de la vie de la commune et dont l’écho porte bien au-delà » se réjouit Lionel de Cala, maire d’Allauch. Cette année, la fameuse descente des bergers a été avancée à 18 heures pour faciliter la présence des familles qui ont accompagné le défilé des moutons, des collines, jusqu’à l’église Saint-Sébastien. Au final, plus de 10 000 spectateurs étaient là, du jamais-vu.

Culture et identité
« Tous ces événements sont portés par des bénévoles et j’y vois des signes forts d’attachement au rayonnement de notre culture provençale, note l’édile. Je pense que culture et identité se rejoignent et réunissent des gens sur un même territoire à l’égal de ce qui se vit en Bretagne, en Alsace, en Corse ou au Pays-basque. Allauch a à cœur de faire revivre cette foire commerciale de vente de gibier grâce au comité des fêtes et à des groupes folkloriques comme les Amis d’Allauch ou les Tambourinaïres du Logis-Neuf ». Toute la nuit, les bénévoles se relaieront pour surveiller la cuisson au feu de bois des cochons qui seront proposés à la vente le dimanche dès midi, sur le cours du 11-Novembre. Tout au long de la journée, une foire gastronomique attendra les gourmets. Le produit de la vente des huit cochons est destiné à l’achat des bêtes, au travail des bouchers et reversé au comité des fêtes, permettant ainsi le financement des animations chaque année.
Lionel de Cala se réjouit d’accueillir beaucoup de nouveaux habitants à Allauch et contate qu’année après année, ils rejoignent très progressivement les bénévoles organisateurs des fêtes traditionnelles : – Dans les écoles aussi, les groupes folkloriques transmettent la langue et racontent l’histoire de la Provence, dit-il. Ce serait bien que Marseille aussi revendique ses traditions comme ça se fait dans certains quartiers comme Château-Gombert ». Exemple à suivre.

La Saint-Clair à Allauch, les 7 et 8 janvier 2023, infos à la maison du tourisme, 04 91 10 49 20.

La Saint-Clair, profane et sacrée…

Samedi 7 janvier, 15h30 : marche des Rois dans les rues du village organisée par le groupe Saint-Eloi allaudien en partenariat avec le Comité des Fêtes, la paroisse et la chorale Saint-Sébastien. Sur le cours du 11-Novembre, à 18h30 : lancement de la cuisson des cochons. A 19h, spectacle de cracheurs de feu et camps de vie. De 20h à 22h, retrouvailles à la taverne du Comité des Fêtes avec petite restauration sur place (assiettes de charcuteries et boissons).

Dimanche 8 janvier, à 9h : ouverture de la foire gastronomique et animations camps de vie sur le cours du 11-Novembre jusqu’à midi. A 11h, défilé folklorique du groupe « Leis Ami d’Alau » ; à 11h40, allocutions du maire Lionel de Cala et du président du Comité des Fêtes. A Midi pétantes, vente des 6 cochons et de la charcuterie. De 14h à 16h30, animation camps de vie sur le cours du 11-Novembre.

Ajoute un commentaire

Ecris ici pour poster ton commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonne-toi à la newsletter

Marseille

Farinette c’est fini. Quatorze mois plus tard, la boulangerie de Manon et Etienne Geney tire le rideau. « Nous avons vécu une année compliquée et la hausse globale des coûts, énergie et matières confondues, a fragilisé notre modèle économique, explique Etienne Geney. Nous n’avons pas voulu fragiliser la Maison Geney voisine et on a pensé qu’il valait mieux tout arrêter ». En dépit de cette annonce, l’équipe vient de terminer une série de tournages pour la « Meilleure boulangerie de France » (M6) et le couple Geney enfonce le clou : – On y a mis tout notre cœur, on n’a proposé que du bon pain, on a fait de gros progrès et on ne retire que du bien de cette expérience ». Toujours propriétaires du nom Farinette qu’ils ont déposé, les Geney attendent que « le temps passe » et promet : « On reviendra mais on ne sait pas quand ». Fermeture le 4 février 2023.

Marrou à Saint-Barnabé. Porté par le succès de ses implantations au Prado, à Castellane et à l’opéra, Marrou ouvre un espace traiteur-pâtisserie à l’entrée de la galerie Saint-Barnabé Village (95, rue Montaigne, 12e). Il sera possible de déjeuner sur place et de profiter du salon de thé à toute heure de la journée. Une terrasse et des places en salle sont annoncées. Les Marseillais de boboboom (présents déjà à Paris, les Emirats, Londres, la Savoie , Rio et New York) signeront la déco et le style de l’enseigne.

 

Ramatuelle

Raclette à Pampelonne. Fondée par la famille Manificat dans les années 70, L’Orangerie compte parmi les historiques de la plage de Pampelonne. Ce restaurant de plage est l’un des seuls de la baie à accueillir ses clients toute l’année, 7 jours sur 7. Pour cet hiver, le chef Daniele Negrini a eu l’idée de proposer une raclette… original face à la mer ! Côté tarif, ça reste raisonnable : 35 € par personne, pour deux convives minimum.
L’Orangerie,
962, chemin des Tamaris, 83350 Ramatuelle ; infos au 04 94 79 84 74.

 

Suis-nous sur les réseaux