Art de vivre

L’Ambassade de Bretagne labellisée Lucie : une première en France, l’exemple à suivre

Un article rédigé par Nathalie Lange et publié sur Linkedin pose la question suivante : “Le secteur de la restauration est soumis à de multiples mutations, écologiques, sociales, environnementales et économiques. Les médias nous annoncent quotidiennement que le secteur peine à recruter. On déplore des milliers d’emplois non pourvus et le pseudo manque d’intérêt pour cette profession. Alors comment l’Ambassade de Bretagne, petit restaurant installé dans les docks de Marseille, servant environ 200 couverts par jour, réussit-elle à fidéliser son personnel, ses fournisseurs et ses clients ?”

ambasade de bretagneUne première en France pour l’Ambassade de Bretagne
Si le concept du restaurant justifie pour partie ce succès l’auteur insiste, et c’est nouveau, sur la notion de management et de respect de l’environnement. De fait, l’Ambassade de Bretagne, après avoir été lauréate de la charte de la diversité en 2011, puis labellisée Empl’itude en 2014 et 2017, vient-elle de recevoir le label Lucie. Une première en France. Le label Lucie qu’est-ce que c’est ? C’est une communauté d’organisations qui partagent la même volonté : rendre ce monde plus juste et plus respectueux des hommes et du territoire. Les attentes des citoyens évoluent, l’entreprise ne peut plus être un simple acteur économique. Elle doit créer du sens, avoir des valeurs et remplir sa mission en adoptant un modèle économique positif pour les hommes et son territoire.

ambassade de bretagneA Marseille, l’Ambassade de Bretagne incarne ces valeurs. Le restaurant d’Emmanuel Laurand une entreprise vertueuse ? Oui. “Les entreprises parlent de plus en plus de RSE (Responsabilité sociétale des entreprises), d’engagement, de durable… Souvent parce que c’est bien de le faire mais c’est plus déclaratif que réel, affirme Emmanuel Laurand. Il y a plus d’un an de travail pour obtenir ce label Iso 26000, nous avons été audités durant 3 jours pour mesurer notre démarche globale autour de la Responsabilité sociale de mon entreprise qui est sincère et vérifiée”.
Management des richesses humaines, bonnes relations avec les fournisseurs, cette labellisation fait le tour des pratiques vertueuses mises en place par l’Ambassade de Bretagne et entraîne un management gagnant-gagnant : “Combien coûte le départ de votre entreprise d’un employé recruté et formé ? Quel est le coût de sourcer et remplacer un fournisseur qui ne veut plus travailler avec votre entreprise ?” C’est à ces questions que les entreprises de l’hôtellerie-restauration doivent désormais répondre.

Le manifeste Lucie
“Le profit n’est plus l’unique moteur, nous aidons votre organisation à viser une croissance durable et à développer son activité en s’assurant non seulement de ne pas nuire mais de générer un impact positif sur la société et la planète. Tout le monde a un rôle à jouer, pourquoi pas vous ?
“Le label Lucie est aux entreprises et aux organisations ce que Max Havelaar est aux produits issus du commerce équitable”.
Plus d’infos ici

Comment doivent alors faire les restaurants pour recruter et conserver leur personnel ? Il faut respecter l’humain, le valoriser, le responsabiliser et définir les contours des missions. Exemples concrets : “A chaque formation suivie, le collaborateur grimpe d’un échelon dans la position. Les règles sont simples et claires. Chaque personne sait dès l’entretien de recrutement quelles tâches elle devra effectuer, quelles responsabilités elle assure. Ces fiches simplifient considérablement le processus de recrutement et permettent de vérifier l’adéquation de la personne au poste.
“La créativité est encouragée. Des cours de théâtre et d’improvisation sont proposés, puisque le service en salle est aussi une scène sur laquelle s’exprimer.
“Le management est bienveillant et les succès sont valorisés. Une collaboratrice confiait qu’elle ne pouvait envisager un avenir ailleurs. Se sentir accompagnée, écoutée, valorisée, formée, autonome, et utile, sont les raisons pour lesquelles elle, comme l’ensemble du personnel, reste fidèle. Depuis des années, avec le sourire. Un exemple très simple : les pourboires sont équitablement répartis entre salle et cuisine, car la restauration est d’abord un travail d’équipe.
“Malgré sa petite taille, l’Ambassade de Bretagne ose tout : proposer d’accueillir une quinzaine de stagiaires de 3e, embaucher une jeune femme enceinte et qui le dit sincèrement, au moment de l’entretien de recrutement (quoi de plus normal qu’avoir un bébé, même lorsque l’on a un service en salle ?), promouvoir cette même jeune femme au rang de Directrice régionale 3 ans après, et innover en permanence sur tous les plans. Résultat : des équipes motivées, impliquées, appelées à démontrer leur savoir-faire, et une interaction appréciée avec les clients”, écrit Nathalie Lange.

“Ouvrir la voie”
“Je considère depuis longtemps que l’humain doit être au cœur de toutes les démarches d’une entreprise. Dans un projet de duplication de mon concept Ambassade de Bretagne, l’expertise RH/RSE est le socle de ce concept.En étant le premier restaurant en France à obtenir ce label, je pourrai aussi montrer à d’autres restaurateurs qu’il est possible de fidéliser ses équipes, réduire ses coûts, améliorer la performance chez nos fournisseurs pour qu’elle s’améliore ensuite chez nous… C’est un cercle vertueux à mettre en place en impliquant toutes les parties prenantes. Et ça marche !” s’enthousiasme Emmanuel Laurand.

Ambassade de Bretagne, les Docks Village, 10, place de la Joliette, Marseille 2e arr. ; 04 91 45 97 09.

Vite lu

Une bouillabaisse marseillaise chez un fromager aixois Si vous habitez Aix, plus besoin de venir à Marseille pour y déguster le plat emblématique. Vous avez désormais la possibilité de commander une bouillabaisse chez le fromager Benoît Lemarié (55, rue d’Italie à Aix) et il suffit de venir la récupérer le lendemain… Cuisinée avec beaucoup de talent par Gilles Carmignani, restaurateur marseillais (la Table de l’Olivier, 56, rue Mazenod, Marseille 2e arr.), la bouillabaisse est cuisinée le jour même, signe ultime de fraîcheur et de qualité. Prix : 46 € par personne. Infos au 04 42 66 50 06.

La cuisine d’été de Sophie, de Sophie Dudemaine sortira en librairies le 2 mai. Voici l’été, ses barbecues, ses salades colorées… Que l’on se retrouve autour du gril ou d’une simple tablée quotidienne, les mois estivaux sont toujours la promesse de douces saveurs grillées, fraîches et vitaminées. “Apéro, grillades, tartes, salades, desserts… les légumes et fruits d’été côtoient les viandes et crustacés, pour offrir à chacun la joie de bien manger, tout simplement. Je vous ai préparé 90 recettes salées et sucrées, délicieusement ensoleillées” promet Sophie qui cite le rôti de bœuf en croûte de moutarde, les saint-jacques à la plancha et la salade de pastèque. Photos de Rina Nurra, 224 pages, La Martinière Ed., tarif : 24,90 €.

Le GP sur les réseaux

Abonnez-vous à notre newsletter