Magazine

L’Art de la Fromagerie présente une exceptionnelle certification qualité et ouvre sa deuxième boutique

Inauguration d’une deuxième boutique, de la vente en ligne et, surtout, la mise en place d’une certification qui garantit aux clients le meilleur de la production fromagère de France… Plus que jamais l’Art de la Fromagerie s’impose comme une fromagerie parmi les plus emblématiques de l’hexagone, offrant à la ville l’une de ses plus belles marques. « Les Français ont pris conscience du phénomène de la malbouffe, on a peine à savoir ce qu’on mange et le monde du fromage cristallise toutes les grandes questions alimentaires du moment, assène Sylvain Basset en guise de préambule. On compte quelque 3200 fromagers-crémiers dans le pays qui se fournissent auprès d’une même poignée de fournisseurs et je n’y vois pas là un gage de qualité ».

Art de la Fromagerie
Lénaïc, Antonin et Clément à l’accueil de la nouvelle boutique du 4e arr.

Certification unique
Alors Sylvain Basset et toute l’équipe ont décidé de créer une certification qualité : « On est parti du meilleur du label bio, le meilleur des AOP et le haut de gamme de la sélection Slowfood, détaille le fromager. Nous avons ensuite travaillé avec des techniciens du fromage français et suisses pour élaborer une grille d’évaluation ».

Le digest fromager
« On nous parle des dangers du lait cru mais c’est un mensonge car le lait cru booste les défenses immunitaires. S’il y a un problème, il vient de l’agriculture intensive. Quand on travaille les races rustiques, quand les producteurs limitent l’usage de produits phytosanitaires, respectent l’alimentation et le bien-être de l’animal, on arrive forcément à une base de travail de bonne qualité »
« Tout est question de seuils en nombre de bêtes de production ; au plus on grossit, au plus on sacrifie la qualité, ce qui ne veut pas dire que tous les petits producteurs ont de bonnes pratiques »
« Il y a les très bons agriculteurs mais un peu moins bons producteurs de fromage et les excellents fabricants de fromage qui ne sont pas de très bons agriculteurs. Eh bien nous, on cherche la synthèse des deux »
Au-delà du travail théorique, Sylvain Basset est parti à la rencontre physique des producteurs dans leur ferme pour comprendre les méthodes de fabrication : « La certification mise en place par l’Art de la Fromagerie prend en compte la culture et la pâture, le bien-être de l’animal, la traite et l’analyse du lait, la fabrication et la flaveur bien sûr », une démarche unique à ce jour car rares sont ceux qui revendiquent des milliers de kilomètres chaque année, des nuits d’hôtel et des centaines d’heures d’entretien pour trouver le meilleur de la production hexagonale…

Résultat ? Les équipes de l’Art de la Fromagerie ont évalué les binômes producteurs-fromage et les plus convaincants d’entre eux arrivent dans les vitrines du magasin et sont classés de une à trois étoiles. « Les producteurs sont ravis de cette émulation qui les incite à aller toujours plus loin » assure Sylvain Basset. Comment accéder à cette information ? Sur le site web, la démarche est expliquée, les clients accèdent à une liste de producteurs et au classement de 1 à 3 étoiles. Le site permet également de commander en ligne des plateaux composés, des boîtes raclettes et le fameux « panier du mois ». Reste plus qu’à venir chercher in situ sa commande, se faire livrer à domicile à Marseille et partout en France.

A l’accueil du nouveau magasin, Antonin Basset, 22 ans, le fils de Sylvain. Enthousiaste, il est intarissable sur le sujet et émerveille par sa maîtrise. Lenaïc Chatel, 25 ans, a quitté la logistique pour se vouer corps et âme à sa passion. A leurs côtés, des jeunes tout aussi motivés et plein d’allant. L’enseigne a aussi jeté son dévolu sur une cave en Ardèche, département stratégique permettant de rayonner au mieux à la découverte des fromagers du pays. A 1000 mètres d’altitude, cette cave permettrait, à terme, d’affiner les fromages. La deuxième génération est là, succédant au fameux binôme composé de Sylvain Basset et Michel Lando qui reste la figure emblématique de la fromagerie de la rue Saint-Michel… De quoi regarder l’avenir avec optimisme.

L’Art de la fromagerie, 1, place du maréchal Fayolle, 4e ; infos au 09 50 27 99 76 et 20, rue Saint-Michel, Marseille 6e ; infos au 04 91 48 45 14.

Ajoute un commentaire

Ecris ici pour poster ton commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Aix-en-Provence

Jean-Luc Le Formal n’est plus. 2002-2022, le  plus breton des chefs provençaux a mis 20 ans dans la cité du Roy René pour gravir tous les échelons de la notoriété. Las, ce samedi 3 décembre, le cœur de Jean-Luc Le Formal a décidé de siffler la fin de la partie. Au Grand Pastis qui lui avait demandé s’il avait des regrets, Le Formal avait répondu : – Je n’en ai pas. Il faut assumer ce qui a été fait car on ne peut plus revenir dessus ». Fort de sa devise, « Profiter du moment présent à 100%, vivre et partager sa passion », Jean-Luc Le Formal a vecu pleinement pour la cuisine avec une douleur et une incompréhension : le mutisme du guide rouge à son encontre. Généreux dans le verbe et en actes, solidaire et confraternel, Le Formal tire définitivment le rideau sur son restaurant de la rue Espariat. En ces journées pénibles, chacun pensera à Yvonne sa compagne ; une cérémonie sera célébrée à Aix, jeudi 8 décembre.
Son interview au Grand Pastis.

Marseille-Cassis

EXCLUSIF. – C’est bien le chef des Roches Blanches, Alexandre Auger, qui succédera à Dominique Frérard au piano du restaurant les Trois Forts du Sofitel Marseille-Vieux-Port. Auger est arrivé à Cassis le 7 juin 2021 et devrait en partir tout début janvier 2023. Avant d’acter son départ, deux soirées seront organisées dans le 5 étoiles cassidain les 15 et 16 décembre. Le 15 décembre, Alexandre Auger et Randy Siles, chef costaricien, créateur du concept « Agro-Marino », serviront un dîner à 4 mains sur la thématique « Agro-Marino ». Le 16 décembre, le cuisinier Randy Siles s’associera cette fois au chef italien Gabriele Boffa, 2 étoiles au guide rouge, originaire du Piémont en Italie, pour un dîner à 4 mains. Valentin Fabry, chef pâtissier des Roches Blanches, quant à lui, proposera deux desserts uniques pour clore subtilement ces deux rendez-vous sur une belle note sucrée… Et dire au-revoir au chef Auger. Emule de Yannick Alléno avec qui il a travaillé au Meurice, Auger a aussi dirigé la brigade du Sofitel Faubourg, rue Boissy d’Anglas (Paris VIIIe), voisin de l’Elysée.

Suis-nous sur les réseaux

Marseille

Le lycée hôtelier de Marseille Bonneveine a soufflé ses 40 bougies le 29 novembre 2022. L’établissement de formation a annoncé qu’il sera renommé du nom de Jean-Paul Passédat, décédé le mercredi 10 août dernier, à l’âge de 88 ans. Ce 29 novembre, Gérald Passédat, est venu rappeler que son père avait compté à l’époque parmi les plus fervents soutiens de la création d’un lycée hôtelier à Marseille. Le président de la région Sud, Renaud Muselier, figurait parmi les invités.

Abonne-toi à la newsletter