En direct du marché

Au Royaume des Abeilles, les délicieux suce-miel et chiques d’Allauch

Au royaume des Abeilles

Chiques, suce-miel et nougats appartiennent au patrimoine de la commune d’Allauch, sur les contreforts du Garlaban… Depuis des siècles, quelques familles se transmettent les secrets de fabrication de ces bonbons au miel, aux arômes de garrigue qui collent aussi bien aux doigts qu’aux dents. La famille de Sébastien est de celles-là, ce dernier perpétuant les gestes immuables appris du grand-père. « Mes grands-parents se sont installés au village dans les années 30 et y ont ouvert un magasin d’alimentation générale, raconte Sébastien Passagio-Nicolini, fondateur d’Au Royaume des Abeilles, en plein centre-ville. Quelque temps plus tard, mon grand-père a senti que le commerce du nougat était porteur et s’est lancé dans la fabrication de nougats, chiques, suce-miel, croquants et pain d’épice » poursuit-il en précisant qu’un registre du commerce atteste de la date de 1937.

Enterrement et renaissance
Tous les dimanches, quand il était gosse, Sébastien pliait et empaquetait suce-miel et chiques avant de déjeuner en famille : – Il fallait faire vite, ma grand-mère stressait pour que tout soit prêt à l’ouverture du magasin pour 15 heures, s’amuse-t-il. Et moi, l’après-midi, je faisais du vélo dans les rues du village ». Au décès du grand-père en 1997, sa veuve souhaite conserver le magasin et c’est le jour même de l’enterrement que la décision est prise de conserver le magasin, « j’avais 20-22 ans » se remémore Sébastien Passagio-Nicolini. Au départ, ce qui était un jeu devient une passion et Sébastien se prend à rêver d’une boutique qui renouerait avec la grandeur et la réputation d’autrefois.

Au royaume des Abeilles

Pour retrouver les goûts d’il y a 60 ans, Sébastien garantit des produits sans conservateur, sans additif, utilise toujours les fameuses bassines de cuivre (essentielles à une bonne répartition de la cuisson) et explore de nouveaux terrains pour faire vivre le patrimoine. Les nougats aux marrons glacés, aux mandarines confites, aux noisettes-amandes et aux fèves de cacao tracent un sillon novateur qui a permis à cet artisan de rejoindre le Collège culinaire de France ; le comité d’adhésion de l’association assurant être conquis tant par le personnage que les produits : « Pour bien faire, il faut un produit au top, une histoire authentique et un sens de l’accueil et du commerce. Quand on réunit les trois, on peut se fixer des objectifs, assure Sébastien. Pour se renouveler dans le métier, il faut se fixer des objectifs. C’est mon moteur. Le plus grand piège serait de se contenter de faire sans regarder au-delà ».

Quels lendemains
Quant à Hugo, 22 ans, et Tom, 9 ans, ils partagent avec leurs parents, le même goût pour les suce-miel et les chiques. « Hugo est même fier de l’histoire familiale, glisse son père. Il faut dire que mes deux fils ont grandi avec le magasin depuis le landeau ». S’il ne leur assigne aucun avenir, Sébastien serait heureux de les voir porter le flambeau à leur tour « mais je ne leur impose ni demande rien. Si ça leur fait plaisir de faire comme moi, alors ça me fera plaisir ». Parole de papa…

Au Royaume des Abeilles, 1, rue Pierre-Curie, 13190 Allauch ; infos au 04 65 95 37 23. Chiques : 5 € (10 pièces) et 8 € (15 pièces) ; suce-miel, 5 € les 10 pièces (0,70 cents pièce) ; nougats amandes blanc ou noir, 7,70 € les 130 g. 

N.B. : la recette du sorbet au citron et miel des Alpes de Haute-Provence en vente Au Royaume des Abeilles.

1 Comment

Click here to post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à notre newsletter

Suis-nous sur les réseaux

Vite lu

Le Val labellisé. Avec l’aide du conservatoire méditerranéen, le maire de la commune du Val dans le Var, Jérémy Guiliano, vient de lancer un programme de préservation du Boussarlu, une variété endémique d’oliviers menacée de disparition. Pour un montant de 4 000 €, en plus de fonds européens, le maire veut reconnecter sa population avec ses oliviers et relancer toute une filière. Et pour commencer, le Val vient d’être labellisé « commune oléicole de France ».

(Encore) un nouveau directeur aux Roches Blanches. Comme chaque année, l’hôtel restaurant cassidain présente son nouveau directeur. Il s’agit d’Emmanuel Blanchemanche qui a quitté la direction du domaine de Verchant, près de Montpellier, pour Cassis. « Je suis très heureux de me lancer dans ce nouveau projet de vie, de  surcroît dans cet environnement exceptionnel. Pouvoir écrire un nouveau chapitre pour ce lieu mythique est un privilège et j’ai suivi les conseils de Winston Churchill, qui a résidé aux Roches Blanches : pour s’améliorer, il faut changer. Donc, pour être parfait, il faut avoir changé souvent ». Il n’est pas sûr que dans l’hôtellerie et la restauration ces changements perpétuels soient très rassurants pour les clients.

Sébastien Sanjou au château Mentone. Le chef varois rejoint pour l’été le domaine viticole de Mentone et y ouvre « la Table de Mentone ». Dès les beaux jours arrivés, la table est dressée en extérieur, face au vignoble et aux forêts qui le bordent. La ferme-auberge promet de conjuguer convivialité et partage avec des menus d’esprit provençal composés avec les légumes et herbes fraîches du potager, les fruits des vergers, olives de l’oliveraie du domaine et les œufs du poulailler. Viandes et volailles, fromages et charcuteries sont, eux, issus de producteurs locaux. Les vins de la propriété, classés Côtes de Provence bio, accompagnent les menus. En mai et juin, ouverture du mercredi au dimanche au déjeuner et du mercredi au samedi au dîner.
Château Mentone, 401, chemin de Mentone, 83510 Saint-Antonin du Var ; infos au 04 94 04 42 00.