En direct du marché

Avignon : on va boire du vacqueyras pendant le festival !

vacqueyras festival UneIl y a quelques semaines, un jury de professionnels (des sommeliers, oenologues, restaurateurs et journalistes) et d’amateurs de vins (l’équipe organisatrice du festival) a dégusté et choisi les trois cuvées officielles du festival d’Avignon 2015. Les rouges d’une qualité remarquable ont marqué les esprits. Les sept cuvées présentées ont été difficiles à départager. Les blancs et les rosés ont mis en évidence des goûts parfois nuancés, entre professionnels et amateurs. Des longs débats, il ressort que les cuvées officielles du festival 2015  sont :

Vacqueyras rouge : Domaine de l’Espigouette 2012
Vacqueyras blanc : domaine de Montvac,
cuvée Mélodine 2013
Vacqueyras rosé : Alain Ignace 2014

Ces trois cuvées, ambassadrices de l’appellation Vacqueyras, porteront une étiquette spécifique sur laquelle figurera « cru officiel du festival d’Avignon ». Offertes aux invités, artistes, comédiens et metteurs en scène, elles accompagneront les temps forts du festival. Les bouteilles seront vendues chez les cavistes et restaurants avignonnais partenaires ainsi qu’à la boutique du festival située, comme chaque année, sur la place de l’Horloge à Avignon. Vous pourrez aussi les retrouver lors des démonstrations de la petite Cuisine de Martine Mergnac tous les samedis du mois de juillet aux Halles d’Avignon et en vente chez les deux cavistes des Halles (place Pie).

Ajouter un commentaire…

Click here to post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à notre newsletter

Suis-nous sur les réseaux

Vite lu

Le Val labellisé. Avec l’aide du conservatoire méditerranéen, le maire de la commune du Val dans le Var, Jérémy Guiliano, vient de lancer un programme de préservation du Boussarlu, une variété endémique d’oliviers menacée de disparition. Pour un montant de 4 000 €, en plus de fonds européens, le maire veut reconnecter sa population avec ses oliviers et relancer toute une filière. Et pour commencer, le Val vient d’être labellisé « commune oléicole de France ».

(Encore) un nouveau directeur aux Roches Blanches. Comme chaque année, l’hôtel restaurant cassidain présente son nouveau directeur. Il s’agit d’Emmanuel Blanchemanche qui a quitté la direction du domaine de Verchant, près de Montpellier, pour Cassis. « Je suis très heureux de me lancer dans ce nouveau projet de vie, de  surcroît dans cet environnement exceptionnel. Pouvoir écrire un nouveau chapitre pour ce lieu mythique est un privilège et j’ai suivi les conseils de Winston Churchill, qui a résidé aux Roches Blanches : pour s’améliorer, il faut changer. Donc, pour être parfait, il faut avoir changé souvent ». Il n’est pas sûr que dans l’hôtellerie et la restauration ces changements perpétuels soient très rassurants pour les clients.

Sébastien Sanjou au château Mentone. Le chef varois rejoint pour l’été le domaine viticole de Mentone et y ouvre « la Table de Mentone ». Dès les beaux jours arrivés, la table est dressée en extérieur, face au vignoble et aux forêts qui le bordent. La ferme-auberge promet de conjuguer convivialité et partage avec des menus d’esprit provençal composés avec les légumes et herbes fraîches du potager, les fruits des vergers, olives de l’oliveraie du domaine et les œufs du poulailler. Viandes et volailles, fromages et charcuteries sont, eux, issus de producteurs locaux. Les vins de la propriété, classés Côtes de Provence bio, accompagnent les menus. En mai et juin, ouverture du mercredi au dimanche au déjeuner et du mercredi au samedi au dîner.
Château Mentone, 401, chemin de Mentone, 83510 Saint-Antonin du Var ; infos au 04 94 04 42 00.