Brignoles

La Foire de Brignoles dédie un week-end complet à la gastronomie, samedi 20 avril et dimanche 21 avril prochain. Durant deux jours, des chefs se succèderont en cuisine pour mettre à l’honneur le terroir, la filière ovine varoise, la pâtisserie et les Vins de Provence. Julien Tosello, Benoît Witz, Pascal Barandoni, Nicolas Pierantoni ont déjà confirmé leur participation. Recettes autour de l’agneau, démonstrations à 4 mains où les chefs déclineront un produit de saison en version salée et sucrée, astuces pour pâtisser vegan mais avec gourmandise, recettes pour composer un apéro provençal de qualité et accords mets et vins seront commentés par un oenologue en partenariat avec les Vins de Provence.
• Toutes les infos sur la foire de Brignoles, ici

Marseille

► Ouverture de la citadelle le 4 mai Après avoir ouvert temporairement l’été dernier (elle était fermée au public depuis plus de 350 ans !), la citadelle autrement connue sous les noms de Fort Saint-Nicolas ou Fort d’Entrecasteaux, ouvre ses portes au grand public, et cette fois de façon pérenne. Cet été, de nombreux évènements attendront les visiteur : visites théâtralisées, concerts, escape games, accès aux jardins, le tout avec bar et  un restaurant qui seront dorénavant ouverts toute l’année.

► Kouss-Kouss festival le rendez-vous de la rentrée revient cette année du 29 août au 8 septembre. Au programme, des centaines d’établissements qui proposeront leur version de ce plat emblématique, avec pour thème cette année : « 1001 graines ». Le 31 août, 5 000 couscous seront servis et offerts sur le Vieux-Port dans le cadre de l’Été marseillais par la Ville de Marseille et l’office de Tourisme.

Marseille

Camille Gandolfo wanted. Mais où est passée Camille Gandolfo ? Depuis son départ du restaurant de l’hôtel des Bords de Mer, Camille Gandolfo ne répond à aucune sollicitation. Nul ne sait où elle est, ni ce qu’elle fait. Alors, pour calmer ceux qui s’inquiètent, sachez que Camille Gandolfo prendra la direction des cuisines de « la Marine des Goudes » rachetée par Paul Langlère (Sépia) et ses associés du Cécile, le sandwich club du quartier de Malmousque. Ouverture prévue début juin mais n’en parlez à personne, c’est confidentiel.
Juan Pulgarin… le come back. Le plus célèbre colombien de la ville reviendra d’ici le mois de mai rue d’Aubagne pour nous y régaler des spécialités qui ont bâti sa réputation.

Une bière à la navette. Ils étaient tous là, jeudi 4 avril au soir, sur la place de Lenche, à goûter et célébrer cette nouvelle bière de la brasserie la Minotte. Une bière blanche aux accents marseillais, aux parfums des navettes des Accoules ! Bien sûr, José Orsoni dit-Jo Navettes, et ses enfants, Marie-Julie et Clément étaient de la fête, pas peu fiers de cette création à laquelle ils ont participé (surtout Clément)… Une bière ultra fraîche, très peu amère qui a nécessité 20 kg de biscuits par brassin et quelque 2 mois de fermentation. A découvrir à la Descente des Accoules (le caviste du 4, rue de l’Evêché, 2e), au Café du théâtre (12, place de Lenche, 2e) et dans tout le réseau des revendeurs des bières La Minotte.
• Infos au 04 91 90 99 42

Suis-nous sur les réseaux

Magazine

Le Bistro Vénitien – Chez Marie fête ses 31 ans au cours Julien

Le Bistro Vénitien une institution du cours Julien

Rares sont les restaurants qui fêtent leurs 31 ans, rares aussi sont ceux qui sont arrivés à faire oublier leur nom au profit du prénom seul de leur propriétaire ! Marie est de ceux-là. Elle s’est installée sur le cours Julien à 24 ans et se prépare à fêter, vendredi 12 mai l’anniversaire de son Bistro Vénitien. « Si je suis une institution ? Oui et non, dit-elle. Disons que j’ai ma clientèle, des habitués, des Français, des étrangers, j’ai vu les enfants grandir, des couples se créer ». Marie a une fierté, « d’avoir fait de cet endroit un lieu où les gens se sentent bien. Finalement, les clients font comme chez eux, il y en a qui prennent même leurs commandes, d’autres qui se servent en pain ».

Aucune soirée ne se ressemble au Bistro Vénitien, « il y a des DJ qui viennent, j’organise des lotos guinguette, tous les premiers mercredis du mois, c’est soirée voyance, détaille la patronne. Il n’y a pas de menu, les gens mangent ce qu’ils veulent, il n’y a aucun cadre et on peut s’attabler à partir de 13 euros ». Mais quel que soit le montant de l’addition, les assiettes sont copieuses, Marie en a fait l’alpha et l’oméga du Bistro. C’est aussi elle qui s’occupe des achats, vigilante sur les origines, la traçabilité et la qualité des ingrédients, toujours prête à entrer en cuisine pour assister Mauro Taj, son cuisinier italien en cas de surchauffe. Mais la nostalgie d’un temps révolu, bien avant la Covid demeure : – Je regrette l’époque des Deux sœurs et Rose aussi à la rue Glandevès, qu’est-ce que c’était bien… »

« Je ne veux pas d’embrouilles et quand il y a une guéguerre entre les gens, je reste neutre. J’accueille tout le monde, chez moi on est toujours bienvenu »

Marie a ouvert le Bistro Vénitien à tout le monde, « aux associations, aux copains de bureau, je fais tout pour mes clients, je suis toujours  disponible ». Dès ses premières années d’exercice, Marie a accueilli des événements liés à la Pride, transformant au fil des ans son restaurant en adresse arc-en-ciel : – Mais ici, ce n’est pas un ghetto, on ouvre la porte à tout le monde dans un esprit d’amitié et de paix ».

Marie aimerait arrêter de fumer mais n’y arrive pas, « à cause du stress ». Capricorne ascendant Lion, la restauratrice ne veut pas se manquer. C’est presque une obsession : – Je ne veux blesser personne, je veux que toutes les soirées se passent bien, je suis d’une nature tellement inquiète mais je ne le montre pas ». Avec le cœur sur la main, Marie constate que le public est en quête des valeurs passées et rassurantes : – Ils veulent, du bon, du bistrot et moi je leur offre un verre à boire. La générosité c’est dans ma famille, c’est être radin de ne pas offrir un shooter ».
Marie et son équipe ont voulu marquer d’une pierre blanche les 31 ans du Bistro Vénitien pour remercier ceux qui sont venus pendant toutes ces années et qui sont encore là. La restauratrice a reçu des témoignages et preuves d’amitié qui l’ont touchée, parfois émue aux larmes. « Vendredi, il y aura des clients qui ont quitté Marseille pour aller vivre au Cambodge, en Belgique, à Los Angeles, à Londres, en Italie, au Portugal et qui viendront tout exprès pour moi ».
Bien avant les étoiles, la grandeur d’un restaurant se mesure à ces moments d’émotion.

Le Bistro Vénitien-Chez Marie, 29, cours Julien, Marseille 6e arr. ; infos au 04 91 47 34 34.

Ajoute un commentaire

Ecris ici pour poster ton commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.