Marseille

► Dîner des mécènes. Pour financer la rénovation de sa statue monumentale, la basilique  de Notre-Dame de la Garde annonce la tenue de plusieurs « Dîners des mécènes » afin de soutenir financièrement cette campagne de travaux. Programme de la soirée : visite privée de la basilique de 19h à 20h + dîner bouillabaisse autour d’une seule grande table de 50 personnes de 20h30 à 23h sur la terrasse des ex-voto avec vue sur le ville (dîner au Restaurant en cas de mauvais temps). Tarif : 100 € TTC – hors boisson. Sur le prix du dîner, 35 € sont reversés à la basilique pour la rénovation de la statue, cette sommes est éligible à un reçu fiscal pour déduction d’impôts. Uniquement sur réservation pour 50 personnes. Caution bancaire demandée de 65 € TTC par personne, annulation gratuite 48 heures à l’avance.
• Réservations : www.lerestaurant-ndg.fr
Deux dates disponibles pour le moment : jeudi 6 juin et jeudi 4 juillet
Pour vos dons à la basilique en vue de sa restauration, cliquer ici

 

Cavaillon

Festival Confit ! 2024 en vue.- La 2e édition du festival confit ! de La Garance (scène nationale de Cavaillon) se déroulera du mercredi 22 au dimanche 26 mai 2024. Le temps d’une semaine, Chloé Tournier et toute l’équipe de la Garance, convient tous les publics à un festival de rencontres et de convivialité hors des sentiers habituels du théâtre. Autour de spectacles et d’expériences inédites, ici inspirées de la Provence de Giono ou là du Liban d’Hiba Najem – une artiste à découvrir d’urgence – tous les sens et les arts sont sollicités : le regard, l’ouïe, la poésie, l’odorat, le goût et le toucher. Cette année, ce sont 4 femmes qui s’emparent du vivant sous toutes ses formes et vont au contact du territoire et des publics à l’image de Vivantes la création portée par la compagnie BRUMES, ou de la randonnée-spectacle de Clara Hédouin « Que ma joie demeure », avec le regard complice du chef Emmanuel Perrodin.
Inscriptions ici.

Suis-nous sur les réseaux

Marseille

Street food festival #4.- Pour cette année olympique, le Street food festival mettra à l’honneur les cuisines du monde. Durant trois jours, près de 50 restaurateurs, artisans de bouche, glaciers, vignerons et brasseurs exerçant tous dans les Bouches-du-Rhône vous feront voyager sur les 5 continents en profitant d’une vue imprenable sur la Méditerranée. Comme en 2023, une programmation musicale sera proposée durant les trois soirées, avec un point d’orgue le vendredi 14 juin pour une programmation exceptionnelle orchestrée par Radio Star. Le Street food festival entre dans la programmation de Marseille Provence Gastronomie imaginée par Provence Tourisme, sous l’impulsion du Département des Bouches-du-Rhône et de la Métropole Aix-Marseille-Provence. Pour limiter les files d’attente sur les stands, les paiements sur l’ensemble du festival se feront uniquement par l’intermédiaire d’une carte bancaire ou d’une carte cashless.
Esplanade de la Major (Marseille, 2e arr.), les 13, 14 et 15 juin de 17h à 1h.

Magazine

On va s’éclater la Bidoche dans le nouveau bistrot des Copains !

Bidoche, bistrot à la rue de Tilsit Marseille

Vous les avez aimés avec Copains, vous les adorerez avec Bidoche. Jules Girandon et Pauline Lagon remettent le couvert avec l’inauguration ce 16 novembre, de leur nouveau bistrot attenant à leur restaurant inauguré il y a 2 ans, pratiquement jour pour jour. Dans cet ancien garage relifté après 3 mois et demi de travaux, l’équipe a joué la carte bistrotière pur jus avec des murs blancs, tables en marbre et pieds en fonte, lambris et carreaux ciment.

« Moi, la carte me donne faim, elle inspire confiance et me rassure. Quand on s’appelle Bidoche, on ne peut espérer que ça »

Jules Girandon

A la façon des Dumas, Rabelais, Curnonsky ou Grimaud de la Reynière, les ardoises racontent un pays de Cocagne où le bœuf bourguignon se pose sur une purée liée au beurre. L’os à moelle et les cuisses de grenouille se disputent le leadership avec le pâté en croûte avant de céder le pas au suprême de volaille aux morilles, à la tête de veau sauce gribiche et à la lotte au lard fumé-jus de vin jaune. « Je ne m’inscris dans aucune mode et nous avons toujours servi du gibier et des abats chez Copains. Je trouve simplement que l’époque a trop tendance à retravailler et restructurer les plats en oubliant toutes les bases, explique Jules. Nous devons renouer avec des choses sincères, les grands classiques c’est ce que j’aime et c’est ce qui m’intéresse même si j’aime beaucoup la cuisine inspirée d’un Valentin Raffali au Livingston ».

Bidoche et vins propres au juste prix

Tout à côté du comptoir, surveillant la salle comme un phare la haute mer, 25 références de vins annoncent la couleur. Une sélection de vins bio et nature « bien faits qui ne sentent pas le cheval. Je suis en quête de vins droits et propres, explique Antoine Gaudio, associé de Pauline et Jules dans l’aventure. Le pinardier du trio promet un renouvellement permanent de l’offre et même d’aller chercher, « à côté », un grand bourgogne « si une pièce de viande le nécessite ».

Bidoche, bistrot à la rue de Tilsit Marseille et ses ardoises du jour

À contre-courant d’une profession qui a perdu la tête, le prix du plat du jour a été fixé à 13,80€ et ne bougera pas d’un iota « pour que les gens sachent où ils vont. Nous souhaitons attirer la clientèle du quartier et avec un verre de vin à 3 €. Pour 17 € chacun aura mangé pour de vrai » se félicite Antoine. Les 3 associés ont aussi demandé à Pain Pan de fournir chaque jour de belles baguettes croustillantes, « quelque chose de bon, pas compliqué, dans le droit fil de ce que nous souhaitons faire ». Dès la semaine prochaine, le mur à gauche de l’entrée s’habillera d’un meuble de maturation, de séchage et d’une chambre froide. Cette « pièce maîtresse décorative » permettra de travailler le produit brut jusqu’à l’assiette.

« On reprend un bon chemin, les poudres disparaissent, la nouvelle génération retourne aux sources »

Jules

Tout en préparant un gratin de cardons au lard, Jules se réjouit de voir monter au créneau une nouvelle génération de cuisiniers dans un élan nouveau : – Il y a plein d’endroits où on cuisine maintenant et ça c’est réconfortant ». Autre bonne nouvelle : Bidoche accueillera ses derniers clients jusqu’à 23 h « mais la législation nous imposera quand même de fermer à une heure du matin » modère Pauline. Ce qui nous laissera le temps de profiter d’une tarte à la praline, d’une cervelle des canuts ou d’un demi saint-marcelin.

Bidoche, 91, rue de Tilsit, Marseille 6e arr. ; infos au 06 43 98 78 12. Plat du jour 13,80 €. Carte 35 €.

Ajoute un commentaire

Ecris ici pour poster ton commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.