Magazine

On va s’éclater la Bidoche dans le nouveau bistrot des Copains !

Bidoche, bistrot à la rue de Tilsit Marseille

Vous les avez aimés avec Copains, vous les adorerez avec Bidoche. Jules Girandon et Pauline Lagon remettent le couvert avec l’inauguration ce 16 novembre, de leur nouveau bistrot attenant à leur restaurant inauguré il y a 2 ans, pratiquement jour pour jour. Dans cet ancien garage relifté après 3 mois et demi de travaux, l’équipe a joué la carte bistrotière pur jus avec des murs blancs, tables en marbre et pieds en fonte, lambris et carreaux ciment.

« Moi, la carte me donne faim, elle inspire confiance et me rassure. Quand on s’appelle Bidoche, on ne peut espérer que ça »

Jules Girandon

A la façon des Dumas, Rabelais, Curnonsky ou Grimaud de la Reynière, les ardoises racontent un pays de Cocagne où le bœuf bourguignon se pose sur une purée liée au beurre. L’os à moelle et les cuisses de grenouille se disputent le leadership avec le pâté en croûte avant de céder le pas au suprême de volaille aux morilles, à la tête de veau sauce gribiche et à la lotte au lard fumé-jus de vin jaune. « Je ne m’inscris dans aucune mode et nous avons toujours servi du gibier et des abats chez Copains. Je trouve simplement que l’époque a trop tendance à retravailler et restructurer les plats en oubliant toutes les bases, explique Jules. Nous devons renouer avec des choses sincères, les grands classiques c’est ce que j’aime et c’est ce qui m’intéresse même si j’aime beaucoup la cuisine inspirée d’un Valentin Raffali au Livingston ».

Bidoche et vins propres au juste prix

Tout à côté du comptoir, surveillant la salle comme un phare la haute mer, 25 références de vins annoncent la couleur. Une sélection de vins bio et nature « bien faits qui ne sentent pas le cheval. Je suis en quête de vins droits et propres, explique Antoine Gaudio, associé de Pauline et Jules dans l’aventure. Le pinardier du trio promet un renouvellement permanent de l’offre et même d’aller chercher, « à côté », un grand bourgogne « si une pièce de viande le nécessite ».

Bidoche, bistrot à la rue de Tilsit Marseille et ses ardoises du jour

À contre-courant d’une profession qui a perdu la tête, le prix du plat du jour a été fixé à 13,80€ et ne bougera pas d’un iota « pour que les gens sachent où ils vont. Nous souhaitons attirer la clientèle du quartier et avec un verre de vin à 3 €. Pour 17 € chacun aura mangé pour de vrai » se félicite Antoine. Les 3 associés ont aussi demandé à Pain Pan de fournir chaque jour de belles baguettes croustillantes, « quelque chose de bon, pas compliqué, dans le droit fil de ce que nous souhaitons faire ». Dès la semaine prochaine, le mur à gauche de l’entrée s’habillera d’un meuble de maturation, de séchage et d’une chambre froide. Cette « pièce maîtresse décorative » permettra de travailler le produit brut jusqu’à l’assiette.

« On reprend un bon chemin, les poudres disparaissent, la nouvelle génération retourne aux sources »

Jules

Tout en préparant un gratin de cardons au lard, Jules se réjouit de voir monter au créneau une nouvelle génération de cuisiniers dans un élan nouveau : – Il y a plein d’endroits où on cuisine maintenant et ça c’est réconfortant ». Autre bonne nouvelle : Bidoche accueillera ses derniers clients jusqu’à 23 h « mais la législation nous imposera quand même de fermer à une heure du matin » modère Pauline. Ce qui nous laissera le temps de profiter d’une tarte à la praline, d’une cervelle des canuts ou d’un demi saint-marcelin.

Bidoche, 91, rue de Tilsit, Marseille 6e arr. ; infos au 06 43 98 78 12. Plat du jour 13,80 €. Carte 35 €.

Ajoute un commentaire

Ecris ici pour poster ton commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Avignon

► La Mirande façon Japon. Les 5, 6 et 7 décembre, la Table Haute de l’hôtel accueille Risa Nagahama, auteure japonaise de livres de cuisine, vivant à Berlin qui viendra préparer des plats tirés de son dernier ouvrage parmi lesquels le mijoté de porc-pamplemousse épinards et poireau-moutarde et riz, le poulet sauté avec sauce irizake-légumes et riz et le gâteau de style takoyaki avec compote de pommes et sauce vanille, kinako. On dégustera toutes ces spécialités à 12 convives maximum autour de la grande table, face au fourneau à bois. Durant toute la durée du marché de Noël, Risa proposera un plat à déguster sur place ou à emporter chaque jour.
• Et pour tout savoir du marché de Noël, cliquez ici.

Aix-en-Provence

► Pâtés en croûte et casse-croûte. Raphaël Chiapero ouvre, le 1er décembre, l’Echoppe du charcutier, un micro-local voisin de la Fromagerie du Passage, dans le passage Agard à Aix. Sur place, Raphaël proposera des pâtés en croûte, des foies gras mais également un plat du jour à emporter. Un petit assortiment de produits d’épicerie fine complète l’offre. Possibilité d’y prendre un verre pour l’apéro (un blanc, un rouge, un rosé, une bulle et une bière) et de picorer des petites choses sur place.
Passage Agard, à Aix-en-Provence. Du mar au sam de 9h30 à 14h et de 16h à 20h. 

Richerenches

Les 100 ans du marché aux truffes. Plus grand marché d’Europe, qui se déroule de la mi-novembre à la mi-mars, le marché aux truffes de Richerenches soufflera ses 100 bougies les samedi 2 et dimanche 3 décembre. Dans le cadre d’un « marché complice », plus d’une trentaine d’artisans passionnés et engagés, seront présents le 3 décembre pour présenter leurs produits exceptionnels et faire découvrir les histoires fascinantes qui les entourent. Des chefs emblématiques de la région seront également de la partie, préparant des menus alléchants. Tout au long de cette journée, dégustations insolites, défilé et animations autour de la truffe seront proposés aux visiteurs. Pour rappel, les « Marchés complices » sont une invention du Collège culinaire de France. Ils mettent en lumière les relations de complicité qui existent entre les producteurs et les cuisiniers. Ces marchés illustrent la diversité de l’artisanat culinaire et permettent au grand public de découvrir leur histoire, leur métier et leur passion.
Marché aux truffes, avenue de la Rabasse, 84600 Richerenches. Le dimanche 3 décembre de 10h à 17h.

Marseille

► Les Boissons Soiffe au comptoir. Les bières artisanales légères et savoureuses et les kéfirs naturels Soiffe ! ont enfin leur comptoir à Marseille ! Le duo de nouveaux brasseurs marseillais Claire Guerin et Angelo Nizard a réussi son pari en s’installant au 8, rue Lafayette, à équidistance des Réformés-Canebière et de la gare Saint-Charles.  A l’heure de la sortie des bureaux, de 17h30 à 22h du mercredi au samedi, il est désormais possible d’acheter ses bouteilles mais aussi de partager quelques verres entre amis au comptoir de la brasserie. Non contente d’accueillir du public en afterwork, la brasserie proposera des événements culturels et artistiques. Le collectif sérigraphiste Turboformat ouvrira le bal vendredi 1er décembre en invitant le street-artiste Goddog. Le samedi 2 décembre, trois artistes féminines se produiront en concerts solo, de la folk à l’électro.
Boissons Soiffe !, 8, rue Lafayette, Marseille 1er. Vente en direct du mercredi au samedi de 17h30 à 22h. Infos au 06 89 88 29 22.

Suis-nous sur les réseaux