Marseille

► Rencontres des Cuisines africaines En 2020, à l’occasion de la Saison Africa2020, la Mission française du patrimoine et des cultures alimentaires (MFPCA), les Grandes Tables-I.C.I et Chefs In Africa se sont réunis pour organiser des rendez-vous culinaires et artistiques à Calais, Tours, Dijon, Clermont-Ferrand et Marseille. Les événements des Cuisines africaines ont permis de questionner et explorer les identités culinaires de tout un continent. Au cours des quatre dernières années, de nombreux projets ont été entrepris pour poursuivre cette démarche : la publication d’un numéro de la revue Papilles, intitulé Stirring the Pot, Les Cuisines Africaines, l’organisation de tables rondes, des participations à des festivals (Village International de la Gastronomie, Omnivore, …) et des actions développées dans plusieurs territoires d’Afrique. En 2024, les Rencontres des Cuisines africaines rassembleront, pour une première édition, plus de 70 acteurs et actrices culinaires d’Afrique et de ses diasporas afin d’explorer les identités des cuisines africaines, célébrer leur richesse et développer des synergies communes. Au programme : des tables rondes explorant les grands enjeux des cuisines africaines, des ateliers pour découvrir et échanger, des entretiens avec des personnalités et des démonstrations culinaires autour de produits phares.
• Les Rencontres des Cuisines Africaines, les 1 et 2 mars 2024 à la Friche de la Belle de Mai à Marseille.

Suis-nous sur les réseaux

Solidarité

► Dîners Sans Fourchette Le concept des dîners Sans Fourchette a été développé au profit des personnes victimes de troubles de la mémoire, des victimes d’Alzheimer, de sclérose en plaques ou de Parkinson. Dans l’évolution de leur pathologie, beaucoup de malades ne parviennent plus à se servir de leurs couverts et en viennent au geste premier, celui qui consiste à pincer l’aliment entre le pouce et l’index pour le porter à la bouche. Les malades ont aussi le droit de se régaler, d’aller au restaurant, de sortir, de rencontrer l’autre et de partager leur joie ; avec ces dîners, c’est le restaurant qui doit s’adapter à eux. Participer aux Dîners Sans Fourchette c’est contribuer à faire vivre l’association Mémoire et Santé qui les organise… pour sortir de l’isolement.
• À Paris le mercredi 28 février école de Paris des métiers de la table et le 6 mars ; à Toulon au lycée Anne-Sophie Pic le mercredi 13 mars : à Marseille le mardi 19 mars au lycée hôtelier J.-P.-Passédat ; à Sisteron le jeudi 21 mars à l’école hôtelière et le mercredi 3 avril à Marseille au restaurant Le République.

Data from MeteoArt.com
Restaurants en Provence

Ce Bistrot des Dames qui aurait fait tant plaisir à Georges Simenon

Bistrot des DamesIl y a toujours un restaurant pour répondre aux exigences d’une journée. Ainsi du Bistrot des Dames, rendez-vous parfait pour un déjeuner de boulot comme pour discuter avec un copain qu’on n’aurait pas vu depuis des lustres. Un bistrot, un trio composé de Sylvie Manolino et Fabienne Gaillard côté salle, Sébastien Vion côté cuisine. Voilà plusieurs années que ce triumvirat cultive un équilibre et une harmonie qui résonnent encore à la carte.

Produits de saison et régionaux y sont traités d’une façon « rassurante » et bien moins hasardeuse qu’en bien des adresses : crème brûlée foie gras et morilles braisées au vin jaune-endive croquante et fruits secs ; minestrone de pois cassés-oeufs de caille pochés croustille de parmesan ; entrecôte écossaise Aberdeen Angus cuite dans un beurre persillé et aillé, pied de cochon braisé servi en boudin maison-fricassée paysanne… Simenon estimant que « la bonne cuisine, c’est le souvenir », on dira que Vion excelle dans sa régularité, tous les repas pris chez lui au fil des ans respectant les classiques de la cuisine. La petite formule du jour proposant, outre un très engageant crostini de jambon cru et saint-marcellin au thym pesto et olive verte, une belle fricassée de volaille aux champignons de Paris-pommes grenaille et carottes, il était difficile de résister. Parfaite cuisson, jus réduits, concentration des sucs, sensations salées et viande à la belle tendreté, c’est un carton plein. Comme toujours, le chocolat ayant raison de toute raison, le chaud-froid se présente peu sucré, corsé, en ganache onctueuse, en quenelle de crème glacée surnageant sur un lait émulsionné régressif. Alors faut-il y aller ? Comme on le recommandait il y a un an, deux ans, trois ans, quatre ans… Oui car décidément on ne se lasse pas des valeurs sûres.

Le Bistrot des Dames, 34, place aux Huiles, Marseille 1er arr. ; résas au 06 99 22 25 03.
Formule déjeuner 20 € ; carte de 42 à 50 €.