Marseille Restaurants en Provence

Le Bistrot O’Prado, le bonheur est dans l’assiette

Bistrot O'Prado

Petit à petit, l’oiseau fait son nid. Voilà 7 ans maintenant que Michaël Esterle s’est installé au Bistrot O’Prado, à l’angle du Prado et du boulevard Périer. Au fil des saisons, en même temps que Michaël gagnait en assurance, le bistrot d’angle sans intérêt opérait sa mue. Il y a 2 ans, la totale rénovation de l’adresse signifiait au passant que désormais, il faudrait compter avec dans le quartier, et peut-être même au-delà, tellement les déjeuners y ont fait d’impressionnants progrès.
Dans une ambiance de brasserie, à la mi-journée, les serveurs se faufilent entre les 24 couverts de la salle supléée par une terrasse installée sur la contre-allée. Ça virevolte, on place les gens, on scrute le cahier de réservations, les assiettes défilent. L’ardoise en deux parties a été très intelligemment pensée avec des assiettes, richement garnies, qui suffisent à un repas complet. L’offre entend poissons (pavé de maigre-légumes rôtis, bisque de favouilles, pak-choï, aïoli à l’aneth et zestes d’orange ou poulpe braisé-poireaux rôtis, oignons confits chimichurri et céleri-kiwi jus brun crémé au cumin), viandes (tartare de bœuf-jus d’agrumes sauce soja mandes torréfiées), et suggestion végétarienne (potimarron rôti-burrata et capuccino de champignons, noisettes et zestes).

Bistrot O'Prado

En cuisine, magnifique outil qui nous donnerait presque plus envie d’y manger qu’en salle, chacun s’affaire. Michaël est un homme heureux : son équipe est stable et son dernier salarié recruté est arrivé voilà 2 ans. Cette bonne humeur se retrouve dans la poitrine d’agneau effilochée, confite, imbibée d’un jus au romarin. Des rouelles de céleri fondantes, des carottes rôties, un « crudo » de céleri et granny smith apporte fraîcheur et acidité. C’est bon, très bon. C’est riche, les jus et sauces qui nappent tous les plats sont exemplaires dans les textures et assaisonnements parfaits. Ne cherchez pas l’erreur, il n’y en a pas.
A la crème citron-crumble fenouil et huile d’olive poivre timut, on préférera le cookie mi-cuit tout chaud au chocolat garni de noix de pécan relevé d’une espuma au café. Là encore, tout est généreux, les noix de pécan abondent, le café apportant une harmonieuse amertume venant corriger la sucrosité du biscuit.

Alors faut-il aller chez Michaël Esterle ? Oui si vous aimez les jus, les sauces et les compositions roboratives. Oui pour l’harmonie et l’équilibre qui prévalent dans l’agencement des plats. Oui si on aime l’ambiance brasserie et ces tables pour deux, toutes collées les unes aux autres, parvenant malgré tout à respecter l’intimité des conversations. Un voisin qui n’écoute pas ce que vous racontez, c’est un sommet d’éducation qui prouve qu’ici, la clientèle sait se tenir. Oui enfin parce qu’on a beau chercher, il n’y a pas meilleur que le Bistrot O’Prado dans le périmètre, un très large périmètre.

Bistrot O’ Prado, 1, bd Périer, Marseille 8e arr. ; infos au 04 86 12 87 76. Midi, de 23 à 31 €.

Ajoute un commentaire

Ecris ici pour poster ton commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Allauch

► Ça y est, c’est fait. Corentin Torres, fondateur de la pâtisserie éponyme à la Pointe Rouge à Marseille annonce l’ouverture ce 25 mars d’une nouvelle adresse au centre commercial du jet d’eau à Allauch, 602 avenue du 7e régiment des tirailleurs algériens.  A quelques semaines de Pâques, on y retrouvera toute sa collection imaginée pour les fêtes pascales.

Marseille

► Savim de printemps, le bilan. L’édition 2023 du Savim qui s’est tenu du 17 au 20 mars a accueilli 38 000 visiteurs soit 10% de moins que l’édition de 2019 selon les organisateurs. Un chiffre en augmentation cependant de 25% par rapport à 2022. « Nous sommes très contents car nous retrouvons une courbe de progression très encourageante, se félicite Philippe Colonna. On a perdu un peu de monde avec les pénuries organisées d’essence mais il ne faut pas se plaindre, tous les voyants sont au vert pour l’édition d’automne qui se déroulera du 17 au 20 novembre ».

Mondial du rosé. L’union des œnologues de France organise le 19e concours Vinalies mondial du rosé, du 1er au 3 avril à Marseille. Ce concours unique valorise les plus beaux terroirs d’expression des vins rosés internationaux. Cette dégustation confronte les rosés du monde entier auprès d’un jury indépendant composé de plus de 60 œnologues et experts. Le concours met en lumière les dernières tendances du rosé sur les marchés étrangers. Les 1200 échantillons de vins sont dégustés à l’aveugle. Le Grand or, l’or et l’argent récompenseront les meilleures cuvées.

Brignoles

La Foire de Brignoles est une vénérable centenaire qui nous donne rendez-vous cette année du 15 au 23 avril. Entre autres temps forts et nouveautés, pour la première fois, la foire consacrera une journée à la gastronomie. Dans une cuisine professionnelle réalisée par Socoo’c à Saint-Maximim, les chefs proposeront toute la journée durant leurs recettes autour des produits du terroir, locaux et de saison ainsi que leurs accords avec les vins de Provence. Ces démonstrations et dégustations culinaires se dérouleront dans un hall dédié à la gastronomie où les visiteurs savoureront également huîtres, vins, champagnes, truffes et autres mets d’épiceries fines avant de rencontrer les producteurs locaux. Un show culinaire savoureux et convivial à ne pas manquer ! En tête d’affiche cette année, Pascal Barandoni, top chef 2022 et vainqueur d’objectif Top chef, chef au Mas du Lingusto à Cuers qui viendra aussi animer une démo. Julien Tosello (le Jardin à Brignoles), Nicolas Pierantoni (hostellerie de l’Abbaye de la Celle à La Celle), Josselin Dubourg, Sébastien et Nadine Gaillard (Aups), Christian Bœuf et Christophe Ciotta (Vidauban), seront de la fête.

Suis-nous sur les réseaux