Marseille

► Rencontres des Cuisines africaines En 2020, à l’occasion de la Saison Africa2020, la Mission française du patrimoine et des cultures alimentaires (MFPCA), les Grandes Tables-I.C.I et Chefs In Africa se sont réunis pour organiser des rendez-vous culinaires et artistiques à Calais, Tours, Dijon, Clermont-Ferrand et Marseille. Les événements des Cuisines africaines ont permis de questionner et explorer les identités culinaires de tout un continent. Au cours des quatre dernières années, de nombreux projets ont été entrepris pour poursuivre cette démarche : la publication d’un numéro de la revue Papilles, intitulé Stirring the Pot, Les Cuisines Africaines, l’organisation de tables rondes, des participations à des festivals (Village International de la Gastronomie, Omnivore, …) et des actions développées dans plusieurs territoires d’Afrique. En 2024, les Rencontres des Cuisines africaines rassembleront, pour une première édition, plus de 70 acteurs et actrices culinaires d’Afrique et de ses diasporas afin d’explorer les identités des cuisines africaines, célébrer leur richesse et développer des synergies communes. Au programme : des tables rondes explorant les grands enjeux des cuisines africaines, des ateliers pour découvrir et échanger, des entretiens avec des personnalités et des démonstrations culinaires autour de produits phares.
• Les Rencontres des Cuisines Africaines, les 1 et 2 mars 2024 à la Friche de la Belle de Mai à Marseille.

Suis-nous sur les réseaux

Solidarité

► Dîners Sans Fourchette Le concept des dîners Sans Fourchette a été développé au profit des personnes victimes de troubles de la mémoire, des victimes d’Alzheimer, de sclérose en plaques ou de Parkinson. Dans l’évolution de leur pathologie, beaucoup de malades ne parviennent plus à se servir de leurs couverts et en viennent au geste premier, celui qui consiste à pincer l’aliment entre le pouce et l’index pour le porter à la bouche. Les malades ont aussi le droit de se régaler, d’aller au restaurant, de sortir, de rencontrer l’autre et de partager leur joie ; avec ces dîners, c’est le restaurant qui doit s’adapter à eux. Participer aux Dîners Sans Fourchette c’est contribuer à faire vivre l’association Mémoire et Santé qui les organise… pour sortir de l’isolement.
• À Paris le mercredi 28 février école de Paris des métiers de la table et le 6 mars ; à Toulon au lycée Anne-Sophie Pic le mercredi 13 mars : à Marseille le mardi 19 mars au lycée hôtelier J.-P.-Passédat ; à Sisteron le jeudi 21 mars à l’école hôtelière et le mercredi 3 avril à Marseille au restaurant Le République.

Data from MeteoArt.com
8e Arrondissement Marseille Restaurants en Provence

Le Bistrot O’Prado, le bonheur est dans l’assiette

Bistrot O'Prado

Petit à petit, l’oiseau fait son nid. Voilà 7 ans maintenant que Michaël Esterle s’est installé au Bistrot O’Prado, à l’angle du Prado et du boulevard Périer. Au fil des saisons, en même temps que Michaël gagnait en assurance, le bistrot d’angle sans intérêt opérait sa mue. Il y a 2 ans, la totale rénovation de l’adresse signifiait au passant que désormais, il faudrait compter avec dans le quartier, et peut-être même au-delà, tellement les déjeuners y ont fait d’impressionnants progrès.
Dans une ambiance de brasserie, à la mi-journée, les serveurs se faufilent entre les 24 couverts de la salle supléée par une terrasse installée sur la contre-allée. Ça virevolte, on place les gens, on scrute le cahier de réservations, les assiettes défilent. L’ardoise en deux parties a été très intelligemment pensée avec des assiettes, richement garnies, qui suffisent à un repas complet. L’offre entend poissons (pavé de maigre-légumes rôtis, bisque de favouilles, pak-choï, aïoli à l’aneth et zestes d’orange ou poulpe braisé-poireaux rôtis, oignons confits chimichurri et céleri-kiwi jus brun crémé au cumin), viandes (tartare de bœuf-jus d’agrumes sauce soja mandes torréfiées), et suggestion végétarienne (potimarron rôti-burrata et capuccino de champignons, noisettes et zestes).

Bistrot O'Prado

En cuisine, magnifique outil qui nous donnerait presque plus envie d’y manger qu’en salle, chacun s’affaire. Michaël est un homme heureux : son équipe est stable et son dernier salarié recruté est arrivé voilà 2 ans. Cette bonne humeur se retrouve dans la poitrine d’agneau effilochée, confite, imbibée d’un jus au romarin. Des rouelles de céleri fondantes, des carottes rôties, un « crudo » de céleri et granny smith apporte fraîcheur et acidité. C’est bon, très bon. C’est riche, les jus et sauces qui nappent tous les plats sont exemplaires dans les textures et assaisonnements parfaits. Ne cherchez pas l’erreur, il n’y en a pas.
A la crème citron-crumble fenouil et huile d’olive poivre timut, on préférera le cookie mi-cuit tout chaud au chocolat garni de noix de pécan relevé d’une espuma au café. Là encore, tout est généreux, les noix de pécan abondent, le café apportant une harmonieuse amertume venant corriger la sucrosité du biscuit.

Alors faut-il aller chez Michaël Esterle ? Oui si vous aimez les jus, les sauces et les compositions roboratives. Oui pour l’harmonie et l’équilibre qui prévalent dans l’agencement des plats. Oui si on aime l’ambiance brasserie et ces tables pour deux, toutes collées les unes aux autres, parvenant malgré tout à respecter l’intimité des conversations. Un voisin qui n’écoute pas ce que vous racontez, c’est un sommet d’éducation qui prouve qu’ici, la clientèle sait se tenir. Oui enfin parce qu’on a beau chercher, il n’y a pas meilleur que le Bistrot O’Prado dans le périmètre, un très large périmètre.

Bistrot O’ Prado, 1, bd Périer, Marseille 8e arr. ; infos au 04 86 12 87 76. Midi, de 23 à 31 €.

Ajoute un commentaire

Ecris ici pour poster ton commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.