Mes recettes

Exotique : les délicieuses boulettes à la mangue

boulettes à la manguePréparation : 30/35 min / Cuisson : 45 min

Votre marché pour 4 personnes : 1 mangue coupée en cubes ; 1 cuillère à soupe de sucre ; le zeste d’un citron ; 150 g de riz rond ; 100 ml de lait entier ; 25 cl de crème liquide entière UHT Elle & Vire ; la pulpe d’une gousse de vanille ; 1 bâton de cannelle ; 60 g de sucre ; 2 oeufs ; des amandes effilées et des pistaches concassées ; un peu de sel. Pour la sauce crémeuse : 100 g de sucre et 2 cuillères à soupe de crème épaisse entière Elle & Vire.

On y va : mélanger dans un bol les dés de mangue, le sucre et le zeste de citron. Réserver. Rincer le riz et l’égoutter. Verser le lait, la crème liquide entière UHT Elle & Vire , la pulpe de vanille,
le bâton de cannelle et le sucre dans une casserole. Ajouter le riz et mélanger. Chauffer et cuire doucement pendant 45 minutes. Remuer souvent. Laisser refroidir, étaler le riz dans un plat et placer au frais pendant 1 heure. Former des boulettes de riz. Emprisonner au centre des dés de mangue. Placer les boulettes de riz dans les oeufs fouettés. Les rouler dans la panure amandes pistache. Chauffer l’huile de friture jusqu’à ce qu’elle frémisse. Les plonger dans le bain d’huile jusqu’à ce qu’elles soient dorées.

La sauce caramel : chauffer le sucre dans une casserole. Dès qu’il devient ambré, ajouter hors du feu la crème épaisse entière. Mélanger énergiquement. Déguster les arancini à la mangue avec la sauce caramel bien froide.

Bonus : vous aimez les recettes de boulettes ? Alors cliquez ici et ici.

Le GP sur les réseaux

Retrouvez-nous 24/24h en photos !

Notez-le

Christian Qui “meilleure table de l’année” selon le Fooding classement 2021 A l’heure où la restauration française vit les heures les plus noires de son histoire, le guide Fooding, lui, continue à vivre comme si tout allait bien. Le guide, qui vient d’être intégralement racheté par le guide Michelin, a révélé ce lundi 16 novembre son palmarès de l’année 2021. Une approche d’autant plus cynique que la quasi totalité des guides français a décidé de ne pas établir de classement tant la période est dramatique pour la profession.

Meilleur bar d’auteur : Bambino (Paris)
Meilleur bistrot : Café Les Deux Gares (Paris)
Meilleur sandwich : Penny Lane (Paris)
Meilleur chef résistant : Antonin Bonnet chez la Boucherie Grégoire (Paris)
Meilleur cuisinier : Daniel Morgan chez Robert (Paris)
Meilleure table : Christian Qui (Marseille)
Meilleure table : Bistrot Bao (Groix)
Fooding d’Amour : Comète (Saint-Lunaire)
Fooding d’Amour : Rita, la Vierge à la Mer (Saint-Jean-de-Luz)
Meilleure chambre de style : château de la Haute Borde (Rilly-sur-Loire).