Mes recettes

Bûche à la ganache chocolat au thé

bûche ganache théPréparation : 40 min / Cuisson : 8 à 10 min + 10 min / Réfrigération : 2 h minimum

Pour 8 personnes :
Pour le biscuit : 4 œufs ; 100 g de sucre en poudre ; 100 g de farine ; 1 cuillerée à soupe de cacao amer en poudre ; un peu de beurre pour la plaque.
Pour la ganache chocolat au thé : 400 g de chocolat riche en cacao (71%) ; 30 cl de crème liquide ou fleurette ; 50 g de beurre mou ; 4 à 6 sachets de thé Darjeeling ou Earl Grey (selon le goût) de très bonne qualité (sachets mousseline ou cristal).
Pour le sirop (facultatif) : 10 cl de sirop de sucre de canne ; 5 cl d’alcool ou de liqueur.
Pour le décor : cacao amer en poudre ; pâte d’amandes blanche ; fleurs en sucre et perles argentées.

On y va : préchauffer le four (thermostat 7 – 210°C).
Préparer le biscuit : casser les œufs en séparant les blancs des jaunes. Travailler ces derniers avec le sucre en poudre jusqu’à ce que le mélange blanchisse. Mélanger la farine avec le cacao. Tamiser le mélange. Monter les blancs d’œufs en neige ferme. Incorporer alternativement la farine cacaotée et les blancs en neige à la préparation, par petites quantités à la fois. Tapisser un moule rectangulaire plat (ou la plaque creuse du four) de papier sulfurisé beurré ou d’une feuille de cuisson siliconée et y étaler la pâte à biscuit. Enfourner à mi-hauteur et laisser cuire 8 à 10 minutes, selon l’épaisseur. Au sortir du four, démouler aussitôt le biscuit sur un torchon humide (en décollant la feuille de papier cuisson) et le rouler délicatement sur lui-même à l’aide du torchon. Le maintenir ainsi roulé dans le torchon jusqu’à complet refroidissement.

Préparer la ganache chocolat au thé : porter la crème liquide à ébullition dans une petite casserole. Humidifier les sachets de thé, les plonger dans la crème, laisser frémir 2 minutes, puis les laisser infuser à couvert, hors du feu, jusqu’à utilisation. Pendant ce temps, casser le chocolat en morceaux dans un saladier ne craignant pas la chaleur et le faire fondre au bain-marie avec le beurre. Délayer pour obtenir une pâte onctueuse et retirer du feu. Filtrer la crème, puis la verser doucement à la surface du chocolat. Délayer au fouet pour obtenir une texture lisse et brillante. Laisser refroidir pour faire raffermir.

Lorsque le biscuit est bien refroidi, le dérouler sur le plan de travail (si on le désire, on peut l’imbiber de 10 cl de sirop de sucre de canne mélangé à 5 cl d’alcool ou de liqueur), puis y étaler les 2/3 de la crème refroidie sur toute la surface. Rouler à nouveau le biscuit sur lui-même et le disposer sur un plat, en plaçant l’arête en dessous. Mettre au réfrigérateur 2 heures minimum.

Préparer le glaçage : réchauffer le reste de ganache à feu très doux pour l’assouplir, en fouettant, puis l’étaler sur la bûche à l’aide d’une spatule métallique souple. Laisser refroidir. Avant de servir, saupoudrer la bûche de cacao à travers une passoire fine et dessiner des stries dans la longueur à l’aide d’une fourchette. Terminer le décor de la bûche ganache chocolat au thé avec des fleurs en sucre et pâte d’amande.

Bonus : une bûche aux parfums de rose

Photo © FOD

Ajoute un commentaire

Ecris ici pour poster ton commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Marseille-Cassis

EXCLUSIF. – C’est bien le chef des Roches Blanches, Alexandre Auger, qui succédera à Dominique Frérard au piano du restaurant les Trois Forts du Sofitel Marseille-Vieux-Port. Auger est arrivé à Cassis le 7 juin 2021 et devrait en partir tout début janvier 2023. Avant d’acter son départ, deux soirées seront organisées dans le 5 étoiles cassidain les 15 et 16 décembre. Le 15 décembre, Alexandre Auger et Randy Siles, chef costaricien, créateur du concept « Agro-Marino », serviront un dîner à 4 mains sur la thématique « Agro-Marino ». Le 16 décembre, le cuisinier Randy Siles s’associera cette fois au chef italien Gabriele Boffa, 2 étoiles au guide rouge, originaire du Piémont en Italie, pour un dîner à 4 mains. Valentin Fabry, chef pâtissier des Roches Blanches, quant à lui, proposera deux desserts uniques pour clore subtilement ces deux rendez-vous sur une belle note sucrée… Et dire au-revoir au chef Auger. Emule de Yannick Alléno avec qui il a travaillé au Meurice, Auger a aussi dirigé la brigade du Sofitel Faubourg, rue Boissy d’Anglas (Paris VIIIe), voisin de l’Elysée.

Suis-nous sur les réseaux

L’Isle-sur-la-Sorgue

Œuf mayonnaise. Le concours du meilleur œuf mayo  du monde s’est tenu à Paris le 14 novembre dernier. Le vauclusien Jérémi Fontin est monté sur la deuxième marche du podium, porté par un œuf fermier bio de gros calibre, cuisson en 8 minutes, « dans de l’eau très salée pour garder un jaune orangé et onctueux » révèle le chef de l’Atelier du Jardin dans le quotidien La Provence. Le grand gagnant 2023 du concours créé par l’Association de sauvegarde de l’œuf mayonnaise (Asom) est la Grande Brasserie de Bastille, à Paris. Pour ceux qui le souhaitent, la recette œuf-mayo de Jérémi Fontin est proposée au restaurant à 8 € les quatre demi-œufs. L’Asom a été créée par feu le chroniqueur gastronomique et fondateur des Guides Lebey, Claude Lebey. Elle a été relancée en 2018 par quatre gastronomes avertis, soucieux de préserver et promouvoir ce monument de la cuisine bistrotière française.
• L’Atelier du Jardin, 34, avenue de l’Égalité,  84800, l’Isle-sur-la-Sorgue.

Marseille

Le lycée hôtelier de Marseille Bonneveine a soufflé ses 40 bougies le 29 novembre 2022. L’établissement de formation a annoncé qu’il sera renommé du nom de Jean-Paul Passédat, décédé le mercredi 10 août dernier, à l’âge de 88 ans. Ce 29 novembre, Gérald Passédat, est venu rappeler que son père avait compté à l’époque parmi les plus fervents soutiens de la création d’un lycée hôtelier à Marseille. Le président de la région Sud, Renaud Muselier, figurait parmi les invités.

Abonne-toi à la newsletter