Mes recettes

Un cake à l’emmental et au cacao amer

cake emmental

Préparation : 15 min / Cuisson : 45 min

Votre marché pour 4 personnes : 75 g d’emmental français râpé + 75 g d’emmental français en taillé en dés ; 200 g de farine ; 4 œufs ; 10 cl de lait ; 100 g de beurre ; 1 cuil. à café de cacao en poudre à 99% et 1 sachet de levure chimique.

On y va : dans un grand bol, mélanger la farine, le cacao et la levure. Puis ajouter 80 g de beurre fondu et l’emmental râpé. Mélanger le tout jusqu’à obtenir une préparation lisse et homogène. Dans un saladier, battre les œufs en omelette puis ajouter le lait et les dés d’emmental. Verser le contenu du bol dans le saladier et bien mélanger. Beurrer un moule à cake avec le beurre restant et y verser la préparation. Enfourner pendant 45 minutes à 180 C° (thermostat 6). Laisser refroidir avant de démouler. Servir le cake tiède.

Bonus : vous n’aimez pas l’emmenthal alors voici une recette au reblochon !

Ajoute un commentaire

Ecris ici pour poster ton commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Région

BIO. Afin de mieux connaître la consommation des Français par régions, Kantar Worldpanel a réalisé plusieurs études permettant de mettre en lumière les disparités régionales. Ces études démontrent que le Sud-Est est la région du bio avec une consommation de produits bio 18% supérieure au total France. L’étude assure que les magasins bio et primeurs sont fréquentés 75% de plus que dans les autres régions de France. Les habitudes de courses diffèrent elles aussi car le Sud-Est est une région où le poids des seniors est important (30% de plus que la moyenne nationale) ; cela influe sur la fréquence et les paniers d’achat :  les paniers sont plus petits mais le nombre d’actes d’achats est plus élevé. En d’autres termes, on dépense moins mais plus souvent et davantage dans les commerces de proximité et de bouche. Cela s’explique notamment par l’accès aux produits locaux, à portée de main dans cette région. Les études révèlent aussi la place importante des végétaux de substitution : ils sont 24% plus consommés dans le Sud-Est que dans le reste de l’Hexagone.

Abonne-toi à la newsletter

Suis-nous sur les réseaux