Marseille

► Dîner des mécènes. Pour financer la rénovation de sa statue monumentale, la basilique  de Notre-Dame de la Garde annonce la tenue de plusieurs « Dîners des mécènes » afin de soutenir financièrement cette campagne de travaux. Programme de la soirée : visite privée de la basilique de 19h à 20h + dîner bouillabaisse autour d’une seule grande table de 50 personnes de 20h30 à 23h sur la terrasse des ex-voto avec vue sur le ville (dîner au Restaurant en cas de mauvais temps). Tarif : 100 € TTC – hors boisson. Sur le prix du dîner, 35 € sont reversés à la basilique pour la rénovation de la statue, cette sommes est éligible à un reçu fiscal pour déduction d’impôts. Uniquement sur réservation pour 50 personnes. Caution bancaire demandée de 65 € TTC par personne, annulation gratuite 48 heures à l’avance.
• Réservations : www.lerestaurant-ndg.fr
Deux dates disponibles pour le moment : jeudi 6 juin et jeudi 4 juillet
Pour vos dons à la basilique en vue de sa restauration, cliquer ici

 

Cavaillon

Festival Confit ! 2024 en vue.- La 2e édition du festival confit ! de La Garance (scène nationale de Cavaillon) se déroulera du mercredi 22 au dimanche 26 mai 2024. Le temps d’une semaine, Chloé Tournier et toute l’équipe de la Garance, convient tous les publics à un festival de rencontres et de convivialité hors des sentiers habituels du théâtre. Autour de spectacles et d’expériences inédites, ici inspirées de la Provence de Giono ou là du Liban d’Hiba Najem – une artiste à découvrir d’urgence – tous les sens et les arts sont sollicités : le regard, l’ouïe, la poésie, l’odorat, le goût et le toucher. Cette année, ce sont 4 femmes qui s’emparent du vivant sous toutes ses formes et vont au contact du territoire et des publics à l’image de Vivantes la création portée par la compagnie BRUMES, ou de la randonnée-spectacle de Clara Hédouin « Que ma joie demeure », avec le regard complice du chef Emmanuel Perrodin.
Inscriptions ici.

Suis-nous sur les réseaux

Marseille

Street food festival #4.- Pour cette année olympique, le Street food festival mettra à l’honneur les cuisines du monde. Durant trois jours, près de 50 restaurateurs, artisans de bouche, glaciers, vignerons et brasseurs exerçant tous dans les Bouches-du-Rhône vous feront voyager sur les 5 continents en profitant d’une vue imprenable sur la Méditerranée. Comme en 2023, une programmation musicale sera proposée durant les trois soirées, avec un point d’orgue le vendredi 14 juin pour une programmation exceptionnelle orchestrée par Radio Star. Le Street food festival entre dans la programmation de Marseille Provence Gastronomie imaginée par Provence Tourisme, sous l’impulsion du Département des Bouches-du-Rhône et de la Métropole Aix-Marseille-Provence. Pour limiter les files d’attente sur les stands, les paiements sur l’ensemble du festival se feront uniquement par l’intermédiaire d’une carte bancaire ou d’une carte cashless.
Esplanade de la Major (Marseille, 2e arr.), les 13, 14 et 15 juin de 17h à 1h.

Magazine

Casa Rubini, Cédric ouvre sa focacceria genovese à Marseille

Casa Rubini, la meilleure focacceria de Marseille

Beaucoup s’y sont essayés mais presque tous s’y sont cassés les dents. Et si vous voulez énerver Cédric Rubini, distes-lui qu’il n’y a pas de différence entre la focaccia, la pâte à pain et la pâte à pizza : – Non, non et non, la focaccia, c’est très différent, c’est un hybride entre la pâte à pain et la pizza… Et puis qu’ils viennent manger et ils comprendront ». Dans quelques jours, aux environs du 7 novembre, Casa Rubini, nouvelle focacceria de Marseille, ouvrira ses portes ; après avoir pris forme, le rêve de Cédric Rubini prend enfin vie. Pour l’heure, les tubes d’Adriano Celentano s’enchaînent dans cette boutique carrelée, décorée de vieilles affiches dans une ambiance de calcio (le foot italien). Depuis la vitrine, on voit la Vespa garée devant le magasin et le percolateur laisse couler les cafés de la marque ligurienne La Genovese. « Je fais partie des rares, à Marseille, à servir le café La Genovese, dit Cédric tout sourire. J’aime ma gastronomie, je suis presque un cliché italien à moi tout seul ».

« Quelqu’un qui ne sait pas que la focaccia est à base d’huile d’olive, ça craint… »

Cédric Rubini

Ce commerce, c’est l’hommage d’un fils à son père, « mon papa, il avait l’accent prononcé et il était rigoureux en gastronomie, inflexible même. Il pouvait devenir terrible sur la question des pâtes », dit l’artisan qui revendique une focaccia à la genovese, « hydratée à 80%, moelleuse et fondante à la différence des focaccia qui t’étouffent ». Le produit est à la mode ? Tant mieux mais « les gens sont incapables de différencier les focaccia toscane (super épaisses), napolitaines (comme une pâte à pizza) et sicilienne. Moi, ma préférée, c’est la genovese ; au second rang, il y a la barese, de la ville de Bari, avec de la fécule de pomme de terre ».

Casa rubini, spécialiste de la focaccia genovese

« Quand tu prends du plaisir en bouffant du pain, c’est pffff, ça devient de la folie »

Les farines arriveront d’Italie et, un temps, Cédric avait pensé importer l’eau d’Italie mais finalement, « l’eau est bonne à Marseille ». La Casa Rubini permettra de déguster sur place ou d’emporter, « on ne peut pas faire plus street food que ça, ça se mange à la main, et on se met plein d’huile sur les doigts ». A la carte, 8 recettes classiques et deux gourmets parmi lesquelles la focaccia taggisasche-tomates cerise, la bianca-fior di latte provolone fumé, l’oignon-ciboulette ou la stracciatella-pistaches.

Avocat de métier et titulaire d’un master en droit du sport, Cédric Rubini a vécu mille vies. Journaliste sportif spécialisé en foot (« je suis complètement rongé par l’OM »), il bosse dès 2008 à Barcelone dans un cabinet d’avocats. Douze ans plus tard, direction Gènes où il fait le tour de toutes les focacceria et se lie d’amitié avec la star locale, feu Rosario Bisanti. De 2021 à 2022, il régale les Docks dans le cadre de l’Incubateur mais réalise que son produit était « inadapté » aux modes de consommation de la clientèle des Docks. L’ouverture à la rue Méry de cette nouvelle focacceria marseillaise est l’ultime aventure de cet homme passionné qui a mis un an pour trouver ce local, sa perle rare.

Casa Rubini, 5-7, rue Méry, Marseille 2e arr. Infos au 06 14 03 85 91. Part nature 3 €, jusqu’à 10 €.

Et pour découvrir le café de la marque La Genovese, rendez vous à l’epicerie italienne Gally, 29, rue Neuve Sainte-Catherine, 7e arr. ; infos au 04 86 77 19 13

Ajoute un commentaire

Ecris ici pour poster ton commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.