Art de vivre

Chandeleur, c'est la fête à Marseille

plaque de navettesLa chandeleur, fête des chandelles et des cierges verts que l’on brûle dans les catacombes de l’abbaye de Saint-Victor… Je vous invite à aller sur le site d’une des plus vieilles abbayes romanes de France pour découvrir la beauté des lieux et toute la liturgie liée à la Chandeleur (cliquer ici). Côté gastronomie, la ville met à l’honneur cette semaine les navettes, des petits biscuits en forme de barque (navis, navire, nauta, marin, nautique). Pour ceux qui ne connaissent pas les navettes, il s’agit d’un biscuit traditionnel typique du pourtour du bassin méditerranéen dont les origines remontent à l’Antiquité. Au Moyen-Age, l’église catholique s’est emparée de ce biscuit et a raconté que ces navettes symbolisent la barque par laquelle Marie-Salomé, Marie Magdeleine et la vierge Marie auraient débarqué sur les rives de Camargue. La réalité est moins vertueuse : ces navettes symbolisent en fait le sexe de Vénus et elles étaient mangées, lors des fêtes du solstice d’hiver, pour favoriser le retour de la fécondité humaine et la fertilité des champs.
Si vous ne connaissez pas ce biscuit, je vous conseille une adresse qui me semble être celle qui propose les meilleures navettes : les Navettes des Accoules. Vous m’en direz des nouvelles !
Les Navettes des Accoules, 68, rue Caisserie, Marseille 2e arr. ; 04 91 90 99 42.

Crêpes au sucre gratuites et à volonté !

crepesPour le reste de la France, la Chandeleur est la période où l’on mange crêpes (bretonnes, gaufres, beignets et autre bugnes). N’oubliez jamais le sucre glace, bien meilleur que le sucre cristal sur les gaufres et oreillettes.
A Marseille, je vous propose de pousser la porte, si ce n’est déjà fait, de la Table ronde, l’une des plus anciennes crêperies bretonnes de la ville : 15 ans au compteur. Moult fois primée, oscarisée, sacralisée, hissée au top des 10 meilleures crêperies bretonnes de France, cette adresse propose des recettes à base d’ingrédients 100% breizh. De la farine au cidre, des bières aux confitures, le patron (Emmanuel Lauran) met un point d’honneur à faire travailler les artisans de sa région antale. Sûr de son succès et de sa réputation, la maison offre midi et soir des crêpes au sucre à volonté. Bonheur assuré !
La Table Ronde, bistrot breton, 24, rue Sylvabelle; Marseille 6e arr. ; réservations conseillées au 04 91 04 68 83
A découvrir également : l’Ambassade de Bretagne, 43, rue Sainte, Marseille 1er arr. ; réservations au 04 91 01 41 29

Ajouter un commentaire…

Click here to post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à notre newsletter

Suis-nous sur les réseaux

Vite lu

Le Val labellisé. Avec l’aide du conservatoire méditerranéen, le maire de la commune du Val dans le Var, Jérémy Guiliano, vient de lancer un programme de préservation du Boussarlu, une variété endémique d’oliviers menacée de disparition. Pour un montant de 4 000 €, en plus de fonds européens, le maire veut reconnecter sa population avec ses oliviers et relancer toute une filière. Et pour commencer, le Val vient d’être labellisé « commune oléicole de France ».

(Encore) un nouveau directeur aux Roches Blanches. Comme chaque année, l’hôtel restaurant cassidain présente son nouveau directeur. Il s’agit d’Emmanuel Blanchemanche qui a quitté la direction du domaine de Verchant, près de Montpellier, pour Cassis. « Je suis très heureux de me lancer dans ce nouveau projet de vie, de  surcroît dans cet environnement exceptionnel. Pouvoir écrire un nouveau chapitre pour ce lieu mythique est un privilège et j’ai suivi les conseils de Winston Churchill, qui a résidé aux Roches Blanches : pour s’améliorer, il faut changer. Donc, pour être parfait, il faut avoir changé souvent ». Il n’est pas sûr que dans l’hôtellerie et la restauration ces changements perpétuels soient très rassurants pour les clients.

Sébastien Sanjou au château Mentone. Le chef varois rejoint pour l’été le domaine viticole de Mentone et y ouvre « la Table de Mentone ». Dès les beaux jours arrivés, la table est dressée en extérieur, face au vignoble et aux forêts qui le bordent. La ferme-auberge promet de conjuguer convivialité et partage avec des menus d’esprit provençal composés avec les légumes et herbes fraîches du potager, les fruits des vergers, olives de l’oliveraie du domaine et les œufs du poulailler. Viandes et volailles, fromages et charcuteries sont, eux, issus de producteurs locaux. Les vins de la propriété, classés Côtes de Provence bio, accompagnent les menus. En mai et juin, ouverture du mercredi au dimanche au déjeuner et du mercredi au samedi au dîner.
Château Mentone, 401, chemin de Mentone, 83510 Saint-Antonin du Var ; infos au 04 94 04 42 00.