Art de vivre

31 décembre, le petit mode d'emploi du champagne

bando5picsDans quelques heures, les bouchons vont sauter. Si le champagne est le vin de la fête par excellence, il n’en demeure pas moins chose sérieuse. Alors pour frimer devant les potes, voici tout ce qu’il faut dire pour passer pour un sommelier… sans l’être !

1. Il est un peu tard pour l’écrire mais le champagne s’achète au tout début du mois de décembre pour le laisser, couché, reposer à l’horizontale jusqu’aux dîners de réveillon. On le conserve dans une cave enterrée, à 12°C constants, humide et dotée d’un sol en terre battue. Il doit être stocké à l’abri de la lumière qui pourrait abîmer le vin. Les bouteilles doivent être manipulées avec précaution en évitant de les remuer.

2. Le champagne se boit bien frais mais jamais glacé. Vous glisserez vos bouteilles dans le réfrigérateur 3 heures au moins avant le service. On recommande une température de 8ºC pour les champagnes non millisimés vifs et jeunes. Pour les champagnes millésimés ou rosés, une température de 10 à 12ºC est préférable. Si le temps presse, placez le champagne dans un seau contenant de l’eau et des glaçons, celui-ci sera à température en 15/20 minutes (jetez une poignée de gros sel dedans pour faire tomber la température).

3. Oubliez (par pitié) les coupes à champagne. Si les flûtes ont été très à la mode ces dernières années, il convient désormais de boire votre vin pétillant dans des… verres à vin. Le verre tulipe est idéal pour apprécier le champagne. Large, évasé et haut, il permet aux bulles d’évoluer harmonieusement, préservent et restituent au mieux les arômes que ne le font les coupes. Quelque soit le type de verres, ils ne seront pas être lavés au lave-vaisselle car celui-ci laisse des traces de produit qui tuent les bulles de champagne. Les verres se lavent à la main uniquement à l’eau chaude puis laissez-les sécher sur un égouttoir.

4. Faites sauter le bouchon… Après avoir retiré la bouteille du seau et l’avoir bien essuyée, maintenez-la fermement inclinée. Retirez la capsule et le muselet puis faites tourner lentement la bouteille de la main droite tout en maintenant fortement le bouchon de la main gauche jusqu’à ce que le gaz s’échappe.

5. … avant la dégustation. Prenez le temps d’observer le champagne en tenant votre verre par le pied. On parle de « robe pâle » (pour les champagnes jeunes), jaune pour les blancs de noirs et vert ou gris pour les blancs de blanc. Les bulles peuvent être plus ou moins nombreuses, fines et vives ou diffuses et lentes selon les champagnes. Une bulle, c’est la signature du vigneron. Humez ensuite le champagne en le faisant tourner délicatement dans votre verre ce qui a pour effet de libérer son parfum et enfin appréciez-le !

Ajouter un commentaire…

Click here to post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à notre newsletter

Suis-nous sur les réseaux

Vite lu

Le Val labellisé. Avec l’aide du conservatoire méditerranéen, le maire de la commune du Val dans le Var, Jérémy Guiliano, vient de lancer un programme de préservation du Boussarlu, une variété endémique d’oliviers menacée de disparition. Pour un montant de 4 000 €, en plus de fonds européens, le maire veut reconnecter sa population avec ses oliviers et relancer toute une filière. Et pour commencer, le Val vient d’être labellisé « commune oléicole de France ».

(Encore) un nouveau directeur aux Roches Blanches. Comme chaque année, l’hôtel restaurant cassidain présente son nouveau directeur. Il s’agit d’Emmanuel Blanchemanche qui a quitté la direction du domaine de Verchant, près de Montpellier, pour Cassis. « Je suis très heureux de me lancer dans ce nouveau projet de vie, de  surcroît dans cet environnement exceptionnel. Pouvoir écrire un nouveau chapitre pour ce lieu mythique est un privilège et j’ai suivi les conseils de Winston Churchill, qui a résidé aux Roches Blanches : pour s’améliorer, il faut changer. Donc, pour être parfait, il faut avoir changé souvent ». Il n’est pas sûr que dans l’hôtellerie et la restauration ces changements perpétuels soient très rassurants pour les clients.

Sébastien Sanjou au château Mentone. Le chef varois rejoint pour l’été le domaine viticole de Mentone et y ouvre « la Table de Mentone ». Dès les beaux jours arrivés, la table est dressée en extérieur, face au vignoble et aux forêts qui le bordent. La ferme-auberge promet de conjuguer convivialité et partage avec des menus d’esprit provençal composés avec les légumes et herbes fraîches du potager, les fruits des vergers, olives de l’oliveraie du domaine et les œufs du poulailler. Viandes et volailles, fromages et charcuteries sont, eux, issus de producteurs locaux. Les vins de la propriété, classés Côtes de Provence bio, accompagnent les menus. En mai et juin, ouverture du mercredi au dimanche au déjeuner et du mercredi au samedi au dîner.
Château Mentone, 401, chemin de Mentone, 83510 Saint-Antonin du Var ; infos au 04 94 04 42 00.