Restaurants en Provence

Chez Georgiana, on se sent comme chez soi

georgiana entree georgiana platPeu ou prou, Georgiana est en train de faire son trou. Dans un restaurant qui lui ressemble, on se presse à midi au point presque de coller les tables. Affairée dans sa cuisine, elle lève la tête par intermittence pour envoyer un sourire affectueux aux amis venus tirer la chaise. En fin de service, elle traverse la salle avec un petit sourire qui cache mal sa timidité. Faisant fi des complications, sa carte aligne une poignée de propositions ultra simples, qui visent juste et efficace : velouté de légumes-croûtons, dos de cabillaud-crosnes-vert de blettes, poire au sirop, duo de choux-crème pâtissière chocolait. Point barre et les assiettes marchent presto : la burrattina-côtes de blettes réduction de vin rouge damnerait un saint. L’assiette est voluptueuse, généreuse et très gourmande. La cuisse de canard confite est accompagnées de rattes et de carottes fondantes. Rien à dire sur les assaisonnements ni les cuissons. On sauce avec un morceau de pain à la croûte croustillante sous l’œil amusé d’Anne-Marie, une voisine de table qui, elle aussi, ne boude pas son plaisir. Si au déjeuner, le verre de vin prévaut, le soir, on se laisse aller sur la bouteille d’autant que les prix sont sages : domaine de Suriane (blanc, coteaux d’Aix, 22 €), domaine Alary (rouge, côtes du Rhône, 26 €). Ils sont ravissants ces quatre petits choux qui défilent sous nos yeux, avec un café, on ne regrette pas la réservation. A 13h30, le gros des troupes lève le camp. La salle retrouve un peu de calme : c’est assez pénible le bruit de cantine, Georgiana a promis d’y remédier. Pour le reste, vous aimerez beaucoup parce que c’est une cuisine de femme finalement assez rare qui est servie ici, généreuse et presque maternelle. Si Georgiana a échoué à la télé, pour l’instant elle a gagné sur le terrain de la réalité.

Chez Georgiana, 72, rue de la Paix-Marcel-Paul, Marseille 6e arr. ; réservations recommandées au 04 91 33 06 71.
Formule midi 18 et 22 € ; le soir : 29 et 39 €.

Ajouter un commentaire

Cliquer ici pour écrire un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  • Complètement OK avec ce que tu dis ci-dessus, nous y étions au même moment, ce midi! très minuscule réserve sur la cuisse de canard confite, délicieuse mais pas très très originale; en dessert, j’ai pris les poires au sirop, légères et pas trop sucrées, fraîches et caramélisées, pas de café derrière pour ne pas alourdir le souvenir de cette douceur! là où tu as raison, c’est le bruit! il faudra vite vite trouver une solution!
    Georgiana est fraîche comme sa cuisine, il faut que ça dure!!!

En bref

Jazz en vignes Pour la 10e édition de Jazz en vignes, Jean-Luc et Elisabeth Dumoutier, propriétaires du domaine de l’Olivette, organisent deux concerts exceptionnels en juillet et août. Précédés par la dégustation de leurs vins accompagnée de produits du terroir, ces deux concerts de jazz auront lieu mercredi 17 juillet (avec Nirek Mokar et ses Boogie Messengers ; un pianiste de 16 ans éblouissant, prodige du Rythm and Blues) et mercredi 7 août 2019 (avec Lluis Coloma , un virtuose du piano, et Sax Gordon, au saxo, avec une fougue et un enthousiasme dévastateurs). Comptez 36 € par personne ; 519, chemin de l’Olivette, le Brûlat, 83330 Le Castellet ; résas au 04 94 98 58 85.

Les Musicales dans les Vignes jusqu’au 30 août, vingt-cinq domaines de renom célèbrent la noblesse du vin en musique avec des concerts uniques au fil de l’été… Des instants musicaux suspendus dans des lieux d’exception. Et il y en a pour tous les goûts : jazz, classique, tango argentin, flamenco, musique tzigane, klemer, russe, etc. Un tour du monde. Infos et inscriptions 06 60 30 32 90 et http://lesmusicalesdanslesvignes.blogspot.com/

Rire en vignes La 6e édition de ce festival épicurien et intimiste sera 100% féminine. Au programme, le 24 juillet, un one woman show désopilant, porté par Doully, personnalité atypique, à la voix particulière et à l’énergie sans faille qui nous raconte, dans “L’addiction c’est pour moi”, son passé en utilisant ses addictions pour en faire une force. Le 25 juillet, Leslie Bevillard, Marie Cécile Sautreau et Vanessa Fery joueront “Et elles vécurent heureuses”, une comédie férocement joyeuse sur les femmes, le bonheur, l’amour, l’amitié… Mais surtout pas sur les contes de fées ! Tarif spectacle : 25 € /personne, 40 € les deux soirées. Château de Saint-Martin, route des Arcs, 83460 Taradeau ; infos au 04 94 99 76 76 et 06 42 10 71 72.

Abonnez-vous à notre newsletter