Brignoles

La Foire de Brignoles dédie un week-end complet à la gastronomie, samedi 20 avril et dimanche 21 avril prochain. Durant deux jours, des chefs se succèderont en cuisine pour mettre à l’honneur le terroir, la filière ovine varoise, la pâtisserie et les Vins de Provence. Julien Tosello, Benoît Witz, Pascal Barandoni, Nicolas Pierantoni ont déjà confirmé leur participation. Recettes autour de l’agneau, démonstrations à 4 mains où les chefs déclineront un produit de saison en version salée et sucrée, astuces pour pâtisser vegan mais avec gourmandise, recettes pour composer un apéro provençal de qualité et accords mets et vins seront commentés par un oenologue en partenariat avec les Vins de Provence.
• Toutes les infos sur la foire de Brignoles, ici

Marseille

► Ouverture de la citadelle le 4 mai Après avoir ouvert temporairement l’été dernier (elle était fermée au public depuis plus de 350 ans !), la citadelle autrement connue sous les noms de Fort Saint-Nicolas ou Fort d’Entrecasteaux, ouvre ses portes au grand public, et cette fois de façon pérenne. Cet été, de nombreux évènements attendront les visiteur : visites théâtralisées, concerts, escape games, accès aux jardins, le tout avec bar et  un restaurant qui seront dorénavant ouverts toute l’année.

► Kouss-Kouss festival le rendez-vous de la rentrée revient cette année du 29 août au 8 septembre. Au programme, des centaines d’établissements qui proposeront leur version de ce plat emblématique, avec pour thème cette année : « 1001 graines ». Le 31 août, 5 000 couscous seront servis et offerts sur le Vieux-Port dans le cadre de l’Été marseillais par la Ville de Marseille et l’office de Tourisme.

Marseille

Camille Gandolfo wanted. Mais où est passée Camille Gandolfo ? Depuis son départ du restaurant de l’hôtel des Bords de Mer, Camille Gandolfo ne répond à aucune sollicitation. Nul ne sait où elle est, ni ce qu’elle fait. Alors, pour calmer ceux qui s’inquiètent, sachez que Camille Gandolfo prendra la direction des cuisines de « la Marine des Goudes » rachetée par Paul Langlère (Sépia) et ses associés du Cécile, le sandwich club du quartier de Malmousque. Ouverture prévue début juin mais n’en parlez à personne, c’est confidentiel.
Juan Pulgarin… le come back. Le plus célèbre colombien de la ville reviendra d’ici le mois de mai rue d’Aubagne pour nous y régaler des spécialités qui ont bâti sa réputation.

Une bière à la navette. Ils étaient tous là, jeudi 4 avril au soir, sur la place de Lenche, à goûter et célébrer cette nouvelle bière de la brasserie la Minotte. Une bière blanche aux accents marseillais, aux parfums des navettes des Accoules ! Bien sûr, José Orsoni dit-Jo Navettes, et ses enfants, Marie-Julie et Clément étaient de la fête, pas peu fiers de cette création à laquelle ils ont participé (surtout Clément)… Une bière ultra fraîche, très peu amère qui a nécessité 20 kg de biscuits par brassin et quelque 2 mois de fermentation. A découvrir à la Descente des Accoules (le caviste du 4, rue de l’Evêché, 2e), au Café du théâtre (12, place de Lenche, 2e) et dans tout le réseau des revendeurs des bières La Minotte.
• Infos au 04 91 90 99 42

Suis-nous sur les réseaux

1er Arrondissement Marseille Restaurants en Provence

Chez Golda, on jette les ponts entre toutes « les Méditerranées »

chez Golda

Il y a des associations qui semblent couler de source tant les parties se révèlent en harmonie. Lorsqu’Ilan Loufrani a invité Or Michaeli à venir dispenser la bonne parole chez Golda, son nouveau bistrot des allées Gambetta, ce dernier ignorait à quel point la sauce allait prendre. Tous les jours à l’heure du déjeuner, à l’heure où les tables sont prises d’assaut, le soleil brille sur ce petit bout de terrasse jaune. Sur l’ardoise, 3 entrées, 4 plats suffisent au bonheur ambiant.
Les bonnes idées se bousculent au portillon avec, pour débuter, une très rassurante poitrine de cochon-sauce miso et salade d’œufs durs ciboulette, et un fantastique carpaccio de céleri rave-noix de cajou, anchois, ricotta et peccorino piment. En cuisine, Or place le niveau très haut mais saura-t-il nous séduire plus encore ? Le voisin de table opte pour une truite entière aux poivrons rouges et haricots verts croquants et parmesan. On se laissera porter par le chawarma de gigot d’agneau, roboratif, posé sur un riz noir-sauce yaourt au jus de viande à peine réduit. Les petits oignons grelots fondants achevant de convaincre.

Sur le comptoir, on voit se succéder les verres de bière la Grihète (brasserie drômoise) et les bouteilles de « vins vivants » à l’instar du très aixois Mas de Cadenet Sainte-Victoire bio 2021 en rosé. Les nature emboîtent le pas sur une Mobylette du dom. Muller-Koeberle 2021 ou le doux Babil rouge des Equilibristes 100% pineau d’Aunis… Les assiettes s’affirment : Or Michaeli combine les textures et les saveurs, jouant parfois la surprise et assumant son goût pour les poivrons rouges (confits avec la truite).

Ce petit gâteau au chocolat blanc coiffé d’une figue ultra mûre, comme compotée, accompagne le café. Plus levantin, le mhaalabié coulis de fruits rouges, séduira ceux qui ne connaissent pas ce dessert, habituellement à la fleur d’oranger. Alors faut-il nouer sa serviette chez Golda ? Mais oui bien sûr car le sourire bienveillant d’Ilan Loufrani justifierait à lui seul qu’on traverse la Méditerranée pour un repas chez lui. Oui pour découvrir le travail d’Or Michaeli qui jette des ponts entre les cuisines, influences et ingrédients. Oui pour cette remarquable cuisine familiale non dénuée d’un évident raffinement, un travail viril mais délicat et un indéniable rapport qualité-prix.

Golda, 23, allées Léon-Gambetta, Marseille 1er arr. ; infos au 06 79 05 06 88. Déjeuner 16-25 €.

Ajoute un commentaire

Ecris ici pour poster ton commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.