Mes recettes

Et si on cuisinait un clafouti… à la poêle ?

clafoutiVotre marché pour 6 personnes : 150 g de myrtilles ; 150 g de framboises ; 10 g de beurre ; 1 sachet de sucre vanillé ; 1 gousse de vanille ; 15 g de farine ; 15 g de poudre d’amandes ; 2 œufs fermier bio (de poules élevées en liberté) et 20 cl de lait.

On y va : faites chauffer à feu doux le lait et faites-y infuser la gousse de vanille fendue en deux. Laissez refroidir. Fouettez les œufs et le sucre dans un saladier puis ajoutez le lait vanillé, la farine et la poudre d’amande en mélangeant bien jusqu’à l’obtention d’une pâte homogène. Ajoutez les myrtilles. Faites fondre le beurre dans la poêle à feu très doux et versez-y la préparation. Après 5 minutes de cuisson, ajoutez les framboises en les tassant légèrement sur la pâte. Poursuivez la cuisson pendant 15 minutes. Retournez le clafoutis à l’aide d’une assiette, laissez cuire 5 minutes supplémentaires puis servez.

Truc de pro : bonne nouvelle, le clafouti fait partie des gâteaux les moins riches en calories ! Pensez tout de même à choisir des fruits bien mûrs de façon à ne pas ajouter trop de sucre à la préparation. En juillet et en août c’est la pleine saison pour les myrtilles et les framboises mais les fruits rouges surgelés décongelés avec soin sont aussi très intéressants.

Bonus : en version salée ou en version sucrée, le clafouti c’est délicieux…

Ajouter un commentaire

Cliquer ici pour écrire un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le GP sur les réseaux

Retrouvez-nous 24/24h en photos !

Notez-le

Christian Qui “meilleure table de l’année” selon le Fooding classement 2021 A l’heure où la restauration française vit les heures les plus noires de son histoire, le guide Fooding, lui, continue à vivre comme si tout allait bien. Le guide, qui vient d’être intégralement racheté par le guide Michelin, a révélé ce lundi 16 novembre son palmarès de l’année 2021. Une approche d’autant plus cynique que la quasi totalité des guides français a décidé de ne pas établir de classement tant la période est dramatique pour la profession.

Meilleur bar d’auteur : Bambino (Paris)
Meilleur bistrot : Café Les Deux Gares (Paris)
Meilleur sandwich : Penny Lane (Paris)
Meilleur chef résistant : Antonin Bonnet chez la Boucherie Grégoire (Paris)
Meilleur cuisinier : Daniel Morgan chez Robert (Paris)
Meilleure table : Christian Qui (Marseille)
Meilleure table : Bistrot Bao (Groix)
Fooding d’Amour : Comète (Saint-Lunaire)
Fooding d’Amour : Rita, la Vierge à la Mer (Saint-Jean-de-Luz)
Meilleure chambre de style : château de la Haute Borde (Rilly-sur-Loire).